Un petit boulot: la loi détraquée du travail ***1/2

La PresseChantal Guy 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Quatrième et dernier film du réalisateur Pascal Chaumeil (L'arnacoeur), emporté par un cancer juste après le tournage, Un petit boulot appartient à ce genre de film noir qui fait rire et qui fait du bien.

Inspiré d'un roman de l'Américain Iain Levison, le comédien Michel Blanc signe le scénario, en plus d'y jouer Gardot, un discret caïd qui fera une offre que Jacques (Romain Duris), chômeur au fond du baril, ne pourra refuser. 

Nous sommes dans une ville belge frappée de plein fouet par la fermeture d'une usine qui employait tout le monde, où tout le monde est soit au chômage, soit coincé dans un emploi médiocre. Jacques, lui, n'a plus rien. Sa copine l'a largué, il a des dettes de poker. Aussi, lorsque Gardot lui propose, pour effacer ses dettes de jeu, de tuer sa femme en échange d'une bonne somme, Jacques est tenté, malgré un CV complètement vierge dans le rayon tueur à gages. Et c'est d'ailleurs un peu par accident qu'il va conclure ce contrat. 

Voilà qu'il prend goût à ce «petit» boulot, même s'il désire retrouver une vie normale. Mais est-ce possible d'aspirer à une vie normale dans un monde capitaliste, un peu psychopathe, qui se fout complètement des gens quand ils n'ont pas d'argent? Jacques aura d'ailleurs beaucoup de plaisir à éliminer un jeune patron d'épicerie zélé (Alex Lutz), probablement autant que le spectateur... 

... (Image fournie par AZ Films) - image 2.0

Agrandir

Image fournie par AZ Films

Au fil des quiproquos, des voyages et des visites à ses amis qui tentent de s'en sortir, Jacques croise Anita (Alice Belaïdi), avec qui une histoire d'amour se tisse. Finira-t-il par se ranger, ou poursuivra-t-il sa nouvelle carrière?

Malgré son ton décalé qui rend les scènes d'assassinat absurdes, Un petit boulot ne fait pas abstraction d'un sujet plus profond, c'est-à-dire l'humiliation ouvrière. 

Si bien qu'un criminel comme Gardot a l'air bien plus sympathique (surtout joué par Michel Blanc) que ces patrons à cravate qui s'offrent des «trips» de pouvoir sur le dos de gens en difficulté. 

Enfin, c'est un grand bonheur de retrouver Romain Duris, qui avait manifestement une belle complicité avec le réalisateur, plus malicieux et échevelé que jamais.

* * 1/2

Un petit boulot. Comédie policière dPascal Chaumeil. Avec Romain Duris, Michel Blanc, Alice Belaïdi. 1h37.

Consultez l'horaire du film

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

  • Michel Blanc: le beau boulot du cinéma

    Entrevues

    Michel Blanc: le beau boulot du cinéma

    L'inoubliable interprète de Tenue de soirée et de Monsieur Hire, qui a fait ses débuts avec la troupe du Splendid dans les comédies... »

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer