Blade Runner 2049: à la hauteur des attentes, et même au-delà!

Blade Runner 2049, de Denis Villeneuve... (Photo fournie par Warner Bros.)

Agrandir

Blade Runner 2049, de Denis Villeneuve

Photo fournie par Warner Bros.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À la sortie du visionnement de Blade Runner 2049, la première impression en est une de... plénitude. Relevant avec brio un défi quasi impossible à relever, du moins sur papier, Denis Villeneuve parvient à proposer un film de grande envergure dans lequel on retrouve sa griffe personnelle, sans trahir d'aucune façon l'oeuvre d'origine. Trente-cinq ans après la sortie du film de Ridley Scott, devenu rapidement un grand classique de la science-fiction, la filiation entre cette suite et le premier opus ne pourrait être plus harmonieuse, tant sur le plan narratif que stylistique.

Le réalisateur d'Incendies et d'Arrival traduit ainsi parfaitement l'atmosphère post apocalyptique d'une mégalopole continuellement dénuée de lumière naturelle, dans laquelle s'infiltrent toujours, même 30 ans plus tard, des esclaves créés par bio-ingénierie. Parmi eux, quelques délinquants refusent d'obéir aux ordres des humains.

Le scénario, dont nous ne dévoilerons ici aucun autre détail, est astucieux au point d'avoir su lier de façon surprenante le présent au passé, d'où la présence du fameux Rick Deckard (Harrison Ford), maintenant à la retraite. Activement recherché par l'agent «K», un «blade runner» qui, d'une certaine façon, a pris son relais, le vétéran pourrait en effet détenir la clé pour affronter une menace issue du passé, qui resurgit trois décennies plus tard.

Un poème visuel

Au-delà du récit, Blade Runner 2049 s'impose comme un poème visuel. À l'instar du premier opus, il invite même à la contemplation. Cette oeuvre se distingue ainsi grâce à son rythme, différent des films d'action montés serrés, et n'hésite pas à prendre le temps qu'il faut pour trouver sa grâce, quitte à faire l'éloge de la lenteur parfois. Rappelons qu'avec le générique, la durée du film est de 2h44.

Les images, signées Roger Deakins (qui aura peut-être enfin droit à son Oscar après avoir été cité 12 fois en 21 ans!), sont somptueuses et la conception sonore, dans laquelle se fond l'excellente trame musicale de Hans Zimmer, impressionne.

Ryan Gosling, pour qui le rôle de l'agent «K» a été écrit, évolue dans cet univers avec aisance, et sa rencontre avec l'icône Harrison Ford provoque les frissons attendus. Les nombreux personnages féminins - et l'imagerie très «villeneuvienne» qui en découle - tiennent aussi le haut du pavé. Robin Wright, Ana de Armas, Sylvia Hoeks et Mackenzie Davis, entre autres, ont ici de beaux rôles à défendre.

Logiquement, Denis Villeneuve devrait obtenir le printemps prochain sa seconde nomination consécutive aux Oscars dans la catégorie de la meilleure réalisation. La lutte qui s'annonce entre Christopher Nolan (Dunkirk) et le cinéaste québécois sera épique.

Des représentations spéciales

Blade Runner 2049 sera présenté mercredi, 4 octobre, lors de la soirée d'ouverture du Festival du nouveau cinéma de Montréal, sur invitation seulement. Le film fera aussi l'objet le lendemain de quelques représentations spéciales, ouvertes au public, notamment au Cinéma du Parc, qui le présentera avec des sous-titres en français. Il prendra l'affiche partout le 6 octobre.




publicité

publicité

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer