Oscars: l'art dépasse les frontières

Cheryl Boone Isaacs, présidente de l'Académie des arts... (PHOTO REUTERS)

Agrandir

Cheryl Boone Isaacs, présidente de l'Académie des arts et sciences du cinéma, a prononcé en introduction un appel à la tolérance et à la liberté lors du déjeuner des artistes nommés aux Oscars.

PHOTO REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Los Angeles

Le climat politique tendu en Amérique planait lundi sur le très glamour déjeuner des artistes nommés aux Oscars, où la présidente Cheryl Boone Isaacs a prononcé en introduction un appel à la tolérance et à la liberté.

«Aujourd'hui, nous vous célébrons (...) mais chacun d'entre nous sait qu'il y a des chaises vides dans cette pièce» a déclaré la présidente de l'Académie des arts et sciences du cinéma, la puissante organisation qui remet les Oscars, lors de ce déjeuner annuel à Beverly Hills auquel assistaient environ 160 artistes.

Elle faisait référence aux finalistes des Oscars qui vont probablement ne pas assister à la remise de ces prestigieux prix du cinéma à cause du décret controversé du président Donald Trump interdisant l'entrée aux États-Unis aux ressortissants de sept pays à majorité musulmane.

Ces chaises vides ont transformé certains «artistes de l'Académie en militants», a poursuivi Mme Boone Isaacs, très applaudie lorsqu'elle a ajouté qu'il y a «aujourd'hui une bataille pour la liberté artistique qui semble plus urgente que jamais depuis les années 50», l'époque du McCarthysme.

«Nous soutenons les artistes autour du monde, nous nous élevons contre ceux qui veulent limiter notre liberté d'expression et pour ce principe fondamental: tous les artistes du monde sont liés par un lien indestructible plus fort que les nationalités et la politique», a encore lancé la présidente de l'Académie avant de conclure: «notre travail ne s'arrête pas aux frontières et les frontières ne peuvent stopper aucun d'entre nous».

Le réalisateur iranien Asghar Farhadi, nommé pour son film Le client dans la catégorie du meilleur film en langue étrangère, un prix qu'il avait déjà reçu pour Une séparation en 2012, fait partie des artistes touchés par le décret migratoire de M. Trump.

Les protagonistes du documentaire The White Helmets, sur les «casques blancs», bénévoles qui portent secours aux victimes de la guerre en Syrie, ne devraient pas non plus être en mesure d'assister à la grand-messe annuelle du cinéma américain à Los Angeles le 26 février.

Parmi les stars qui ont assisté à ce déjeuner d'autocélébration entre prétendants aux Oscars, on comptait Ryan Gosling et Emma Stone, vedettes de la comédie musicale La La Land, qui devrait récolter une brassée de statuettes lors de la 89e cérémonie des Oscars.

L'actrice française Isabelle Huppert, en course pour le prix de la meilleure actrice pour le thriller de Paul Verhoeven Elle, a reçu une salve d'applaudissements en allant rejoindre les autres nommés pour une traditionnelle photo de promotion.




publicité

publicité

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer