L'enlèvement, sujet récurrent des comédies québécoises

Les maîtres du suspense met en vedette Robin... (PHOTO FOURNIE PAR LES FILMS SÉVILLE)

Agrandir

Les maîtres du suspense met en vedette Robin Aubert, Michel Côté et Antoine Bertrand.

PHOTO FOURNIE PAR LES FILMS SÉVILLE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Sur le même thème

Le film Ego Trip, qui a pris l'affiche vendredi, comporte une importante scène d'enlèvement. Faut-il en être étonné? Pas vraiment. Le kidnapping semble être à la comédie québécoise ce que le fromage jaune orange en poudre est au Kraft Dinner. Un ingrédient incontournable et très visible. Pour ne pas dire... prévisible. Voici quelques exemples.

LES MAÎTRES DU SUSPENSE

Sorti en décembre dernier, le film de Stéphane Lapointe nous entraîne sur les traces d'Hubert Wolfe (Michel Côté), célèbre romancier en éternelle panne d'inspiration, de son écrivain fantôme (Robin Aubert) et du fantôme du fantôme (Antoine Bertrand).

Leurs aventures les mènent jusqu'en Louisiane où ils sont séquestrés. Dans une des meilleures scènes, ils sont sur le point de passer à la trappe au cours d'une cérémonie vaudou particulièrement relevée.

LE SENS DE L'HUMOUR

Les rôles sont renversés dans ce film d'Émile Gaudreault puisque le comédien Michel Côté incarne Roger Gendron, cuisinier timide et renfermé qui enlève Luc et Marco (Louis-José Houde et Benoît Brière), deux humoristes bas de gamme qui se sont payé sa tête au cours d'un spectacle dans son village.

D'aucuns se souviennent de la fameuse scène de l'«écouilleur», instrument au nom assez éloquent, merci.

Rémy Girard dans Hot Dog... (PHOTO FOURNIE PAR FILMS SÉVILLE) - image 3.0

Agrandir

Rémy Girard dans Hot Dog

PHOTO FOURNIE PAR FILMS SÉVILLE

HOT DOG

En dépit d'une distribution de rêve (Rémy Girard, Éric Salvail, Paul Doucet, Edith Cochrane), ce qui se voulait la comédie de l'été 2013 n'a pas connu le succès graisseux que ses artisans espéraient au box-office.

Quant à la critique, elle digère encore mal ce film emballé sous vide. Toujours est-il que le long métrage de Marc-André Lavoie comporte plusieurs situations d'enlèvement autour d'un quiproquo impliquant les propriétaires d'une usine de fabrication de saucisses.

LE COLIS

Ce premier long métrage de Gaël d'Ynglemare sorti en 2011 n'est pas demeuré longtemps sur le radar des médias et du public.

Mettant en vedette Emmanuel Bilodeau et Gildor Roy, le film raconte l'histoire de Michel (Bilodeau), un bon père de famille sans le sou qui décide de faire kidnapper un industriel plein aux as (Roy) dans l'espoir d'obtenir une généreuse rançon.

LES DANGEREUX

Film de Louis Saïa sorti en 2002, cette comédie loufoque campée dans le milieu de la chanson québécoise contient aussi ses scènes d'enlèvement et de rançon impliquant la chanteuse Roxanne (Véronique Cloutier) et Marco (Michel Charette), le frère de Francis (Stéphane Rousseau), un jeune comptable zélé transformé en enquêteur. Le film est resté célèbre pour les mauvaises raisons...

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer