The Disaster Artist reçoit le prix du meilleur film au festival de Saint-Sébastien

Le réalisateur de The Disaster Artist, James Franco... (PHOTO Alvaro Barrientos, AP)

Agrandir

Le réalisateur de The Disaster Artist, James Franco

PHOTO Alvaro Barrientos, AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
SAINT-SÉBASTIEN

Le long-métrage américain The Disaster Artist du réalisateur James Franco a remporté samedi le Coquillage d'Or (Concha de Oro) du meilleur film à la 65e édition du festival international de cinéma de Saint-Sébastien en Espagne.

Le jury de ce festival, présidé par l'Américain John Malkovich, a décidé de récompenser cette comédie hilarante qui revient sur le tournage du film culte The Room de Tommy Wiseau, considéré comme un des pires de l'histoire du cinéma par la critique.

Personne ne voulant le faire travailler à Hollywood, l'excentrique réalisateur et acteur Tommy Wiseau avait décidé de produire lui-même le film qu'il avait envie de faire.

Échec à sa sortie en 2003, le film devint culte au fil des ans malgré la mauvaise qualité du jeu de ses acteurs, de la photographie et des décors, parce que «Tommy y a mis tout son coeur et son âme», avait expliqué James Franco au moment de la présentation du film jeudi à Saint-Sébastien, célèbre station balnéaire du Pays basque espagnol.

«Nous sommes tous un peu fous et nous avons tous de grands rêves», a déclaré James Franco samedi en recevant son prix. «J'espère qu'en ces temps de folie, ce film nous offre à tous un peu de lumière et d'inspiration», a conclu le jeune artiste aux talents multiples.

James Franco, vedette de Hollywood, s'est fait connaître en jouant dans des films grand public comme la trilogie «Spider-Man» et «La Planète des singes» mais il est ensuite passé derrière la caméra tout en s'intéressant à de nombreuses disciplines, littérature, peinture, poésie ou photographie.

Le Coquillage d'Argent (Concha de Plata)du festival de Saint-Sébastien de la meilleure réalisation est revenu pour la première fois à une femme, l'Argentine Anahi Berneri, pour son film «Alanis» sur une prostituée qui tente de s'occuper de son fils.

Le prix du meilleur acteur a été attribué au Roumain Bogdan Dumitrache (bien Dumitrache) pour son rôle dans Pororoca de Constantin Popescu (coproduction Roumanie-France) et celui de la meilleure actrice à l'Argentine Sofia Gala Castiglione pour Alanis.

Cette année, 17 films de différents pays étaient en compétition officielle de ce prestigieux rendez-vous, notamment pour les productions ibéro-américaines.

En 2016, la récompense suprême du festival était revenue au film chinois I am not Madame Bovary du réalisateur Xiaogang Feng.

Le programme «Horizontes Latinos» qui projette en parallèle de la sélection officielle des longs-métrages d'Amérique latine, a récompensé le film Mariana (Los Perros) de la réalisatrice chilienne Marcela Said, sur la dictature d'Augusto Pinochet.

Le festival, qui finance par ailleurs des films latino-américains pour qu'ils soient portés à l'écran, a remis un prix d'honneur à un des acteurs-clés de l'Amérique du Sud, l'Argentin Ricardo Darín (Les nouveaux sauvages).




publicité

publicité

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer