Oscars: le documentaire Fuocoammare représentera l'Italie

Giuseppe Fragapane, Pietro Bartolo, le réalisateur Gianfranco Rosi,... (PHOTO ARCHIVES REUTERS)

Agrandir

Giuseppe Fragapane, Pietro Bartolo, le réalisateur Gianfranco Rosi, Samuele Pucillo et Giuseppe del Volgo du film Fuocoammare étaient présents à la Berlinale en février dernier.

PHOTO ARCHIVES REUTERS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Rome

Fuocoammare, par-delà Lampedusa, documentaire de Gianfranco Rosi sur le quotidien des migrants, a été choisi lundi pour représenter l'Italie aux prochains Oscars dans la catégorie Meilleur film étranger.

Ours d'or à la dernière Berlinale en février, Fuocoammare est le fruit d'une année passée sur l'île italienne la plus proche des côtes africaines, au contact de ces milliers de migrants débarquant après avoir été secourus en mer dans des conditions catastrophiques.

«Je crois que ce film est le témoignage d'une tragédie qui se déroule sous nos yeux», avait déclaré le réalisateur à Berlin.

«Nous sommes tous responsables de cette tragédie, peut-être la plus grande que nous ayons vue en Europe depuis l'Holocauste», avait-il ajouté. «Nous sommes complices si nous ne faisons rien».

«C'est une candidature de poids car le film affronte avec dureté et poésie un sujet universel», a réagi le ministre italien de la Culture, Dario Franceschini.

Brut, sans voix off ni commentaire, mais avec des images au cadre et à la lumière très travaillés, Fuocoammare («mer en feu», titre d'une chanson populaire de l'île) raconte aussi la vie d'habitants de Lampedusa, qui pour la plupart ne croisent jamais ces réfugiés.

Parmi eux, Samuele, un garçon de 12 ans qui aime chasser avec un lance-pierre, sa famille, un pêcheur d'oursins ou le médecin Pietro Bartolo, qui porte secours à des migrants à Lampedusa depuis les années 1990.

«Le message fondamental qui doit passer est que l'immigration concerne tout le monde, c'est un drame qui demande de la compréhension et une réponse collective. C'est une histoire collective de souffrance à affronter avec humanité, courage et projets partagés», a réagi M. Bartolo, cité par l'agence AGI.

L'Italie a remporté l'Oscar du meilleur film étranger une quinzaine de fois, dont la dernière en 2014 avec La grande Bellezza de Paolo Sorrentino.

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer