Phantom Thread: élégant chant du cygne ***1/2

La PresseMarc Cassivi 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'histoire: Reynolds Woodcock est un couturier de renom qui habille les mondains et les aristocrates. Célibataire endurci qui multiplie les conquêtes, il se consacre corps et âme au succès de sa maison de couture, administrée par sa soeur. Mais une rencontre avec une jeune serveuse de restaurant de campagne va remettre en question cet équilibre.

Si Phantom Thread est un chant du cygne, c'est un chant du cygne fort élégant. Pour son huitième long métrage, Paul Thomas Anderson (Magnolia, Boogie Nights) retrouve Daniel Day-Lewis, 10 ans après son chef-d'oeuvre There Will Be Blood. L'acteur de 60 ans, trois fois oscarisé, a déclaré qu'il s'agirait de son dernier rôle.

Day-Lewis incarne un grand couturier, Reynolds Woodcock, séducteur célibataire et bourreau de travail intransigeant, dont la routine est réglée comme du papier à musique. Le contrôle qu'il exerce est absolu: aucun fil ne dépasse, jamais un tissu ne retrousse, tout est prévu au millimètre près.

Dans les milieux huppés du Londres des années 50, où défilent ses ex-maîtresses, ses bienfaitrices et les promises de familles royales européennes, toutes veulent être habillées par Woodcock, qui dirige sa célèbre maison de couture avec sa soeur.

Mais le prêt-à-porter menace de chambouler l'ordre des choses et Woodcock, trouvant refuge à la campagne pour se changer les idées, rencontre par hasard une jeune femme allemande, Alma, qui le subjugue et le déstabilise. Elle deviendra sa maîtresse et sa muse. Il perdra ses repères et risquera tout.

Phantom Thread... (image fournie par Focus Features) - image 2.0

Agrandir

Phantom Thread

image fournie par Focus Features

Dans la peau de ce gentleman passionné et colérique, Daniel Day-Lewis, toujours au sommet de son art, cimente davantage sa légende. Il est, sans conteste, l'un des plus grands acteurs de cinéma de sa génération, sinon le plus grand. Vicky Krieps est très juste dans le rôle de cette jeune femme timide, mais déterminée, prête à tout pour rester auprès de ce célibataire endurci. Lesley Manville joue une soeur stricte et pragmatique, agissant comme une mère pour l'artiste misanthrope, avec une retenue remarquable.

La mise en scène suave et subtile de Paul Thomas Anderson - magnifiques images de différentes teintes de gris - est au service de son propre scénario, une étude de moeurs subversive sur une relation amoureuse particulièrement tordue et tortueuse (dominée par une forme de sadomasochisme psychologique n'ayant rien à voir avec Fifty Shades of Grey).

On trouve des échos de The Master, un autre grand film de P.T. Anderson, dans ce film intrigant, mais froid. Qui a le dessus dans le rapport de force amoureux: le maître ou sa muse? C'est une question à laquelle Anderson a l'excellente idée de ne pas répondre.

* * * 1/2

Phantom Thread (V.F.: Le fil caché). Drame de Paul Thomas Anderson. Avec Daniel Day-Lewis, Vicky Krieps, Lesley Manville, Camilla Rutherford. 1 h 55.

> Consultez l'horaire du film




publicité

publicité

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer