Un + une: deux ou trois choses de l'amour ***1/2

La PresseMarc-André Lussier 3/5

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Claude Lelouch décline la rencontre amoureuse entre «un homme et une femme» depuis 50 ans. Après une vingtaine d'années de films plus ou moins réussis (mis à part Roman de gare, on dira «moins» que «plus»), le célèbre réalisateur retrouve sa plus belle forme grâce à Un + Une.

On ne manquera d'ailleurs pas de remarquer que le réalisateur d'À nous deux tente de résoudre les mystères de cette équation depuis au moins cinq décennies aussi.

Dans cette succession de hasards et de coïncidences, on trouvera souvent certains traits plus appuyés. C'est inévitable. La nature plausible du récit est parfois aussi mise à rude épreuve. Mais la force du cinéma de Lelouch est ailleurs. Elle réside en outre dans cette façon de capter des moments de grâce. Il se trouve qu'avec un homme aussi charismatique que Jean Dujardin devant la caméra, et une partenaire de jeu - Elsa Zylberstein - à la hauteur, ces instants magiques transcendent l'histoire, même quand les ficelles sont très grosses.

On sera ainsi témoin de l'attirance progressive qui s'installe entre Antoine (Jean Dujardin), un compositeur de musique de film (venu en Inde pour travailler avec l'un des éminents cinéastes du pays), et l'épouse de l'ambassadeur de France (Elsa Zylberstein). L'homme est un séducteur invétéré qui cherche à ne jamais s'attacher; la femme est en pleine crise existentielle. Cette dernière entraînera Antoine dans une quête spirituelle à laquelle il ne croit pas du tout, tout en laissant sécher son diplomate de mari (Christophe Lambert).

Un + une... (Image fournie par TVA Films) - image 2.0

Agrandir

Un + une

Image fournie par TVA Films

Un ton léger

Pendant toute la durée de leur périple à travers le pays, cet homme et cette femme riront beaucoup, s'interrogeront sur la nature de leur attirance, et s'amuseront de tout et de rien. 

Le charme du film découle beaucoup du ton résolument léger qu'empruntent le cinéaste et ses acteurs - dont on présume l'apport important - pour discuter des choses de l'amour.

Dujardin, particulièrement, se fond dans l'univers de Lelouch avec une aisance telle qu'on se demande comment diable cette rencontre ne s'est pas faite plus tôt. Rappelant le Belmondo de l'époque d'Un homme qui me plaît, l'interprète de The Artist s'affiche ici comme le héros lelouchien par excellence.

Pour lui, pour elle, pour un cinéaste qui prend visiblement un plaisir jubilatoire à filmer des acteurs qu'il aime, Un + Une vaut largement le détour.

Les admirateurs fidèles du cinéaste, eux, seront aux anges.

* * * 1/2

Comédie dramatique. Un + une. De Claude Lelouch. Avec Jean Dujardin, Elsa Zylberstein et Christophe Lambert. 1h55.

> Consultez l'horaire du film

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer