Star Wars: The Force Awakens: unis dans la Force

Le réalisateur et coscénariste J.J. Abrams et la... (PHOTO FOURNIE PAR LUCASFILM)

Agrandir

Le réalisateur et coscénariste J.J. Abrams et la productrice Kathleen Kennedy se sont fait le plaisir de s'asseoir aux commandes du célèbre Millenium Falcon pour le photographe.

PHOTO FOURNIE PAR LUCASFILM

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Sonia Sarfati
La Presse

(Los Angeles) Trois décennies se sont écoulées dans une galaxie lointaine, très lointaine, depuis les événements survenus à la fin de Return of the Jedi. Trois décennies ont aussi passé pour nous.

Et voilà que nous arrive Star Wars: The Force Awakens, qui marque le retour des piliers de l'univers créé par George Lucas (Han Solo, Leia, Luke Skywalker, Chewbacca) tout en présentant une nouvelle génération de bons et de méchants, de rebelles et de Stormtroopers, de robots, d'aliens, de Jedi et de Sith.

Aux commandes de ce film des plus attendus (un euphémisme!): le réalisateur J.J. Abrams, l'homme qui a fait redécoller la franchise Star Trek, le scénariste Lawrence Kasdan, un vétéran de la saga, et la productrice Kathleen Kennedy.

Ils participaient, plus tôt cette semaine, à des conférences de presse tenues très secrètes où étaient invités des journalistes qui, et c'était une première, n'avaient pas pu voir le long métrage avant.

«Je suis quelqu'un de très secret», a indiqué J.J. Abrams (qui, en effet, est parvenu à relancer l'Enterprise dans l'espace sans qu'aucune fuite majeure ne vienne miner la sortie de Star Trek). «Mais j'ai pensé que cette fois, je devrais laisser aller les choses. À ma surprise, Disney a insisté pour ne pas révéler, pour préserver, pour ne pas montrer.»

D'où le mystère entourant le long métrage. «Par respect pour les fans, pour préserver la surprise», assure Kathleen Kennedy. «Je vous serais d'ailleurs vraiment reconnaissant, quand vous aurez vu le film et en parlerez, de ne pas tout révéler», a plaidé J.J. Abrams devant les représentants des médias.

Il y avait, lors de ces rencontres, sur la scène où se tenaient les artisans de The Force Awakens comme chez ceux qui étaient là pour les questionner, une excitation qui s'apparente à celle des enfants à l'approche de Noël.

La passion

Rien pour étonner J.J. Abrams: «Personne n'a travaillé sur ce projet seulement parce que le job était disponible, ç'a été un travail mû par une vraie passion.» Ce discours-là, les journalistes l'entendent régulièrement. Le prennent avec un grain de sel. Pas cette fois-ci.

Dans son travail avec Lawrence Kasdan (lequel a aussi coscénarisé The Empire Strikes Back et Return of the Jedi), le réalisateur s'est posé une question fondamentale: «Qu'est-ce que nous voulons ressentir et qu'est-ce que nous voulons que les gens ressentent quand ils iront voir le film?»

La discussion entre les deux hommes et Kathleen Kennedy a démarré là-dessus et a débouché sur les sentiments de découverte, de surprise et d'euphorie qui ont habité le public quand, en 1977, il s'est retrouvé face à A New Hope.

J.J. Abrams a voulu recréer cet effet. Pour dire une histoire. Une bonne histoire. «Mais pas pour faire un voyage nostalgique, insiste-t-il. Nous avons regardé vers l'arrière pour mieux aller de l'avant. Les épisodes IV, V et VI racontent une histoire continue, nous présentons le VIIe. Et ce VIIe contient ce que l'on a vu auparavant, donc des éléments familiers dans la trame narrative, qui servent à nous propulser dans une toute nouvelle intrigue.»

Si table rase a été faite avec l'univers étendu de la saga, Lawrence Kasdan et J.J. Abrams ont toutefois respecté les règles de l'univers Star Wars.

«Mais nous voulions avant tout raconter une histoire qui nous intéresse et qui nous enchante. Nous nous sommes dit: «Qu'est-ce qui serait le plus amusant sur cette page? Et sur la suivante? Et sur l'autre?» Le plaisir est ce qui nous a guidés, plus que le canon ou quoi que ce soit d'autre survenu avant», fait le scénariste.

L'esprit original

Et le résultat ne semble pas avoir trahi l'esprit original puisque même Harrison Ford - difficile de faire plus familier avec l'oeuvre! - a eu immédiatement «le sentiment d'être de retour à la maison». Sentiment partagé par Kathleen Kennedy: «Il est entré dans le Millenium Falcon et il a dit sa première réplique. Ç'a été instantané: Han Solo était de retour.»

Même John Boyega, nouveau venu dans cette galaxie et fan de la première heure - comme la plupart des nouveaux membres de la distribution, il n'a jamais vécu dans un monde où Star Wars n'existait pas - s'est retrouvé chez lui, dans cette histoire «de courage, d'amitié, de loyauté. C'est ce qui est le plus important dans toute la saga».

Il a en va donc ainsi dans The Force Awakens, assure-t-il... lui qui a vu le film la semaine dernière (le chanceux!).

«Je me suis identifié au personnage de Rey [Daisy Ridley] plus qu'à tout autre, plus même qu'à Finn [le personnage qu'il interprète]. D'être dans une situation où vous devez trouver à l'intérieur de vous quelque chose de plus grand que ce que vous êtes vous-même, c'est une source d'inspiration pour moi.»

Voilà qui est bien beau. Mais qui ne fait qu'épaissir le mystère. Et grimper les attentes. Comme le dit Lawrence Kasdan: «Notre seule pression a été de nous demander s'il était possible de faire quelque chose qui justifie autant d'anticipation.»

Réponse dans une semaine. Tic-tac...

Ils ont dit

> «Non.» - Réponse de J.J. Abrams à la question: «Y a-t-il une scène supplémentaire après le générique?»

> «Nous n'avons pas "cartographié" dans le détail les prochains épisodes, mais il est sûr que J.J. a déjà beaucoup discuté avec Rian [Johnson], qui commence en janvier le tournage du VIII. Et Colin [Trevorrow] sera très présent sur ce plateau, en préparation du IX.» - Kathleen Kennedy

> «Mon conseil se limite à «Regardez bien des deux côtés avant de traverser la rue».» - Harrison Ford dans une réponse «han-soloïenne» à la question: «Quel conseil donneriez-vous aux jeunes membres de la distribution, dont la vie va changer après la sortie du film?»

> «Les films de Kurosawa m'ont influencé pendant toute ma carrière. Il est le Shakespeare du cinéma. Il a fait des comédies, des films d'action, des drames. Chacune de ses oeuvres contient toute la vie, et Seven Samurai est peut-être le plus grand film jamais fait. J.J. et moi y faisions constamment référence pendant l'écriture de The Force Awakens. Surtout que Kurosawa était aussi l'une des inspirations de George Lucas.» - Lawrence Kasdan

_____________________________________________________________________________

Star Wars: The Force Awakens (Star Wars: Le réveil de la Force) prend l'affiche le 18 décembre. Les frais de voyage ont été payés par Walt Disney Studios Pictures.

Star Wars - Le réveil de la force

Cote La Presse

Plus de trente ans après la bataille d'Endor, les nostalgiques de l'ancien régime, rassemblés sous la bannière du Premier Ordre, débarquent sur la...
Fiche du film
Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer