Tournage de Les p'tits cochons 2: les petits cochons grandissent

Encore une fois, Christian (Guillaume Lemay-Thivierge) trouvera refuge... (PHOTO ÉDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE)

Agrandir

Encore une fois, Christian (Guillaume Lemay-Thivierge) trouvera refuge dans la magnifique demeure de son frère Rémi, à Westmount.

PHOTO ÉDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le thème de l'infidélité - qui était au coeur du long métrage Les 3 p'tits cochons - perd de son importance dans le deuxième volet. Même si les trois frères (Paul Doucet, Guillaume Lemay-Thivierge et Patrice Robitaille) ont toujours une sexualité débordante, l'amour leur jouera des tours.

«L'amour est au coeur des relations, ce qui n'était pas le cas dans le premier film. C'est une autre saison de la vie. Une saison où le désir de l'amour est plus important que le désir du cul», explique le réalisateur Jean-François Pouliot.

Sur le plateau de tournage du film Les 3 p'tits cochons 2, il y a de nouveaux visages. Patrick Huard a été remplacé par Jean-François Pouliot à la réalisation et Claude Legault par Patrice Robitaille dans le rôle de Mathieu.

Pour le reste, l'histoire reprend son cours cinq ans plus tard. Et malgré ce que la fin du premier film laissait entendre, Rémi (Paul Doucet) n'a pas quitté sa femme (Sophie Prégent). Ses frères l'ont bien vu embrasser son voisin, mais il n'a pas pour autant dévoilé son homosexualité.

«Tout roule pour lui, dit Paul Doucet. De riche, il est devenu archiriche. Il est au sommet de sa carrière. Mais, rapidement, son équilibre parfait va s'écrouler. Nous assistons à la déchéance de Rémi.»

Ça ne va pas mieux dans la vie de Christian (Guillaume Lemay-Thivierge), qui est sans domicile fixe. Il finira donc - comme dans le premier film - à trouver refuge dans la magnifique demeure de son frère Rémi, à Westmount.

L'amour

Quant à Mathieu (Patrice Robitaille), il partage toujours sa vie avec Geneviève (Isabel Richer).

«Nous célébrons plus l'amour que dans le premier film. Il y a quelque chose de plus mature dans les thèmes abordés. Je sais que c'est con, mais je crois que dans la tromperie, il y a quelque chose de juvénile, il y a quelque chose de fond de short trop actif! Alors que là, il est question de fond de short déposé, réfléchi», dit Patrice en riant.

Isabel Richer renchérit: «Les problèmes de couple étaient provoqués par les gars dans le premier film, tandis que là, les rapports de forces sont différents dans les couples. Mon personnage avait décidé de donner une deuxième chance à son couple. Mais là, pour des raisons différentes, ils sont encore dans une impasse. Ils devront encore prendre la décision de se rechoisir. C'est vrai que c'est un film romantique, mais sans les violons.»

Jean-François Pouliot va même jusqu'à parler de «premier amour» pour Christian et Rémi: «Le personnage de Guillaume Lemay-Thivierge va finalement découvrir l'amour pour la première fois, parce qu'il ne savait pas ce que c'était. Même chose pour le personnage de Paul Doucet avec Olivier.»

Le réalisateur de La grande séduction et de Guide de la petite vengeance poursuit: «Il s'agit vraiment d'une comédie dramatique. D'ailleurs, Paul Doucet nous a dit: «Je n'ai jamais autant pleuré dans une comédie!» Que voulez-vous, j'ai beaucoup plus de facilité à faire de la comédie basée sur le drame. Sinon, je suis un peu perdu.»

L'allusion au conte des «trois petits cochons» est toujours présente dans ce deuxième long métrage, écrit par Claude Lalonde et Pierre Lamothe: les trois frères ont construit des unions - parfois solides, parfois fragiles - qu'ils tenteront de protéger.

Les 3 p'tits cochons 2 devrait prendre l'affiche l'été prochain.

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer