Hitchhiking in the Dark: l'homosexualité sous un angle nouveau

Le comédien et réalisateur Jean-Pierre Bergeron travaille à... (Photo: fournie par l'artiste)

Agrandir

Le comédien et réalisateur Jean-Pierre Bergeron travaille à la préparation de son premier long métrage.

Photo: fournie par l'artiste

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Avec son projet de long métrage intitulé Hitchhiking in the Dark, le comédien et réalisateur Jean-Pierre Bergeron ne sera certes pas le premier réalisateur à parler d'homosexualité. Mais il veut aborder le thème sous un angle qu'il estime nouveau.

«Je veux parler d'identité de genre, dit-il en entrevue à La Presse quelques jours après avoir annoncé que les comédiens Roy Dupuis, Guylaine Tremblay et Emmanuel Bilodeau feront partie de la distribution. Des histoires de garçons qui sont féminisés, on a vu ça. Mais on n'a pas vu d'histoires inverses. Mon film veut aborder le fait qu'on peut avoir une identité masculine très forte et être en même temps homosexuel.»

Campé dans les années 60, le film raconte l'histoire de Jean, un garçon de 11 ans vivant à Arvida et qui découvre son homosexualité. Le soir, il part à l'aventure en faisant du pouce dans sa ville (minière) qu'on surnomme The Little Washington of the North parce que construite par des intérêts américains.

Ouvertement gai, M. Bergeron indique qu'à l'exemple de son court métrage Alone With Mr. Carter, son long métrage est semi-autobiographique.

«C'est un sujet important et peut-être encore plus tabou que l'homosexualité. Moi, c'est en voyant pour la première fois Michelle Blanc à la télévision que j'ai réalisé être fondamentalement un homme, dit-il. Le genre que nous avons et la façon de l'exprimer constituent des éléments très importants de notre identité.»

Québec, années 60

Produit par la maison Camera Oscura (Roche, papier, ciseaux), le film est actuellement en montage financier. Dans l'idéal, le tournage s'amorcerait au printemps 2014.

Cela dit, M. Bergeron entend déployer son histoire avec pour arrière-plan certains faits réels des années 60. «C'était l'époque de Coccinelle, le premier travesti français très connu dans les médias, rappelle le réalisateur. Mon film est aussi campé à l'époque de Léopold Dion, ce tueur en série de petits garçons et qu'on a appelé le Monstre de Pont-Rouge.»

Dans l'oeuvre, Guylaine Tremblay et Emmanuel Bilodeau interpréteront les parents du petit Jean alors que Roy Dupuis interprétera Henry Mason, un ingénieur du Rhode Island qui cache son homosexualité derrière une vie familiale des plus normales.

«J'ai tout de suite pensé à Roy après l'avoir vu dans le film Shake Hands With the Devil, dit M. Bergeron. Il possède toute la séduction nécessaire pour le rôle. Et il peut aussi bien jouer en anglais comme en français.»

On aura compris que le film sera tourné en anglais. Mais plusieurs scènes, dont celles impliquant les parents de Jean, seront tournées en français.




publicité

publicité

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer