• Accueil > 
  • Cinéma > 
  • Critiques 
  • The Fate of the Furious: sans queue ni tête, mais un plaisir monstre *** 1/2 

The Fate of the Furious: sans queue ni tête, mais un plaisir monstre *** 1/2

La PresseSonia Sarfati 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sonia Sarfati
La Presse

La famille dans son sens le plus inclusif est le coeur de la franchise Fast & Furious. L'une des raisons de son (monstrueux) succès. La vraie famille, on le sait, a été très ébranlée (avec raison) par la mort d'un de ses membres, Paul Walker, mais The Fate of the Furious de F. Gary Gray (Straight Outta Compton) prouve qu'elle s'en remettra.

La famille dans son sens le plus inclusif... (image fournie par Universal) - image 1.0

Agrandir

image fournie par Universal

Cette histoire sans queue ni tête, la première à être privée de la présence charismatique de l'interprète de Brian (l'apparition de Scott Eastwood semble pointer vers le mot « substitut », mais le principal talent du jeune homme est sa ressemblance avec papa Clint), joue encore une fois la carte du plus gros (en cascades, en combats, en explosions et en muscles), plus impossible (une pluie de voitures, vraiment ? Une poursuite entre bagnoles et sous-marin, come on !), plus dément (en tout).

Bref, un plaisir monstre qui ne se prend pas au sérieux. Plaisir de voir comment les méchants d'hier (Dwayne Johnson et, maintenant, Jason Statham) deviennent les alliés d'aujourd'hui. Plaisir de voir le côté reptilien de Charlize Theron (cette froideur, cette distance !). Plaisir de voyager à vitesse grand V autour du monde. Plaisir de voir la complicité entre les membres de la famille (Michelle Rodriguez, Tyrese Gibson, Nathalie Emmanuel, Chris « Ludacris » Bridges). Plaisir-plus-grand-que-ça-tu-meurs devant les apparitions d'Helen Mirren (for-mi-da-blis-si-me), Kurt Russell et Luke Evans. Plaisir de répliques qui « cassent », de clins d'oeil aux opus précédents, d'humour de situation ou de mots (Jason Statham, encore et encore).

Un plaisir est toutefois moins au rendez-vous dans ce long métrage qui aurait pu être coupé d'un bon quart d'heure : la présence de Dom - Vin Diesel, sa voix caverneuse et son (parfait) jeu monolithique - au sein de la famille. Le scénario repose sur une apparence de trahison (ce qui était possiblement une bonne chose, la relation entre l'acteur et Dwayne Johnson ayant, semble-t-il, dégénéré), d'accord. Mais Dom parmi les siens, présence protectrice, ours au grand coeur, c'est comme une formule (1, 2, E, etc.) qui n'a pas de prix - sinon très grand.

*** 1/2 Film d'action

The Fate of the Furious

(V.F. : Le destin des dangereux)

F. Gary Gray

Avec Vin Diesel, Dwayne Johnson, Charlize Theron, Jason Statham

2 h 16

>>> Consultez l'horaire du film




publicité

publicité

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer