Adopte un veuf: papi cherche colocataire(s) **1/2

La PresseCatherine Schlager 2/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

De Single White Female à L'auberge espagnole en passant par Shallow Grave et Ensemble, c'est tout, la colocation a inspiré aux cinéastes de toutes origines quantité de comédies, mais aussi quelques drames et polars.

Adopte un veuf (quel mauvais titre!), cinquième long métrage du réalisateur François Desagnat (Les 11 commandements, La beuze), dont les oeuvres précédentes demeurent inédites au Québec, affirme d'emblée sa volonté de faire rire, sans toutefois négliger les moments de réflexion et de tendresse.

Sur l'air de Y'a d'la joie, on pénètre doucement dans le quotidien morne d'Hubert Jaquin (André Dussollier), récemment veuf. Depuis la mort de sa tendre épouse, Hubert ne trouve plus de sens à sa vie. Ce mal de vivre ne sera que passager, puisque Manuela (Bérangere Krief, vive), jeune étudiante fauchée à la recherche d'un appartement, cogne à sa porte alors qu'Hubert cherche plutôt une femme de ménage.

D'abord réticent à accueillir sous son toit la colorée jeune femme, Hubert finira par se laisser amadouer. Et consentira même à héberger deux autres colocataires, l'avocat séparé Paul-Gérard (Arnaud Ducret, surjouant le coincé) et Marion (Julia Piaton). Pour le meilleur et pour le pire.

Adopte un veuf se voulait plus qu'une simple comédie. En adaptant le scénario signé Jérôme Corcos et Catherine Diament, le cinéaste français souhaitait creuser la question de la crise du logement à Paris. Mais aussi celle de la place que la société accorde aux gens plus âgés, souvent laissés à eux-mêmes. Le propos est certes là, mais la réflexion demeure en surface.

Adopte un veuf... (Image fournie par Axia Films) - image 2.0

Agrandir

Adopte un veuf

Image fournie par Axia Films

Et l'humour, dans tout ça? 

Le scénario manque parfois cruellement de subtilité. 

Les blagues sur les difficultés de cohabitation d'Hubert et de Manuela (petites culottes laissées à l'abandon, portes claquant trop fort) sont prévisibles et sentent le déjà-vu. Et l'évolution de leur relation s'effectue un peu trop rapidement pour être crédible. Et que dire des déclarations ambiguës («Tu permets que je me finisse») mettant en scène Samuel (Nicolas Marie), le meilleur ami d'Hubert, ridicules à souhait. Quelques moments comiques, comme cet amusant processus de sélection des nouveaux colocataires, avec un montage efficace à la clé, suscitent tout de même la franche rigolade.

Heureusement, André Dussollier (DiplomatieOn connaît la chanson) et Bérangere Krief (la série humoristique Bref) s'en donnent à coeur joie et affichent une belle complicité. Et sauvent ainsi le film du désastre.

* * 1/2

Adopte un veuf. Comédie de François Desagnat. Avec André Dussollier, Bérangère Krief, Julia Piaton, Arnaud Ducret. 1h37.

Consultez l'horaire du film

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer