Valerian and the City of a Thousand Planets: en apesanteur ***

La PresseMaude L'Archevêque 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Avec Valerian and the City of a Thousand Planets, le réalisateur Luc Besson livre une adaptation parfois brouillonne mais souvent divertissante de la bande dessinée de Pierre Christin et Jean-Claude Mézières.

Avec Valerian and the City of a Thousand Planets,... (image fournie par la production) - image 1.0

Agrandir

image fournie par la production

Soit, l'intrigue un brin alambiquée est menée si inefficacement qu'on est souvent à la fois perdu dans l'histoire et agacé par les redondances. Mais résumer l'intrigue de Valerian, c'est un peu passer à côté de la question. Comme un rêve ou une expérience hallucinatoire, Valerian résiste à l'analyse, déborde tout résumé.

Valerian ne réinvente pas le genre, mais des passages brillants justifient à eux seuls qu'on s'abandonne aux montagnes russes en images de synthèse de Luc Besson. On pense notamment aux scènes qui se déroulent dans un bazar interdimensionnel, qui apparaît tantôt comme un désert dépeuplé, tantôt comme une zone urbaine très dense, selon qu'on suit le point de vue de Laureline ou de Valerian, qui parcourent le même espace dans des dimensions différentes. Autre moment mémorable : la trop brève apparition de Rihanna en effeuilleuse de l'espace - un rôle extrêmement limité dans lequel elle crève néanmoins l'écran.

Les interactions entre images de synthèse et prises de vue réelles sont parfois un peu plus maladroites, mais le choix de miser sur la surabondance plutôt que sur la constance semble complètement assumé. C'est peut-être là la plus grande qualité de Valerian and the City of a Thousand Planets. Dans un genre aujourd'hui dominé par des franchises établies et bien huilées, le space opera de Luc Besson n'a jamais l'air de trop se prendre au sérieux.

La romance peu convaincante entre Valerian et Laureline est sans doute l'élément le plus faible du film. Avec leurs visages étrangement similaires, Dane DeHaan et Cara Delevingne forment un duo visuellement singulier, mais leur chimie forcée laisse croire que quelqu'un parmi les créateurs du film ne connaît pas la différence entre tension sexuelle et hostilité.

***

Valerian and the City of a Thousand Planets (V. F. : Valérian et la Cité des mille planètes). Film de science-fiction de Luc Besson. Avec Dane DeHaan, Cara Delevingne, Clive Owen et Rihanna. 2 h 17.

> Consultez l'horaire du film




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer