The Dark Tower: éminemment oubliable **

La PresseMarc-André Lussier 2/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

L'adaptation cinématographique des romans de La Tour sombre, une série «tolkienesque» de Stephen King dont le premier volet fut publié au début des années 80, a mis une bonne dizaine d'années à voir le jour. Peut-être aurait-il mieux valu renoncer en cours de route plutôt que d'insister en proposant cette version réduite de 95 minutes, qui se fond dans la masse de productions du même genre, sans même tenter de se distinguer d'une façon ou d'une autre.

The Dark Tower... (Image fournie par Columbia Pictures) - image 1.0

Agrandir

The Dark Tower

Image fournie par Columbia Pictures

Le cinéaste danois Nikolaj Arcel (A Royal Affair), qui signe ici sa première réalisation hollywoodienne, peine à trouver une cohérence dans sa démarche, trop occupé à jongler avec les différents genres que le récit appelle. The Dark Tower est à la fois un western, une science-fiction et un film d'aventures fantastiques avec des soupçons d'horreur (oui, il y a des monstres). On y trouve aussi des pointes d'humour façonnées sur le modèle des Visiteurs alors qu'un individu venu d'ailleurs se retrouve transplanté dans un milieu dont il ne connaît pas les codes.

Idris Elba (Roland) et Matthew McConaughey (Walter) font bien leur possible pour faire croire à leurs personnages, mais les deux acteurs ont l'air de s'ennuyer à peu près autant que nous. Dans une semaine ou deux, à peu près tout le monde aura oublié l'existence de ce film.

The Dark Tower (V.F.: La Tour sombre). Film d'aventures de Nikolaj Arcel. Avec Idris Elba, Matthew McConaughey et Tom Taylor. 1h35.

> Consultez l'horaire du film




publicité

publicité

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer