Joss Whedon et Kevin Feige: les cerveaux de l'opération

Le groupe The Avengers réunit désormais Maria Hill... (Photo: fournie par Marvel)

Agrandir

Le groupe The Avengers réunit désormais Maria Hill (Cobie Smulders), Steve Rogers/Captain America (Chris Evans), James Rhodes/War Machine (Don Cheadle), Dr. Cho (Claudia Kim), Thor (Chris Hemsworth), Tony Stark/Iron Man (Robert Downey Jr.), Clint Barton/Hawkeye (Jeremy Renner), Bruce Banner/Hulk (Mark Ruffalo) et Nathasha Romanoff/Black Widow (Scarlett Johansson).

Photo: fournie par Marvel

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Sonia Sarfati
La Presse

(Burbank) On attendait beaucoup de The Avengers. Joss Whedon, l'homme derrière les séries Buffy the Vampire Slayer et Firefly, geek assumé, qui allait scénariser et réaliser «l'histoire des origines» du groupe de superhéros réunissant Iron Man (Robert Downey Jr.), Captain America (Chris Evans), Thor (Chris Hemsworth), The Hulk (Mark Ruffalo), Black Widow (Scarlett Johansson) et Hawckeye (Jeremy Renner), était attendu avec une tonne d'espoir.

Mais la brique et le fanal étaient aussi prêts à s'abattre sur lui tant le projet, ambitieux, possédait tous les ingrédients pour s'écraser sous son propre poids.

Trois ans et 1,5 milliard plus tard, la preuve est faite et bien faite que le travail a été extrêmement bien fait. Et que la suite des choses allait s'avérer un défi aussi monumental que ce succès. Auquel Joss Whedon - et, par ricochet, Kevin Feige, la tête pensante du Marvel Cinematic Universe - s'est attelé avec l'enthousiasme, le dévouement, l'humour et le talent qu'on lui connaît.

«Je ne me suis pas attardé à réfléchir à l'ampleur de la tâche, a-t-il indiqué lors d'une conférence de presse tenue à Burbank. L'important était de m'assurer que chacun ait son moment, son arc dramatique, dans une structure narrative commune, et que tout le monde joue dans le même film, autour des mêmes thèmes.»

Il ne minimise pas le défi qu'a constitué Avengers: Age of Ultron - le montage, afin de répondre à ces critères, a été tout un casse-tête -, mais, à son habitude, il ne prend pas le haut du pavé. Il laisse la place à «ses» acteurs, une bande assez impressionnante à laquelle s'ajoutent les James Spader (voix de Ultron), Elizabeth Olsen (Scarlet Witch), Aaron Taylor-Johnson (Quicksilver) et Paul Bettany (qui, auparavant voix de l'intelligence artificielle J.A.R.V.I.S., devient The Vision).

Bref, il a grimpé la montagne en l'attaquant pas après pas: «Je me suis demandé quelles conversations les personnages n'avaient jamais eues, qu'est-ce qui n'avait pas encore été montré, qu'est-ce qu'ils n'avaient pas fait. Je ne m'attardais jamais sur la vue d'ensemble.» Ç'aurait été paralysant.

Les deux visages de Tony Stark

Depuis les événements survenus dans The Avengers, les membres de l'équipe ont appris à travailler ensemble. Mais tout va changer lorsque Tony Stark, en activant un programme de paix de provenance extraterrestre, crée accidentellement le plus grand danger auquel ait jamais fait face l'espèce humaine. Entrée d'Ultron, qui incarne la menace. Et de The Vision, qui est (peut-être) l'espoir.

«Ils sont d'une certaine manière les deux visages de Tony Stark, mais ils sont avant tout les deux faces d'une même médaille, indique le réalisateur. Il y a quelque chose de beau, je trouve, dans cette façon qu'ils ont de voir un même événement et d'y réagir par des émotions différentes.»

Cette vision «fractionnée» pour laquelle a opté le réalisateur, Kevin Feige ne peut la partager. Lui, jongle avec l'univers Marvel au complet. Un plan ambitieux dont le germe a été semé au grand écran il y a une décennie, mais qui a vraiment pris son envol en 2008 avec Iron Man.

«Les gens ont compris beaucoup plus rapidement que je ne le pensais qu'ils venaient de mettre les pieds dans un univers plus vaste qu'il n'y paraissait, fait le producteur et président de Marvel Studios. Et ç'a été formidable depuis. Mais, aussi, intimidant. Il n'y avait aucune attente au départ. Aujourd'hui, elles sont écrasantes. En particulier pour ce film-ci.»

Mais avec une telle bande de superhéros, à laquelle se joindra bientôt Spider-Man, brebis égarée chez Sony, il est difficile de partager son inquiétude.

_____________________________________________________________________________

Avengers: Age of Ultron (Avengers: l'ère d'Ultron) prend l'affiche le 1er mai. Les frais de voyage ont été payés par Walt Disney Studios Pictures.

Chris Evans et Chris Hemsworth, alias Captain America... (Photo: fournie par Marvel) - image 2.0

Agrandir

Chris Evans et Chris Hemsworth, alias Captain America et Thor.

Photo: fournie par Marvel

LES PERSONNAGES

Ultron

James Spader s'est prêté au jeu de la capture de mouvements pour interpréter celui qui devient l'ennemi numéro 1 des Avengers, une intelligence artificielle d'origine extraterrestre que Tony Stark amorce dans le but de protéger la Terre. Erreur.

The Vision

Paul Bettany était la voix de J.A.R.V.I.S., l'intelligence artificielle qui assiste Tony Stark au civil comme dans l'armure d'Iron Man. Il devient ici The Vision, une forme de vie artificielle qui est en quelque sorte «l'enfant» d'Ultron, Tony Stark et Bruce Banner.

Scarlet Witch et Quicksilver

Aaron Taylor-Johnson et Elizabeth Olsen étaient mari et femme dans Godzilla. Ils sont, ici, les jumeaux mutants Pietro et Wanda Maximoff, autrement dit Quicksilver et Scarlet Witch. «Il est rapide, elle est bizarre», résume Maria Hill.

Iron Man

Robert Downey Jr. incarne Tony Stark/Iron Man, mais en tant que lui-même, il est déjà tout un personnage. Tendez-lui un micro et le spectacle commence! «J'ai lu le scénario, je l'ai trouvé formidable... ce qui ne m'arrive jamais. Je n'ai donc pas passé mon temps à réécrire les scènes.» Un personnage, on l'a dit.

Captain America et Thor

Les deux Chris, Evans et Hemsworth, reprennent du service en Captain America et Thor. Le premier, de plus en plus en conflit avec Tony Stark (on prépare Civil War); l'autre, très conscient de la menace qui plane ici, sur la Terre: elle provient de mondes avec lesquels il est familier.

Hawkeye

Jeremy Renner campe l'archer sans pouvoir surnaturel, mais très doué dans sa... profession. Il est tireur d'élite. N'a pas toujours été du côté des gentils. On découvre une facette surprenante de sa personnalité dans ce film-ci.

Black Widow

Scarlett Johansson se glisse de nouveau dans la peau de Natasha Romanoff/Black Widow. Si l'expérience a été différente pour elle, c'est que le scénario creuse un filon plus émotif pour le personnage, mais, aussi, parce qu'elle était enceinte au moment du tournage.

Hulk

Après des incarnations peu concluantes d'Eric Bana et d'Edward Norton, le docteur Bruce Banner/Hulk a gagné le coeur des fans grâce au travail de Mark Ruffalo dans The Avengers. Il remet ça en beauté.

Maria Hill

Joss Whedon voyait Cobie Smulders comme «sa» Wonder Woman quand il planchait sur le scénario destiné à la Warner. Le projet est tombé à l'eau, mais l'auteur-réalisateur a confié un autre rôle, celui de Maria Hill, à l'actrice canadienne. Elle le reprend ici - faisant le pont entre les longs métrages et la série Agents of S.H.I.E.L.D

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer