Gala du cinéma québécois: 10 films, 10 grands moments

Hadas Yaron et Luzer Twersky dans une scène... (PHOTO JULIE LANDREVILLE, FOURNIE PAR FUNFILM)

Agrandir

Hadas Yaron et Luzer Twersky dans une scène de Félix et Meira de Maxime Giroux

PHOTO JULIE LANDREVILLE, FOURNIE PAR FUNFILM

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À l'occasion du Gala du cinéma québécois 2016, retour sur 10 scènes qui ont marqué les cinéphiles au cours de la dernière année.

Sur un air de Cohen

Félix et Meira, sortie: 30 janvier

Au fil d'une promenade nocturne, Meira, une jeune femme juive hassidique, ne peut s'empêcher de regarder de l'extérieur un couple s'échanger des caresses alors que la chanson de Leonard Cohen Famous Blue Raincoat se laisse entendre. C'est à la fois beau et éloquent. Finaliste dans cinq catégories au Gala du cinéma québécois (dont celle du meilleur film), Félix et Meira a aussi été choisi pour représenter le Canada aux Oscars.

Le retour de Pierre Curzi

Chorus, sortie: 6 mars

Le plus récent film de François Delisle aurait en principe dû se retrouver dans les catégories de pointe, mais le jury du Gala en a décidé autrement. En plus de ses qualités d'ensemble remarquables, ce drame permet aussi de retrouver l'acteur Pierre Curzi. En incarnant le père compréhensif d'un homme qui n'a pratiquement pas donné de nouvelles depuis 10 ans, il compose un personnage duquel émane une profonde humanité.

Perte d'identité

La passion d'Augustine, sortie: 20 mars

Grand succès public pour ce film de Léa Pool, finaliste dans 10 catégories au Gala du cinéma québécois (dont celle du meilleur film). Plus de 224 000 spectateurs ont vu sur grand écran ce très beau drame dans lequel figure l'une des scènes les plus marquantes de l'année. On se souviendra longtemps de cette séquence où les religieuses doivent enfiler pour la première fois leurs vêtements civils...

L'incompréhension d'un père

Corbo, sortie: 17 avril

Les films évoquant l'histoire politique du Québec se font désormais beaucoup plus rares. Mathieu Denis a eu le grand mérite de lever le voile sur un épisode méconnu de notre histoire récente. En tentant de comprendre comment des jeunes à peine sortis de l'enfance ont pu être entraînés à l'action militante violente au sein du FLQ dans les années 60, le cinéaste interroge du même coup notre époque. Corbo est en lice dans 10 catégories, dont celle du meilleur film.

L'oubli

Antoine et Marie, sortie: 19 juin

Martine Francke offre sans aucun doute l'une des plus grandes performances de l'année dans le film de Jimmy Larouche, Antoine et Marie. Dans le rôle d'une femme qui porte plainte pour viol sans se souvenir des circonstances, l'actrice, souvent filmée en gros plan, se tire avec les honneurs d'un rôle très difficile en habitant chaque plan de sa présence vibrante. Le jury du Gala ne l'a pourtant pas retenue. C'est un mystère.

Christine Beaulieu dans Le Mirage, de Ricardo Trogi.... (PHOTO FOURNIE PAR FILMS SÉVILLE) - image 2.0

Agrandir

Christine Beaulieu dans Le Mirage, de Ricardo Trogi.

PHOTO FOURNIE PAR FILMS SÉVILLE

La fois de trop

Le mirage, sortie: 5 août

Louis Morissette a frappé juste en élaborant l'histoire d'un homme piégé par ses idées de bonheur matériel, qui convoite au passage l'amoureuse d'un de ses amis. Plus dramatique que comique, ce film, réalisé par Ricardo Trogi, a suscité aussi beaucoup de discussions, notamment grâce à une scène où le personnage franchit la limite. Deuxième au palmarès des films québécois les plus populaires de l'année, Le mirage a valu à Christine Beaulieu une citation dans la catégorie de la meilleure actrice de soutien.

Le chant d'une patiente

Paul à Québec, sortie: 18 septembre

Se glissant dans le carré d'as des films québécois millionnaires du box-office, cette adaptation de la bande dessinée de Michel Rabagliati a touché les spectateurs droit au coeur. Une fois de plus, Gilbert Sicotte, favori dans la catégorie du meilleur acteur, propose une composition remarquable en modulant sans pathos son personnage, lequel coule ses derniers jours en compagnie de ses proches. On retient notamment la sobriété d'une scène au cours de laquelle une patiente (Lou Babin) chante Five Hundred Miles.

L'entrevue

Guibord s'en va-t-en guerre, sortie: 2 octobre

Dans son premier rôle au cinéma, Irdens Exantus se distingue magnifiquement dans le rôle du stagiaire haïtien qui assiste le député autour duquel est construite l'histoire de la comédie politique de Philippe Falardeau. C'est d'ailleurs à travers le regard de cet homme, prénommé «Souverain», que le récit trouve sa pertinence. On tombe sous le charme dès la séquence de l'interview. L'acteur est en lice au Gala dans la catégorie du meilleur acteur de soutien.

La mort de Cléo

La guerre des tuques 3D, sortie: 12 novembre

Il y a eu un suspense au chapitre du nombre des entrées, mais c'est maintenant officiel: La guerre des tuques 3D obtient le Billet d'or, remis au film québécois ayant attiré le plus de spectateurs dans les salles en 2015. Le dessin animé de Jean-François Pouliot et François Brisson, inspiré du célèbre film d'André Melançon, a séduit 346 408 spectateurs au Québec. Et la mort de Cléo nous a autant émus qu'il y a 30 ans.

À glacer le sang

Les démons, sortie: 30 octobre

Finaliste dans les catégories du meilleur film et de la meilleure réalisation, le premier long métrage de fiction de Philippe Lesage comporte notamment une scène qui glace le sang. Pierre-Luc Funk est remarquable dans la peau d'un jeune homme qui s'apprête à commettre l'irréparable auprès d'un enfant. Les démons a obtenu récemment le prix Luc Perreault-AQCC, attribué par l'Association québécoise des critiques de cinéma.

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer