The Revenant: une expérience difficile pour Leonardo DiCaprio

Leonardo DiCaprio à la première du film The... (PHOTO AFP)

Agrandir

Leonardo DiCaprio à la première du film The Revenant à Paris hier.

PHOTO AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Paris

L'acteur américain Leonardo DiCaprio, en lice pour l'Oscar du meilleur acteur pour The Revenant d'Alejandro Inarritu, odyssée de survie et de vengeance, a expliqué lundi soir que tourner ce film avait été «l'une de ses expériences professionnelles les plus dures».

«Je pense que nous avons tous sous-estimé ce que serait cette expérience», qui a été «complètement unique pour nous tous», a déclaré l'acteur de 41 ans, lors d'une conférence de presse à Paris.

«Dès le premier plan, que nous avons mis des semaines rien qu'à répéter, nous savions qu'il (Inarritu, NDLR) avait mis la barre si haut que nous allions devoir poursuivre un tournage qui serait un vrai défi».

«Si l'on ajoute à cela le fait que nous tournions dans la nature, dans des lieux reculés, avec des conditions climatiques extrêmes (...), tout cela a fait de ce tournage l'une de mes expériences professionnelles les plus dures», a-t-il dit.

Mais «j'aurais fait tout ce qu'il (Inarritu) demandait» pour créer «une oeuvre d'art mémorable» et «donner au public quelque chose qui est absolument authentique», a-t-il souligné.

Le film, pour lequel l'acteur a mangé du foie de bison cru, escaladé des montagnes enneigées et s'est baigné dans des rivières glaciales, a été tourné dans le Grand Nord canadien et en Patagonie, en lumière naturelle et dans des conditions très difficiles.

Inspiré de faits réels, The Revenant raconte l'histoire du trappeur Hugh Glass au XIXe siècle, grièvement blessé par un ours et laissé pour mort dans un environnement des plus hostiles, qui tente de survivre porté par un désir de vengeance.

Le film a remporté plusieurs Golden Globes, dont celui du meilleur film dramatique, du meilleur réalisateur et du meilleur acteur pour Leonardo DiCaprio. Il est également le grand favori pour les Oscars, qui seront décernés le 28 février, avec douze nominations.

Interrogé sur la scène impressionnante où il est attaqué par un ours, Leonardo Di Caprio a souligné que le réalisateur mexicain Alejandro Gonzalez Inarritu avait «réussi un moment de cinéma révolutionnaire».

«J'ai vu peu de séquences comme celle-là dans l'histoire du cinéma» où «l'on regarde le combat de l'homme contre la bête, où l'on sent littéralement les éléments sur l'objectif de la caméra» et où «l'on regarde quelque chose que l'on ne devrait pas regarder», a-t-il dit.

«Ce qui m'intéresse, ce sont les films qui nous permettent de mieux comprendre la nature humaine», a expliqué l'acteur.

Militant de longue date pour l'environnement, il a souligné aussi qu'il «aimerait trouver plus de films qui ont un message écologique».

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer