The Florida Project: le motel des rêves brisés ****

La PresseLuc Boulanger 4/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'histoire: À l'ombre de Disney World, à Orlando, Moonie vit dans un motel bas de gamme avec sa mère, qui l'élève seule. Haley adore sa fille de 6 ans et la gâte à l'excès. Toutefois, elle n'a aucune autorité, étant elle-même une enfant perdue. Alors la gamine et sa bande font les quatre cents coups... L'univers où vit Moonie et sa mère est un microcosme des laissés-pour-compte du rêve américain (prostituées, Latinos, travailleurs clandestins, etc.). Or, aux yeux de l'enfant, c'est un terrain de jeu où on peut manger de la crème glacée (presque) tous les jours...

Bien accueilli au dernier Festival de Cannes, The Florida Project est un drame social qui se regarde comme un documentaire poétique. En suivant de (très) près les déambulations d'une enfant de 6 ans et de sa bande d'amis insolents, le réalisateur Sean Baker (Tangerine) illustre à merveille le cul-de-sac du rêve américain. Sans jamais appuyer son propos ni verser dans la thèse.

Le film se déroule donc à l'ombre de Disney World, dans un no man's land d'établissements de restauration rapide, de commerces, d'arcades et de motels vétustes. C'est dans ce monde qu'évolue la jeune Moonie, bien loin des considérations adultes. Dans les yeux de Moonie (espiègle Brooklyn Prince), le monde est un terrain de jeu. Il est fait de sucre, de glace, de sodas et de pizzas. Pourtant, le quotidien précaire de sa mère annonce, inexorablement, la fin de l'innocence de son enfance.

Caméra à l'épaule, grand-angle et gros plan, le réalisateur nous offre le point de vue fantaisiste des enfants sur la misère adulte. La caméra suit à la trace les protagonistes. Sean Baker a réuni des interprètes inconnus, chez les enfants comme chez les adultes, dont la merveilleuse Bria Vinaite en Haley, son premier grand rôle au cinéma.

The Florida Project... (PHOTO FOURNIE PAR A24) - image 2.0

Agrandir

The Florida Project

PHOTO FOURNIE PAR A24

À une exception notable: Willem Dafoe. Il joue le bon concierge du motel à l'aura paternelle. Un gérant qui entretient la propriété du mieux qu'il peut, en tentant d'insuffler un peu d'humanité à ce motel des rêves brisés.

Dans ce pays riche, présidé par un amuseur public, tout (politique, affaires, culture) se résume souvent au divertissement. Il y a (nécessairement) des réalités sociales qu'on préfère cachées, oubliées, ignorées. Comme celle de Moonie et de sa jeune mère rebelle et tatouée. Comme celle de tous les locataires du motel de The Florida Project, ce HLM mauve et rose, en marge du Royaume de Disney avec ses fées et ses princes, où la vie est tout sauf un jeu.

Parfois, ça prend des enfants pour ouvrir les yeux des grands.

* * * * 

The Florida Project. Comédie dramatique de Sean Baker. Avec Willem Dafoe, Brooklyn Prince, Bria Vinaite. 1h52.




publicité

publicité

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer