Franck Dubosc: opération séduction

Franck Dubosc incarne un père un peu coincé... (Photo: David Boily, La Presse)

Agrandir

Franck Dubosc incarne un père un peu coincé qui doit donner des conseils de séduction à son fils.

Photo: David Boily, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Dans Fiston, une comédie française signée Pascal Bourdiaux, Franck Dubosc incarne Antoine Chamoine, un cinquantenaire reclus qui prend en main l'éducation sentimentale d'Alex (Kev Adam), obsédé depuis l'âge de 7 ans par la même fille, Sandra Valenti. Le jeune homme décide de demander conseil à Antoine qui, il y a 20 ans, a réussi l'impossible: séduire la mère de Sandra. Mais Franck Dubosc est-il vraiment aussi bon séducteur que son personnage?

Êtes-vous un séducteur?

J'ai déjà été dragueur comme tous les mecs, mais pas du tout séducteur. C'est un personnage que j'ai peu fait au cinéma. Je l'ai utilisé dans mes spectacles, mais surtout sur les plateaux de télévision, en entrevue. J'ai toujours fait celui qui séduit l'intervieweuse ou l'actrice assise à côté de lui sur le plateau. C'est un bon moyen d'aller chercher le rire facile en télé. Ça fait longtemps que je n'ai l'ai plus fait en France, mais j'ai usé une ou deux fois de regards à l'ancienne sur le plateau de Tout le monde en parle avec Mariloup Wolfe. Je suis un peu plus jeune quand je viens à Montréal!

Le meilleur conseil de séduction que vous donneriez à votre fils?

Mon fils a 4 ans, mais il embrasse déjà tout le monde et adore toucher les seins des filles. Je crois qu'une des choses qui peut séduire une femme, ou un homme d'ailleurs, c'est la partie qu'on ignore sur la personne. Dans le cas d'un humoriste, ça serait quand il devient un peu intelligent. La fille peut alors dire à ses amies: «Et en plus, il est intelligent.» S'il s'agit d'un intello, il doit être drôle, pour qu'on se dise: «Et en plus, il est drôle.» Ce qui compte en séduction, c'est le «et en plus...», cette partie de nous que l'autre a l'impression de découvrir et qui peut séduire.

Votre père vous a-t-il donné des conseils avec les femmes?

Jamais mon père ne m'a parlé de filles. Je fais partie d'une génération où les papas étaient très pudiques.

Adolescent, aviez-vous du succès avec les filles?

J'étais souvent très amoureux, mais ça ne marchait jamais. Mon premier amour, je devais avoir environ 12 ans. Je me souviens d'avoir dit: «Même si je suis un vieux monsieur, on sortira ensemble.» Je repense à cette fille-là, elle doit avoir 50 ans et ça ne me plaît plus!

Le pire plan de drague?

Je ne m'en rappelle plus, je devais être bourré!

Le plan de drague qui a le mieux fonctionné?

Celui que j'ai utilisé avec ma femme. Lors de notre première rencontre, elle travaillait à NRJ et s'occupait de l'un de mes spectacles. J'ai vu cette jolie brune en bas des escaliers et je lui ai donné mon blouson en lui demandant: «Pouvez-vous porter mon blouson, on aura l'impression que vous êtes ma femme?» Elle a dû trouver ça d'un ringard et se dire que j'étais un con prétentieux sûr de lui! Le soir, il y avait un dîner et j'ai demandé au directeur de la chaîne de faire en sorte que je sois assis à ses côtés. Une deuxième fois lourdaud, je lui ai parlé toute la soirée et elle a dû se dire: «Ce mec n'est pas si con que ça finalement.» C'était à Monaco et je dis souvent que là-bas, tout ce que tu touches, tu le gardes. Ça a pris du temps, mais on est mariés et on a deux enfants!

Comment avez-vous construit ce personnage?

Il fallait à tout prix éviter que Fiston se transforme en «Patrick Chirac (son personnage dans le film Camping) rencontre l'idole des jeunes». J'ai voulu ajouter une barbe à mon personnage pour lui donner un côté plus sévère au début et un col roulé pour lui ajouter un côté coincé et ringard sans être gaguesque, avec une voix très posée. Le réalisateur a beaucoup aimé l'idée.

Avez-vous eu des réticences à incarner le personnage le plus âgé dans Fiston?

On demande souvent aux humoristes s'ils ont envie de passer à quelque chose de plus sérieux. S'il y a un chemin pour le faire, c'est d'incarner un personnage plus mature dans une comédie. C'est une belle transition. À la lecture du scénario, je me suis tout de suite dit qu'il fallait faire attention à ce qu'Antoine ne fasse pas vieux séducteur sur le retour qui va donner des conseils de drague. Ce n'est pas du tout le cas dans Fiston. Il s'agit de séduire une seule fille et au fil de l'histoire, on se rend compte que c'est un peu plus subtil que ça. Ce n'est pas un film gaguesque. Heureusement, je joue le vieux aux côtés d'un comédien beaucoup plus jeune (22 ans), alors je ne me suis pas trop posé de questions!

________________________________________________________________________________

Fiston prend l'affiche le 28 mars.




publicité

publicité

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer