Oscars: Amazon et Netflix entrent dans la cour des grands

Amazon est reparti dimanche soir avec trois statuettes,... (PHOTO CLAIRE FOLGER, FOURNIE PAR AMAZON STUDIOS ET ROADSIDE ATTRACTIONS)

Agrandir

Amazon est reparti dimanche soir avec trois statuettes, deux pour le drame Manchester by the Sea (notre photo) et une pour Le client, couronné meilleur film en langue étrangère.

PHOTO CLAIRE FOLGER, FOURNIE PAR AMAZON STUDIOS ET ROADSIDE ATTRACTIONS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Jocelyne Zablit
Agence France-Presse
Los Angeles

Les plateformes de vidéo en ligne Amazon et Netflix ont été récompensées, pour la première fois, aux Oscars dimanche, asseyant ainsi un peu plus leur légitimité dans le monde de la production cinématographique.

Bras artistique du géant de la vente en ligne, Amazon est reparti dimanche soir avec trois statuettes, deux pour le drame Manchester by the Sea (meilleur acteur et meilleur scénario) et une pour Le client, couronné meilleur film en langue étrangère.

Quant à Netflix, il a reçu un Oscar pour Les casques blancs, primé dans la catégorie documentaire de format court.

À la différence d'Amazon, qui avait seulement acheté les droits de distribution des deux longs métrages, Netflix a participé à la production du documentaire.

Le PDG d'Amazon, Jeff Bezos, qui était présent à la cérémonie dimanche à Hollywood, a tweeté ses félicitations à l'acteur Casey Affleck et au réalisateur de Manchester by the Sea, Kenneth Lonergan.

Le directeur général de Netflix, Reed Hastings, a lui salué les fameux Casques blancs depuis le Mobile World Congress de Barcelone, la grand-messe des télécoms.

Acteurs de second rang

Passés à la production de séries en 2013, Amazon et Netflix se sont résolument tournés vers le cinéma en 2015.

Considérés jusque-là exclusivement comme des acteurs de second rang, qui achetaient les films après leur passage en salle, voire ailleurs en télévision, ils ont commencé à investir dans l'exclusivité des droits.

À tel point qu'aujourd'hui, les deux plateformes sont devenues les premiers acquéreurs lors du festival américain du cinéma de Sundance.

Après avoir fait un chèque de dix millions de dollars pour Manchester by the Sea l'an dernier, Amazon en a ainsi déboursés 12 en janvier pour s'assurer les droits de la comédie romantique The Big Sick.

Netflix a lui payé 12,5 millions de dollars, selon la presse américaine, pour ceux de Mississippi, film dramatique situé dans le sud des États-Unis.

En salles ou pas

Avec un budget consacré au contenu de six milliards de dollars pour 2017, en hausse de 20% par rapport à l'an dernier, Netflix déborde progressivement de plus en plus du contenu dédié à la télévision vers le cinéma.

L'industrie de la télévision avait déjà largement fêté le passage de Netflix à l'âge adulte, en lui attribuant, depuis 2013, 17 Emmy Awards, les trophées américains du genre, dans des catégories majeures. En 2015, Amazon a suivi, avec ses cinq premiers Emmys.

Mais le milieu du cinéma n'avait, lui, pas encore consacré leur existence artistique. C'est désormais chose faite.

S'ils s'appuient tous deux sur une base de diffusion en ligne par abonnement, Amazon et Netflix diffèrent sensiblement dans leur modèle économique du cinéma.

Le premier a choisi de distribuer d'abord dans les salles, à l'instar de Manchester by the Sea, avant de diffuser, dans un second temps, sur sa plateforme.

Netflix, lui, voudrait proposer ses films en même temps en salle et en ligne, mais s'est heurté à plusieurs reprises aux distributeurs, qui craignent de voir leur modèle affaibli.

Jusqu'ici, lorsqu'il a pu parvenir à ses fins, le groupe aux lettres rouges a dû se contenter d'une poignée de salles, ce qui ne constitue pas un vrai canal de distribution.

Il a signé en octobre un partenariat, à ces conditions, avec la chaîne de cinémas haut de gamme iPic, qui ne compte qu'une petite centaine d'écrans aux États-Unis.

Reed Hastings n'en démord pas, même si son approche en irrite plus d'un dans le monde du cinéma. «Les propriétaires de salles étranglent le cinéma», a-t-il lancé en octobre. «Il n'y a eu aucune innovation dans l'économie du cinéma ces cinquante dernières années».

En choisissant cette ligne, le directeur général de Netflix se prive pour l'instant du succès qu'a connu Amazon avec Manchester by the Sea, une production de peu de moyens qui a déjà rapporté plus de 46 millions de dollars au box-office nord-américain.




publicité

publicité

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer