Retour chez ma mère: inutile **1/2

La PresseÉric Clément 2/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

On ressort de Retour chez ma mère avec la nette et frustrante impression que si la France a bien du mal à se renouveler comme société, c'est aussi le cas de ses comédies. Le réalisateur Éric Lavaine a tourné un film sur la famille qui aurait pu être savoureux et inspirant, mais son scénario, bâclé, est coupé de l'actualité.

L'action se déroule dans une petite ville du sud de la France où les guerres, le terrorisme, la montée de l'extrême droite, les frictions sociales et les changements de mentalité n'ont visiblement aucune résonance. Quasiment un huis clos, l'histoire est celle d'une veuve (Josiane Balasko) qui recueille chez elle sa fille de 40 ans (Alexandra Lamy) qui a perdu son emploi. 

Le récit pourrait avoir lieu il y a 15 ou 30 ans, tellement rien ou presque ne nous raccroche au présent. Aucune discussion entre les personnages n'aborde véritablement la vie réelle. Le chômage endémique qui frappe la France depuis 40 ans est à peine abordé. Avec la scène d'un employé d'une agence de l'emploi qui semble se foutre totalement de son travail.

Le film illustre une France coincée, en panne et passéiste (qui écoute du Cabrel de 1977 en boucle).

Retour chez ma mère... (Image fournie par AZ Films) - image 2.0

Agrandir

Retour chez ma mère

Image fournie par AZ Films

Une oeuvre bourrée de clichés où les personnages manquent cruellement d'originalité. La mère est contente de s'occuper de sa grande fifille. Mais elle a un secret qu'elle n'ose avouer. Le frère (Philippe Lefebvre) est un cadre hyper occupé, donneur de leçons et insipide. Tandis que la soeur cadette (Mathilde Seigner) est une punaise hystérique. Dans ce film, une seule scène, celle du repas familial, est intéressante. C'est aussi le seul moment où l'on rit de bon coeur, essentiellement grâce à Josiane Balasko.

Scénariste et réalisateur de comédies légères, Éric Lavaine vient du monde de la télévision. Retour chez ma mère a la distinction du téléroman franchouillard inutile, au contenu faible et mal filmé. Même les tournages de rue sentent la mise en scène à plein nez. Si ce film français n'est pas désagréable pour autant, il n'apporte vraiment rien de nouveau. Dommage.

* * 1/2

Retour chez ma mère. Comédie d'Éric Lavaine. Avec Josiane Balasko, Alexandra Lamy, Mathilde Seigner. 1h37.

> Consultez l'horaire du film

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer