War Machine: pétard mouillé **1/2

La PresseMarc-André Lussier 2/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les attentes étaient grandes pour cette production originale de Netflix, librement inspirée du livre écrit par le regretté journaliste Michael Hastings, auteur d'un article dans le Rolling Stone dont la publication a entraîné la chute du général Stanley McChrystal. Hélas, le résultat n'est pas à la hauteur, malgré la présence de Brad Pitt.

L'acteur semble un peu perdu dans ses bottes et ne peut faire autrement que de livrer une performance caricaturale, laquelle jure avec le propos.

Le cinéaste australien David Michôd, dont le film Animal Kingdom nous avait tant impressionné, ne semble pas trop savoir quel ton emprunter pour mener son récit à bien.

War Machine... (Image fournie par Netflix) - image 2.0

Agrandir

War Machine

Image fournie par Netflix

L'aspect satirique n'est pas assez assumé pour tirer le film vers la critique grinçante, et l'impasse réelle dans laquelle les autorités militaires sont coincées est traitée de façon peu crédible dans les circonstances. 

On se surprend à rêver de ce que les frères Coen auraient pu faire avec un tel sujet. Brad Pitt aussi, sans doute. 

Sorti en distribution très limitée à New York et à Los Angeles, War Machine est actuellement offert sur le service en ligne Netflix.

* * 1/2

War Machine (V.F.: Machine de guerre). Comédie satirique de David Michôd. Avec Brad Pitt, Anthony Hayes, John Magaro. 2h02.




publicité

publicité

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer