The Conjuring 2: cette maison est purifiée! ***

La PresseChantal Guy 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
The Conjuring 2... (IMAGE FOURNIE PAR WARNER BROS.) - image 1.0

Agrandir

The Conjuring 2

IMAGE FOURNIE PAR WARNER BROS.

En attendant le nouveau Ghostbusters, dont on ne sait trop exactement s'il s'agit d'une suite ou d'une refonte, nous pouvons suivre les aventures paranormales du tandem Ed et Lorraine Warren (Patrick Wilson et Vera Farmiga), un couple particulièrement bien assorti (et qui a existé pour vrai), féru de démonologie, d'occultisme et autres phénomènes métapsychiques. Deux spécialistes de l'au-delà autrement plus sérieux et mieux formés que les farfelus de S.O.S. Fantômes.

Dans le premier volet de The Conjuring lancé en 2013, les Warren venaient en aide à une petite famille américaine coincée dans une maison hantée par un spectre diabolique. Ici, nos chasseurs de mauvais esprits, mandatés cette fois par l'Église, prêtent main-forte à une mère et ses quatre enfants, afin de les débarrasser d'un fantôme envahissant, mais il se pourrait bien qu'ils se retrouvent à exorciser et purifier cette modeste maison investie par le Mal avec un grand M, à Enfield, en banlieue de Londres.

Il ne faut pas trop se laisser impressionner par les aspects « faits vécus » de The Conjuring 2, car il s'agit bien d'un tour de manège, d'une fantaisie horrifique qui, bien sûr, prend de grandes libertés avec les événements réels et les documents officiels. 

Ce film s'inscrit directement dans la lignée des The Exorcist, Poltergeist et, bien entendu, The Amityville Horror, mais aussi les Paranormal Activity, enfin de tous ces films d'horreur surnaturelle et domestique.

L'amateur occasionnel de cinéma d'épouvante pourrait facilement confondre The Conjuring 2 avec l'un ou l'autre des films de la série Insidious ou encore avec des productions du genre comme Annabelle ou Dead Silence. Normal, tous ces films ont un point commun : James Wan, à la réalisation, à la production ou au scénario, parfois à tout cela en même temps. Wan est également cocréateur de la très populaire franchise Saw (Décadence), on peut donc parler de lui comme d'une figure importante du cinéma d'horreur des années 2000.

DU BON, MAIS PEU DE SURPRISES

Il y a beaucoup de bon dans ce Conjuring 2, sans prétention, tourné à peu de frais, très efficace, riche en scènes de trouille, habilement réalisé (par Wan), mettant au défi des personnages attachants, et agrémenté d'un brin d'humour par-ci, d'une touche rétro par-là - les événements relatés ont eu lieu en 1977, avec ce que cela suppose de favoris, de moustaches, de vêtements et mobilier vintage.

Beaucoup de bon, mais peu de surprises, peu de vrais chocs. The Conjuring 2, qui comme son prédécesseur se veut « classique » et « traditionnel », est donc sans méchanceté, sans grossièreté, sans excès sanglants, sans la distance du second degré, et propose un « film de peur » bien fabriqué.

Les effets spéciaux sont utilisés avec intelligence et parcimonie, ce sont beaucoup plus les plans de caméra qui font le vrai boulot de nous effrayer, on ne sait jamais dans quel coin le maudit esprit va apparaître. Le casting des enfants est particulièrement bien réussi et ils sont bien dirigés, au premier plan Madison Wolfe en fillette possédée. Au bout du compte, malgré le bruit et la terreur, voilà un divertissement sain et en tous points moral, qui se résume à « l'amour l'emporte toujours sur le mal ».

The Conjuring 2 ***. De James Wan. Avec Patrick Wilson, Vera Farmiga, Madison Wolfe. 2 h 14.

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer