Their Finest: bonne idée, moins bonne histoire ***

La PresseSonia Sarfati 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sonia Sarfati
La Presse

L'histoire: En 1940, pendant le bombardement de Londres par les Allemands, Catrin Cole (Gemma Arterton) va travailler aux côtés du scénariste Tom Buckley (Sam Claflin) pour écrire des dialogues féminins crédibles (!) dans un film de propagande destiné aux États-Unis. Le but: que les femmes américaines incitent leurs hommes et leur pays à entrer dans le conflit.

On tombe là dans un pattern trop souvent vu à l'écran : on part d'une bonne idée, on brode dessus en oubliant qu'une idée ne fait pas une histoire, encore moins un film.

La prémisse de Their Finest pose un point de vue différent sur ces épisodes de la Seconde Guerre mondiale, très exploités au cinéma, que sont le Blitz et la bataille de Dunkerque. Ça, on aime.

Sauf que, et c'est ce qu'on aime moins, après une entrée en matière prometteuse, tant par les personnages en présence que par la direction d'acteurs (depuis Italian for Beginners et An Education, la réalisatrice danoise Lone Scherfig n'a plus à prouver son savoir-faire en la matière), le récit quitte tranquillement la voie de l'originalité pour entrer dans celle, très convenue, de la comédie romantique.

Their Finest... (Photo fournie par Entract ) - image 2.0

Agrandir

Their Finest

Photo fournie par Entract 

Ce, en imposant une torsion (c'est l'impression que cela donne) à l'arc dramatique de personnages qui semblaient se diriger ailleurs, dans une exploration du rôle des femmes à cette époque, en période de guerre en particulier.

D'accord, la romcom demeure ici teintée par l'histoire, ce qui n'est pas ordinaire... mais le trajet est celui de la plupart des longs métrages portant cette étiquette. Jusqu'à la pirouette finale, surprenante - du moins, pour qui n'a pas lu le roman Their Finest Hour and a Half de Lissa Evans - mais qui sonne quand même un peu faux dans le contexte installé (imposé ?).

Reste des acteurs charismatiques: Gemma Arterton, solide; Sam Claflin, dont les personnages, depuis Hunger Games, semblent voués à un destin semblable. Et Bill Nighy. Pas le Bill Nighy de la franchise Underworld, mais celui qui brille dans la reine de comédies romantiques, Love Actually.

On ne s'ennuie donc pas avec Their Finest, mais telle idée pouvait incontestablement accoucher d'un film plus significatif.

* * * 

Their Finest. Drame de Lone Scherfig. Avec Gemma Arterton, Sam Claflin, Bill Nighy. 1h57.

Consultez l'horaire du film




publicité

publicité

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer