Gala du cinéma québécois: un trophée unique

  • Le nouveau trophée du Gala du cinéma québécois. (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE)

    Plein écran

    Le nouveau trophée du Gala du cinéma québécois.

    PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

  • 1 / 6
  • Pendant 17 ans, ce trophée a symbolisé l'excellence dans le cinéma québécois. Il était le modèle réduit de la sculpture <em>Hommage à Claude Jutra</em>, que l'artiste Charles Daudelin a créée en hommage au cinéaste. L'oeuvre, installée dans un parc désormais anonyme du Plateau Mont-Royal, a été vandalisée le 23 février. Elle a depuis été recouverte d'une boîte afin de la protéger d'autres actes malveillants. (PHOTO FOURNIE PAR IXION COMMUNICATIONS)

    Plein écran

    Pendant 17 ans, ce trophée a symbolisé l'excellence dans le cinéma québécois. Il était le modèle réduit de la sculpture Hommage à Claude Jutra, que l'artiste Charles Daudelin a créée en hommage au cinéaste. L'oeuvre, installée dans un parc désormais anonyme du Plateau Mont-Royal, a été vandalisée le 23 février. Elle a depuis été recouverte d'une boîte afin de la protéger d'autres actes malveillants.

    PHOTO FOURNIE PAR IXION COMMUNICATIONS

  • 2 / 6
  • Les 21 trophées sont distinctifs, mais mis ensemble, ils forment un cercle. «Étant donné le contexte, très particulier, nous voulions l'inscrire aussi dans un moment précis, explique Madly Fuss. D'où l'idée de ce cercle afin d'évoquer l'unité, le ralliement et la vitalité du milieu du cinéma. Chaque trophée est indépendant, mais quand ils sont regroupés, ils forment un ensemble qui n'existera qu'au moment de la présentation de ce gala unique.» (PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE)

    Plein écran

    Les 21 trophées sont distinctifs, mais mis ensemble, ils forment un cercle. «Étant donné le contexte, très particulier, nous voulions l'inscrire aussi dans un moment précis, explique Madly Fuss. D'où l'idée de ce cercle afin d'évoquer l'unité, le ralliement et la vitalité du milieu du cinéma. Chaque trophée est indépendant, mais quand ils sont regroupés, ils forment un ensemble qui n'existera qu'au moment de la présentation de ce gala unique.»

    PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

  • 3 / 6
  • «La principale contrainte était le peu de temps alloué, indique Simon Marcotte. Il a fallu proposer des idées, les concevoir, et trouver rapidement un concept facilement réalisable. Il a aussi fallu choisir les matériaux et tester toutes les idées sur le plan technique. Comme nous fabriquons les objets nous-mêmes, nous pouvons accélérer le processus. Pour Québec Cinéma, nous avons déjà produit les trophées des Rendez-vous du cinéma québécois, ainsi que... (PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE)

    Plein écran

    «La principale contrainte était le peu de temps alloué, indique Simon Marcotte. Il a fallu proposer des idées, les concevoir, et trouver rapidement un concept facilement réalisable. Il a aussi fallu choisir les matériaux et tester toutes les idées sur le plan technique. Comme nous fabriquons les objets nous-mêmes, nous pouvons accélérer le processus. Pour Québec Cinéma, nous avons déjà produit les trophées des Rendez-vous du cinéma québécois, ainsi que...

    PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

  • 4 / 6
  • À une semaine de la tenue du gala, les trophées devaient encore passer l'étape du ponçage et de la finition. Ensuite, celle du polissage. «Une fois toutes ces étapes franchies, ils s'en vont à la gravure laser afin que le logo du gala soit inscrit, ainsi que la catégorie qu'ils représentent (mais sans le nom du lauréat!). Le trophée est fait de bois d'érable massif. Il sera laqué blanc mat... (PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE)

    Plein écran

    À une semaine de la tenue du gala, les trophées devaient encore passer l'étape du ponçage et de la finition. Ensuite, celle du polissage. «Une fois toutes ces étapes franchies, ils s'en vont à la gravure laser afin que le logo du gala soit inscrit, ainsi que la catégorie qu'ils représentent (mais sans le nom du lauréat!). Le trophée est fait de bois d'érable massif. Il sera laqué blanc mat...

    PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

  • 5 / 6
  • Le produit final est prêt depuis hier. Madly Fuss et Simon Marcotte sont heureux de leur réalisation. «Il fallait mettre de l'avant l'idée de dissocier les anciens trophées en misant sur un concept sobre et moderne. Nous avons notamment travaillé sur le jeu de lumière. L'objet est changeant. Il n'est jamais perçu de la même manière. Il a l'air très simple, mais dans les faits, il y a beaucoup de... (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE)

    Plein écran

    Le produit final est prêt depuis hier. Madly Fuss et Simon Marcotte sont heureux de leur réalisation. «Il fallait mettre de l'avant l'idée de dissocier les anciens trophées en misant sur un concept sobre et moderne. Nous avons notamment travaillé sur le jeu de lumière. L'objet est changeant. Il n'est jamais perçu de la même manière. Il a l'air très simple, mais dans les faits, il y a beaucoup de...

    PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

  • 6 / 6

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

À un mois de la tenue du gala, la direction de Québec Cinéma a dû penser à concevoir et produire un trophée exclusif au Gala du cinéma québécois 2016.

Les designers de l'environnement Madly Fuss et Simon Marcotte, de la société Nouveau Studio, ont accepté de relever le défi. Ils nous expliquent leur démarche.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer
  • Gala du cinéma québécois: un trophée unique
    Le nouveau trophée du Gala du cinéma québécois. (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE)

    PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

    Le nouveau trophée du Gala du cinéma québécois.

  • Gala du cinéma québécois: un trophée unique
    Pendant 17 ans, ce trophée a symbolisé l'excellence dans le cinéma québécois. Il était le modèle réduit de la sculpture <em>Hommage à Claude Jutra</em>, que l'artiste Charles Daudelin a créée en hommage au cinéaste. L'oeuvre, installée dans un parc désormais anonyme du Plateau Mont-Royal, a été vandalisée le 23 février. Elle a depuis été recouverte d'une boîte afin de la protéger d'autres actes malveillants. (PHOTO FOURNIE PAR IXION COMMUNICATIONS)

    PHOTO FOURNIE PAR IXION COMMUNICATIONS

    Pendant 17 ans, ce trophée a symbolisé l'excellence dans le cinéma québécois. Il était le modèle réduit de la sculpture Hommage à Claude Jutra, que l'artiste Charles Daudelin a créée en hommage au cinéaste. L'oeuvre, installée dans un parc désormais anonyme du Plateau Mont-Royal, a été vandalisée le 23 février. Elle a depuis été recouverte d'une boîte afin de la protéger d'autres actes malveillants.

  • Gala du cinéma québécois: un trophée unique
    Les 21 trophées sont distinctifs, mais mis ensemble, ils forment un cercle. «Étant donné le contexte, très particulier, nous voulions l'inscrire aussi dans un moment précis, explique Madly Fuss. D'où l'idée de ce cercle afin d'évoquer l'unité, le ralliement et la vitalité du milieu du cinéma. Chaque trophée est indépendant, mais quand ils sont regroupés, ils forment un ensemble qui n'existera qu'au moment de la présentation de ce gala unique.» (PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE)

    PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

    Les 21 trophées sont distinctifs, mais mis ensemble, ils forment un cercle. «Étant donné le contexte, très particulier, nous voulions l'inscrire aussi dans un moment précis, explique Madly Fuss. D'où l'idée de ce cercle afin d'évoquer l'unité, le ralliement et la vitalité du milieu du cinéma. Chaque trophée est indépendant, mais quand ils sont regroupés, ils forment un ensemble qui n'existera qu'au moment de la présentation de ce gala unique.»

  • Gala du cinéma québécois: un trophée unique
    «La principale contrainte était le peu de temps alloué, indique Simon Marcotte. Il a fallu proposer des idées, les concevoir, et trouver rapidement un concept facilement réalisable. Il a aussi fallu choisir les matériaux et tester toutes les idées sur le plan technique. Comme nous fabriquons les objets nous-mêmes, nous pouvons accélérer le processus. Pour Québec Cinéma, nous avons déjà produit les trophées des Rendez-vous du cinéma québécois, ainsi que le trophée remis à la soirée du mécénat.» (PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE)

    PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

    «La principale contrainte était le peu de temps alloué, indique Simon Marcotte. Il a fallu proposer des idées, les concevoir, et trouver rapidement un concept facilement réalisable. Il a aussi fallu choisir les matériaux et tester toutes les idées sur le plan technique. Comme nous fabriquons les objets nous-mêmes, nous pouvons accélérer le processus. Pour Québec Cinéma, nous avons déjà produit les trophées des Rendez-vous du cinéma québécois, ainsi que le trophée remis à la soirée du mécénat.»

  • Gala du cinéma québécois: un trophée unique
    À une semaine de la tenue du gala, les trophées devaient encore passer l'étape du ponçage et de la finition. Ensuite, celle du polissage. «Une fois toutes ces étapes franchies, ils s'en vont à la gravure laser afin que le logo du gala soit inscrit, ainsi que la catégorie qu'ils représentent (mais sans le nom du lauréat!). Le trophée est fait de bois d'érable massif. Il sera laqué blanc mat et entouré d'une dorure.» (PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE)

    PHOTO FRANÇOIS ROY, LA PRESSE

    À une semaine de la tenue du gala, les trophées devaient encore passer l'étape du ponçage et de la finition. Ensuite, celle du polissage. «Une fois toutes ces étapes franchies, ils s'en vont à la gravure laser afin que le logo du gala soit inscrit, ainsi que la catégorie qu'ils représentent (mais sans le nom du lauréat!). Le trophée est fait de bois d'érable massif. Il sera laqué blanc mat et entouré d'une dorure.»

  • Gala du cinéma québécois: un trophée unique
    Le produit final est prêt depuis hier. Madly Fuss et Simon Marcotte sont heureux de leur réalisation. «Il fallait mettre de l'avant l'idée de dissocier les anciens trophées en misant sur un concept sobre et moderne. Nous avons notamment travaillé sur le jeu de lumière. L'objet est changeant. Il n'est jamais perçu de la même manière. Il a l'air très simple, mais dans les faits, il y a beaucoup de détails.» (PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE)

    PHOTO MARCO CAMPANOZZI, LA PRESSE

    Le produit final est prêt depuis hier. Madly Fuss et Simon Marcotte sont heureux de leur réalisation. «Il fallait mettre de l'avant l'idée de dissocier les anciens trophées en misant sur un concept sobre et moderne. Nous avons notamment travaillé sur le jeu de lumière. L'objet est changeant. Il n'est jamais perçu de la même manière. Il a l'air très simple, mais dans les faits, il y a beaucoup de détails.»