La gang des hors-la-loi : le terrain d'entente

L'équipe du film La gang des hors-la-loi au... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE)

Agrandir

L'équipe du film La gang des hors-la-loi au travail, sur l,ancien terrain de balle de Richibouctou-Village.

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le réalisateur Jean Beaudry vient de terminer le tournage du 24e film de la collection Contes pour tous: La gang des hors-la-loi. La Presse s'est rendue la semaine dernière à Richibouctou-Village, au Nouveau-Brunswick, pour assister à l'enregistrement des dernières scènes du film qui met notamment en vedette Marie-Jo Thério et Gildor Roy.

Nous sommes sur l'ancien terrain de balle de Richibouctou-Village, un terrain aujourd'hui abandonné situé juste derrière le Club d'âge d'or de cette petite localité francophone du Nouveau-Brunswick, près des villages de pêcheurs qui longent la côte. C'est là que les scènes-clés du film produit par Rock Demers ont été tournées.

Le réalisateur Jean Beaudry tourne une scène de réconciliation entre le personnage de Marie-Jeanne, interprété par Marie-Jo Thério, et son beau-père Jérémie, défendu par Guy Thauvette. Les prises sont enregistrées au gré des éclaircies, avec des figurants du village. Des gens visiblement heureux d'accueillir autant de monde sur leurs terres.

Plus tôt dans la journée, à Bouctouche, c'était au tour de Gildor Roy de tourner une scène avec le personnage principal du film, André Kasper, 11 ans. Le défi du jeune garçon: former deux équipes de baseball et remplir les estrades du parc afin d'éviter que la mairesse du village (Valérie Blais) ne transforme le terrain de balle en dépotoir.

Il s'agit d'un retour pour Jean Beaudry, dont le dernier film, Le cri de la nuit, remonte à 1996. Le réalisateur de Jacques et Novembre avait auparavant réalisé deux films produits par Rock Demers au début des années 90 (Pas de répit pour Mélanie et Tirelire, combines et cie).

Le réalisateur a été contacté par Rock Demers l'an dernier, après le désistement d'André Melançon, qui travaillait à l'écriture du scénario et qui devait réaliser le film. «Il a été obligé d'abandonner le projet en raison de ses problèmes de santé», précise Jean Beaudry, qui s'est réjoui de renouer avec Rock Demers, malgré les circonstances.

Le projet de film de Rock Demers a mis près de 14 ans avant de trouver son financement.

Comme dans tous les films de la collection Contes pour tous (La guerre des tuques, Opération beurre de pinottes, Bach et Bottine), La gang des hors-la-loi met en vedette des enfants. En l'occurrence 12 enfants du Québec et du Nouveau-Brunswick, parmi lesquels Charles Gillespie, Any Jeanne Savaria et Frédérique Cyr-Deschênes. Une folle équipée pour eux.

«J'anticipais un peu de tourner avec autant d'enfants, avoue le réalisateur. Diriger des acteurs, c'est quelque chose d'émotivement exigeant. Les enfants, c'est pareil, mais il faut les accompagner un peu plus là-dedans. Rapidement, je me suis aperçu que ça marchait. Il y avait une belle cohésion entre eux. Ç'a été un beau tournage.»

Parallèlement à cette histoire adaptée du roman de l'auteur néo-écossais Lance Woolaver, Jean Beaudry a voulu accentuer certains aspects dramatiques du scénario amorcé par André Melançon, «pour ne pas que ce soit simplement un film sur le baseball». Il a donc approfondi la relation de Nicolas avec son grand-père, Jérémie.

«Jérémie sombre dans l'alcool après la mort de son fils [le père de Nicolas], détaille Jean Beaudry. Si Marie-Jeanne et son beau-père se réconcilient, c'est qu'elle le tient responsable de la mort de son mari. À la fin, c'est le petit Nicolas qui le convaincra d'arrêter de boire, en l'entraînant notamment dans son combat contre la mairie. Les vieux du village vont se joindre aux jeunes pour sauvegarder le terrain.»

Le personnage de Nicolas se confiera également à une corneille, l'oiseau noir symbolisant l'âme de son père. «Il nous reste à tourner ces scènes avec la corneille. «On attend trois de ces oiseaux qui nous viennent de Toronto avec leur dompteur. L'enfant se confie à cette corneille comme s'il écrivait dans son journal de bord.»

Le tournage du film doté d'un budget de 2,3 millions s'est amorcé le 31 juillet à Richibouctou-Village. Le coproducteur néo-écossais Clarence Leblanc a également organisé des tournages dans les villages de Cap-Pelé, Bouctouche et Cap-Lumière, où un vieux bateau a servi de repaire aux enfants. Le film sortira en salle l'été prochain.

Les frais de ce voyage ont été payés par Productions La Fête et Connections Productions.

Le réalisateur Jean Beaudry vient de... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE) - image 2.0

Agrandir

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

LES PERSONNAGES

André Kasper

À 11 ans seulement, André Kasper (son nom d'acteur) en est déjà à son cinquième film. On l'a vu notamment dans Rouge sang de Martin Doepner. Avec La gang des hors-la-loi, le jeune acteur défendra toutefois son premier rôle principal. Nicolas est le leader de son groupe, qui s'organise pour annuler une décision de la mairie. Ce qu'il a le plus aimé de ce tournage au Nouveau-Brunswick? «La chimie de notre gang. Le fait de tourner avec autant d'enfants. On est devenus de super bons amis», répond-il. Le plus difficile? «L'attente. Les journées sont longues et on attend beaucoup entre les scènes. Parfois, t'as juste envie de jouer avec les autres, mais il faut que tu te retiennes.» Heureusement pour lui, le tournage s'est déroulé pendant ses vacances d'été. Il a quand même manqué des journées d'école, qu'il rattrape avec ses professeurs.

Le réalisateur Jean Beaudry vient de... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE) - image 3.0

Agrandir

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Marie-Jo Thério

Le personnage incarné par Marie-Jo Thério est un peu en retrait de l'action entreprise par son garçon Nicolas. Elle en veut à son beau-père, qui a survécu à la tempête ayant emporté son mari. «Elle a tout déchargé sur son beau-père, précise-t-elle. C'est, pour elle, le grand fautif. Elle s'enferme dans un mutisme, et ce petit garçon va déconcerter son petit schéma. Ça l'agace de voir des jets de lumière s'infiltrer dans sa vie...» Marie-Jo Thério, dont la dernière participation à un film remonte à 2002 (The Book of Eve), a accepté de se joindre à l'équipe de Jean Beaudry après avoir lu le scénario. «J'aime la manière de Jean. Sa vision du métier, sa recherche de sens. C'est un beau bonhomme.» Autrement, Marie-Jo Thério poursuit ses tournées musicales à Montréal et à Moncton. Elle poursuit son projet musical ayant mené à la sortie de Chasing Lydie il y a deux ans.

Le réalisateur Jean Beaudry vient de... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE) - image 4.0

Agrandir

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Guy Thauvette

Guy Thauvette a multiplié les rôles au théâtre, à la télé et au cinéma au fil des ans. On le voit un peu moins souvent, mais il est de la distribution du dernier film de Denis Côté (Vic + Flo ont vu un ours) et de la série télé Tu m'aimes-tu? Son personnage est un pêcheur qui sombre dans l'alcool à la suite de la mort accidentelle de son fils durant une tempête en mer. «Il n'est pas responsable de la mort de son fils, affirme Guy Thauvette, mais il porte cette charge émotive profonde, et tout le village le voit comme l'ivrogne du village. Jouer un personnage de soûlon dans un film pour enfants, ç'a été tout un défi.» Comment a-t-il vécu cette expérience avec un partenaire de jeu de 11 ans? «André Kasper était tout de suite d'une intensité surprenante, répond-il. Il y a une scène où mon personnage le trahit devant tous ses amis. Le petit est humilié, triste et furieux, et il lui dit sa rage. C'était tellement intense et vrai qu'il nous a tous jetés par terre. On n'a pris qu'une seule prise...»

Le réalisateur Jean Beaudry vient de... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE) - image 5.0

Agrandir

PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

Gildor Roy

Gildor Roy incarne le directeur de la ligue de baseball de la région. «Un petit rôle, mais un rôle pivot», précise le comédien. «Je les encourage à former deux équipes complètes pour renverser la décision de la mairesse de transformer le terrain en dépotoir.» Sa participation au film de Jean Beaudry est quasi accidentelle. L'acteur et musicien, qui a joué dans les deux films de Fred Pellerin (Babine et Ésimésac), était à Moncton au mois de juin dernier pour l'enregistrement de l'émission Pour l'amour du country, animée par Patrick Norman. C'est là qu'il a croisé par hasard Jean Beaudry. Le comédien a un faible pour le baseball, lui qui a carrément formé une équipe de calibre junior B en République dominicaine pendant deux ans. «Je voulais faire plaisir à mon père qui était un fan des Dodgers de Los Angeles et j'ai commandé des uniformes blancs et «Dodger blue». Le nom de mon équipe, c'était Los Reyes, c'est-à-dire «les rois».»




À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer