Pluie d'éloges pour Chorus à la Berlinale

Fanny Mallette dans Chorus.... (PHOTO FOURNIE PAR MEDIA FILMS)

Agrandir

Fanny Mallette dans Chorus.

PHOTO FOURNIE PAR MEDIA FILMS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À l'image des commentaires recueillis au festival de Sundance, le nouveau film de François Delisle, Chorus, recueille éloge après éloge à la Berlinale où il a été présenté au cours des derniers jours.

«Les salles sont pleines. Le film a eu une couverture médiatique importante et très positive des médias allemands et étrangers», nous a écrit jeudi le réalisateur alors qu'il se trouvait en avion au-dessus de l'Atlantique entre Berlin et Montréal.

Effectivement, les revues de presse sont très bonnes pour le film qui sortira en salle chez nous le 6 mars, après avoir fait la clôture des Rendez-vous du cinéma québécois (RVCQ).

Par exemple, le blogue britannique Cine-Vue lui accorde une cote de quatre étoiles sur cinq. L'auteur qualifie l'oeuvre d'«inspirante étude en noir et blanc du chagrin» et salue les performances remarquables de Fanny Mallette et de Sébastien Ricard.

Les deux comédiens, rappelons-le, incarnent Christophe et Irène, un couple séparé depuis près de 10 ans à la suite de la disparition de son fils Hugo. La découverte de ce qui semble être les restes de l'enfant conduit à leurs troublantes retrouvailles.

Le blogueur Ryan Lattanzio du site spécialisé Indiewire résume le film en évoquant une «beauté envoûtante qui instille une importante dose d'espoir». Sur le site exberliner.com, la journaliste Ève Lucas affirme que Chorus est «un des plus extraordinaires films présentés cette année à la Berlinale». Comme plusieurs autres, elle applaudit l'usage du noir et blanc qu'elle qualifie de «vibrant».

Ravi de ces commentaires, François Delisle ajoute que le film connaît aussi de bons moments sur le marché des ventes à l'étranger. «Les vendeurs sont en négociation avec la Belgique, les Pays-Bas et le Japon, dit-il. Il y a d'autres acheteurs intéressés.»

Autres films

Par ailleurs, le quotidien Der Tagesspiegel classe le film québécois Corbo de Mathieu Denis parmi les meilleurs films sur la jeunesse à être présenté à la Berlinale. Rappelons que ce long métrage revient sur un pan de l'histoire du FLQ lorsqu'un jeune militant, Jean Corbo, fut tué en tentant de poser une bombe à l'usine de la Dominion Textile en 1966.

D'abord présenté au Festival du film de Toronto en septembre dernier, Corbo arrivera sur nos écrans le 17 avril.

Tourné à Montréal et mettant en vedette Marie-Josée Croze, James Franco et Charlotte Gainsbourg, le film Everything Will Be Fine de Wim Wenders (Paris, Texas) a reçu des critiques mitigées. «Laborieux, pesant et ennuyeux», dit Variety. Une «vitrine pour un exercice de style», dit The Hollywood Reporter. «La retenue dans la mise en scène est hélas contrebalancée par la musique, lyrique et omniprésente», soutient Écran noir.

Le site Abus de ciné est davantage emballé en concluant: «Aussi beau plastiquement qu'émouvant.» The Guardian donne trois étoiles sur cinq, saluant, malgré bien des réserves, la sincérité de la démarche.

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer