Tokyo Idols: univers troublant ***1/2

La PresseStéphanie Dupuis 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Stéphanie Dupuis
La Presse

«Plus de 10 000 adolescentes japonaises disent être des idoles.» De quoi donner le ton au documentaire-choc Tokyo Idols réalisé par Kyoko Miyake. Ce long métrage navigue judicieusement entre l'expérience des jeunes artistes, de leur famille, et celle des otaku, ces partisans d'un âge mûr dont la ferveur effraie.

Depuis une dizaine d'années, les Japonais se ruent sur les idoles. Habillements flamboyants et sexy, spectacles dansés et chantés, produits dérivés, compétitions, séances de poignées de main, etc. Voilà ce à quoi se résume la vie de ces jeunes filles, pour la plupart mineures.

Véritable conséquence d'une société de plus en plus connectée et hypersexualisée, le documentaire rapporte, dans un net souci d'objectivité, les dessous de cette industrie qui enregistre tous les ans des recettes de plus d'un milliard de dollars.

Kyoko Miyake donne accès à l'histoire de trois idoles. C'est à travers Rio Hiiragi, en plein essor, que la réalisatrice réussit pleinement son documentaire. Elle mène le public vers la compréhension de ce culte du fantasme masculin à travers les témoignages d'acteurs entourant la carrière de la jeune idole.

Tokyo Idols... (Image fournie par EyeSteelFilm) - image 2.0

Agrandir

Tokyo Idols

Image fournie par EyeSteelFilm

Sans jamais nommer directement les choses, toujours en les démontrant, la réalisatrice parvient avec brio à dresser un portrait d'ensemble de ce phénomène qui encourage une certaine forme de pédophilie.

Son film choque tout en demeurant sobre. Les images captées en caméra presque subjective créent un effet de dialogue entre le spectateur et les intervenants.

Mais, bien que le documentaire atteigne ses objectifs sans jamais tomber dans le piège de la caricature, les interventions laissent peu de place à l'avis d'experts. L'interprétation de cette culture populaire, ici abordée par un économiste, mériterait d'être explorée davantage par d'autres professionnels tels des psychologues et des sociologues.

Dans un souci de rendre accessible ce phénomène, la réalisatrice s'est un peu perdue dans une ligne directrice montrant peu de diversité d'opinions.

Tokyo Idols. Documentaire de Kyoko Miyake. 1h29.

> Consultez l'horaire du film




publicité

publicité

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer