Inferno: l'enfer, c'est les (nombreux) autres **

La PresseSonia Sarfati 2/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sonia Sarfati
La Presse

L'histoire: Robert Langdon reprend du service dans cette troisième adaptation des romans de Dan Brown. Il se réveille, amnésique, dans un hôpital italien. Traqué par des tueurs, il s'enfuit en compagnie d'une jeune médecin et doit résoudre un puzzle compliqué qui le mène de Florence à Istanbul en passant par Venise, afin d'éviter la pandémie que veut provoquer un milliardaire obsédé par la surpopulation, de même que par Dante et son enfer.

Mené à un train d'enfer, Inferno, malgré des ajustements apportés à la trame du roman plutôt raté de Dan Brown (l'intrigue y avançait à grands coups de coïncidences), déraille copieusement. Les bonnes intentions qui pavent - paraît-il - l'enfer doivent être gravées du signe du dollar: aucune autre raison de porter à l'écran ce récit cousu de câbles blancs.

Si les images sont magnifiques, parce que les lieux que traverse le récit le sont, Tom Hanks ne semble pas trop croire à ce qu'il fait. Ici, il devient aphasique et ne trouve plus le mot «café». Tout de suite après, il décrypte codes et mystères et plus aucun mot ne lui échappe.

Seule constante: cette amnésie tellement pratique. Sans elle, il n'y avait pas d'histoire. Autour de lui, Felicity Jones, Omar Sy et Sidse Babett Knudsen font de leur mieux pour donner de la chair à des personnages monolithiques ou dont le scénario révèle petit à petit les véritables desseins - tentant de surprendre le spectateur qui, à la longue, ne s'étonnera plus de rien.

Inferno... (Image fournie par Sony Pictures) - image 2.0

Agrandir

Inferno

Image fournie par Sony Pictures

Quant au méchant, le milliardaire incarné par Ben Foster, il n'a pas l'impact de ses très tordus prédécesseurs, membres de mystérieuses organisations prenant racine dans la nuit des temps, qui pimentaient le Da Vinci Code (l'Opus Dei), Anges et démons (les Illuminati) et Le symbole perdu (les francs-maçons).

À l'arrivée, une poursuite chaotique portée par un discours vaseux sur les dangers que court l'humanité à cause de la surpopulation. Pas de quoi vendre son âme au diable.

* *

Inferno (V.F.: Inferno). Thriller de Ron Howard. Avec Tom Hanks, Felicity Jones, Ben Foster. 2h01.

Consultez l'horaire du film

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer