Vaysha l'aveugle aux Oscars: Theodore Ushev a ri et pleuré

Theodore Ushev... (PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE)

Agrandir

Theodore Ushev

PHOTO ALAIN ROBERGE, ARCHIVES LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

«J'ai ri, j'ai pleuré. J'ai ri, j'ai pleuré», nous a dit le réalisateur montréalais Theodore Ushev quelques minutes à peine après avoir appris que son film Vaysha l'aveugle était en nomination parmi les finalistes pour l'Oscar du meilleur court métrage d'animation aux Oscars.

Très nerveux, le cinéaste préférait être seul chez lui pour écouter les sélections annoncées en direct à la télévision et sur le web.

> Visionnez la vidéo de Caroline Dhavernas qui parle de sa participation au film

«J'étais seul dans mon lit. Je ne voulais pas être entouré de gens. Lorsqu'on a annoncé que Vaysha l'aveugle était finaliste, j'ai ri, j'ai pleuré. J'ai ri, j'ai pleuré.»

Le cinéaste avoue avoir vécu des semaines exténuantes depuis que son film a été retenu dans la première sélection de candidats (short list), en novembre dernier. «Ç'a été difficile à vivre. Beaucoup de gens m'ont dit croire en mes chances, alors je ressentais beaucoup de pression.»

Alexandra, la fille de 15 ans de M. Ushev, était quant à elle bien entourée à son école secondaire lorsqu'elle a appris que le film de son père était sélectionné. «Elle a crié si fort que tout le monde l'a entendue dans le corridor, raconte-t-il en riant. Son professeur lui avait permis d'écouter les nominations, et toute la classe a assisté à l'annonce sur un ordinateur.

«Alexandra adore encore plus le cinéma que moi, et je voulais être finaliste pour elle.»

Vivre au présent

Court métrage d'animation de huit minutes, Vaysha l'aveugle raconte l'histoire d'une jeune fille (voix de Caroline Dhavernas en français et en anglais) née avec des yeux vairons, mais dont l'un voit dans le passé et l'autre, dans l'avenir. Ces deux «temporalités irréconciliables», comme le dit le résumé de l'Office national du film, producteur de l'oeuvre, est en fait une métaphore pour dire qu'il vaut toujours mieux vivre le moment présent.

«Le message est simple, nous disait Theodore Ushev en novembre dernier alors que son film était présenté aux Sommets du cinéma d'animation de Montréal. Nous sommes trop occupés à vivre dans le passé et l'avenir. On manque l'occasion de vivre nos journées, notre présent, avec plaisir.»

Jointe par La Presse, Caroline Dhavernas a également exprimé sa joie devant cette sélection.

«Je suis aux anges parce que ce film a été un de mes préférés parmi tous les projets sur lesquels j'ai travaillés dans ma vie.»

«J'adore depuis toujours les courts métrages d'animation de l'ONF, explique-t-elle. Et lorsqu'ils ont pensé à moi pour Vaysha l'aveugle, je me suis rendue dans les locaux de l'ONF, qui étaient presque sacrés pour moi. En général, j'adore l'animation, et Theodore a un talent extraordinaire. En plus, j'ai été touchée par le thème de l'histoire, par cette quête perpétuelle de l'instant présent avec tous les pièges que cela peut nous tendre, à savoir de regarder dans le futur ou dans le passé.»

Un mois chargé

Depuis sa présentation en première mondiale à la Berlinale en février 2016, Vaysha l'aveugle a été présenté dans des dizaines de festivals et a récolté une bonne quinzaine de prix.

Pour Theodore Ushev, cette sélection est la première aux Oscars. «Oui, c'est une première après une quinzaine de films, dit-il. Je suis très heureux. Et maintenant, j'ai une trentaine de jours très chargés devant moi. Je serai à Los Angeles le 4 février pour les Annie Awards [gala des films d'animation], puis pour le célèbre lunch des finalistes aux Oscars. Nous ferons aussi une tournée de studios pour parler du film.»

Plus tard en après-midi, lorsque nous lui avons parlé pour la deuxième fois, M. Ushev s'amusait à raconter avoir donné des entrevues en français, en anglais et en bulgare, car dans son pays d'origine, on était aussi bien au fait de sa sélection. «J'ai tellement parlé qu'à un moment, j'avais peur de me tromper de langue d'un journaliste à l'autre», badine-t-il.

L'ONF et les Oscars

Depuis sa fondation en 1939, l'ONF a décroché 74 sélections aux Oscars, incluant celle de Theodore Ushev. Onze de ses films, des courts métrages d'animation, documentaires ou de fiction, ont remporté la précieuse statuette. À cela s'ajoute un Oscar honorifique et technique en 1989.

L'ONF mettra gratuitement en ligne (onf.ca) Vaysha l'aveugle du 19 au 26 février.




publicité

publicité

Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer