Votez Bougon: au coeur du ras-le-bol collectif

Dix ans après avoir quitté le petit écran,... (Photo fournie par Remstar)

Agrandir

Dix ans après avoir quitté le petit écran, la famille Bougon fait le saut au cinéma. Malgré les années, Paul Bougon et sa bande n'ont pas perdu de leur mordant, promet la coproductrice de Votez Bougon, Fabienne Larouche.

Photo fournie par Remstar

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Les événements se sont tellement bousculés au cours des derniers mois que la réalité est presque en train de rejoindre la fiction. En prenant le milieu politique pour cadre, les artisans de Votez Bougon plongent la célèbre famille au coeur du ras-le-bol collectif qui se répand sur toute la planète.

Depuis que la famille Bougon a quitté les ondes télévisuelles - c'était il y a 10 ans -, le monde s'est passablement transformé. Les réseaux sociaux ont fait leur apparition. La corruption au sein de l'appareil gouvernemental a été dévoilée au grand jour. Le maire Vaillancourt a été envoyé au cachot. Donald Trump a été élu à la présidence des États-Unis en tenant un discours populiste fustigeant les élites et les médias. Bernard Rambo Gauthier a fait son entrée dans l'arène politique en fustigeant les mêmes élites et en prétendant que le Québec était au bord de la guerre civile. Rien de moins.

Pas étonnant que Paul Bougon, l'attachant Papa de la série, ait eu l'idée, lui aussi, de fonder le Parti de l'écoeurement national (le PEN), avec la ferme intention au départ de s'en mettre plein les poches. Dans l'état actuel des choses, plus rien n'est surprenant.

«Cette espèce de "tempête parfaite" donne au film un élan encore plus grand», estime Fabienne Larouche, productrice de la série hier, et coproductrice (avec Michel Trudeau) du long métrage aujourd'hui.

«Pour les besoins de la cause, nous avons revu quelques épisodes diffusés à la télé. On oublie aujourd'hui à quel point cette série était à la fois audacieuse, subversive et très vulgaire. Mais elle révélait aussi quelque chose de nous, de notre peuple. C'est le cas encore maintenant, 10 ans plus tard.»

Aussi subversif que la série

Cela dit, la pratique de ce genre d'humour ne se fait pas sans péril à l'ère des réseaux sociaux et du scandale instantané. La productrice se demande même si, aujourd'hui, une série comme Les Bougon pourrait obtenir le feu vert de la part d'un diffuseur.

«Radio-Canada a fait preuve d'audace en mettant cette série à l'antenne, dit-elle. Rien ne ressemblait aux Bougon chez nous, ni dans le ton ni dans le propos. Comme, à l'époque, on est allés assez loin, il faut aujourd'hui que le film soit du même niveau. Sinon, ça ne vaut pas la peine. Le passage au cinéma permet aussi un autre genre de propos. La satire peut servir d'exutoire formidable au peuple, mais elle peut aussi faire réfléchir.» 

«À la télé, on ne visait pas le consensus et pourtant, on a atteint des cotes d'écoute de plus de 2 millions de téléspectateurs. La force silencieuse existe vraiment. On s'adresse à ces gens-là.»

«Quand François Avard est venu nous voir avec son projet de série il y a 15 ans, c'était justement pour donner la parole à ceux qui ne l'ont jamais eue», ajoute-t-elle.

Le réalisateur de Votez Bougon, Jean-François Pouliot, et les... (Photo François Roy, La Presse) - image 2.0

Agrandir

Le réalisateur de Votez Bougon, Jean-François Pouliot, et les producteurs Michel Trudeau et Fabienne Larouche

Photo François Roy, La Presse

De son côté, Jean-François Pouliot, réalisateur des deux derniers plus grands succès du cinéma québécois au box-office (La guerre des tuques 3D et Les 3 p'tits cochons 2), n'a pas vécu toutes les étapes du passage des Bougon au grand écran, un projet qui aura finalement mis 10 ans avant de se concrétiser.

«Quand j'ai reçu le scénario de Votez Bougon il y a deux ans, explique-t-il, j'ai beaucoup apprécié les gags, mais j'ai été aussi étonné par la structure du récit. La seule chose qui manquait était l'arc dramatique de Papa Bougon. Pour que l'histoire fonctionne sur la durée d'un long métrage, il fallait qu'il y ait des conflits afin que son orgueil soit fouetté. Les auteurs ont fait un travail formidable.»

Un souffle de long métrage

À une époque où les grandes comédies populaires produites au Québec pour le grand écran sont généralement inoffensives, Jean-François Pouliot a tenu à ce que les Bougon ne soient dénaturés d'aucune façon.

«Je me suis dit qu'il fallait d'abord banaliser la vulgarité, souligne-t-il. La meilleure façon était de la jouer frontalement, mais pas toujours directement à la caméra. Elle fait seulement partie de leur univers. Cela aurait été un désaveu terrible que de dépouiller les personnages de leur irrévérence. À la sortie du film, je ne crois pas que les gens retiendront d'abord leur aspect vulgaire. Il y a aussi autre chose.»

Il reste qu'aux yeux du cinéaste, le plus grand défi était de donner à Votez Bougon un souffle de long métrage, complètement différent de celui d'une sitcom de 23 minutes.

«Ce n'est pas tant dans le contenu que dans la façon d'organiser les motivations des personnages, fait-il remarquer. Au départ, les Bougon veulent fonder un parti politique uniquement pour avoir l'occasion de vendre des cartes de membre et empocher l'argent. L'adversité découle de la popularité inattendue qu'ils obtiennent. C'est ce qui crée des tensions au sein de la famille et les conflits qui s'y rattachent.

«Dans une comédie comme celle-là, poursuit-il, le plus grand risque est d'aller flirter aussi avec l'émotion. Ce que nous avons fait. J'ai même inséré un hommage au film allemand Downfall. Quand Papa Bougon fait sortir tout le monde de son bureau, c'est presque, plan pour plan, la scène dans laquelle Hitler se retrouve dans son bunker!»

____________________________________________________________________________

Votez Bougon prendra l'affiche le 16 décembre.




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer