Le beau cauchemar de Robin Aubert

Édouard Tremblay-Grenier et Luc Proulx incarnent des compagnons... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE)

Agrandir

Édouard Tremblay-Grenier et Luc Proulx incarnent des compagnons d'infortune en ces heures sombres.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRÉCHETTE, LA PRESSE

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Hugo Meunier
Hugo Meunier
La Presse

Un peu plus de 10 ans après l'étonnant Saints-Martyrs- des-Damnés, Robin Aubert renoue avec le cinéma de genre. Les affamés implique des hordes de zombies et une distribution prestigieuse, qui comprend Marc-André Grondin, Monia Chokri, Micheline Lanctôt et Brigitte Poupart. La Presse a assisté, durant deux jours, au tournage, en cours dans le coin de pays du réalisateur.

Le jeune Édouard Tremblay-Grenier passe au maquillage avant... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRECHETTE, LA PRESSE) - image 1.0

Agrandir

Le jeune Édouard Tremblay-Grenier passe au maquillage avant le tournage d'une scène.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRECHETTE, LA PRESSE

Robin Aubert visionne le résultat d'une scène sur... (PHOTO EDOUARD PLANTE-FRECHETTE, LA PRESSE) - image 1.1

Agrandir

Robin Aubert visionne le résultat d'une scène sur un moniteur portable.

PHOTO EDOUARD PLANTE-FRECHETTE, LA PRESSE

Jour 1 - la forêt

HAM-NORD - Les affamés, peut-on lire sur des pancartes avec des flèches placardées aux quatre coins d'Ham-Nord, une bourgade rurale d'à peine 1000 habitants, perdue dans la région des Bois-Francs.

En suivant l'une d'elles, on se retrouve dans un sentier en terre cahoteux menant à un des lieux de tournage du film prévu pour 2017, qui racontera l'exode d'un petit groupe de survivants vers une sorte de terre promise à l'abri des zombies.

Notre trajet débouche sur une clairière, où sont garées des remorques. Une salle de maquillage a été improvisée dans l'une d'elles. Sur une chaise, le jeune comédien Édouard Tremblay-Grenier (Les démons) reçoit les retouches finales, sous le regard bienveillant de son père, l'humoriste Daniel Grenier (Chick'n Swell).

Même s'il fréquentait la même polyvalente que le réalisateur Robin Aubert - un vieux chum -, Daniel Grenier assure que son fils, âgé de 13 ans, n'a que son talent à remercier pour l'obtention du rôle, un des principaux du film. « Il se promène dans le bois avec une carabine, il manque l'école et il mange des Skittles. Il peut difficilement se plaindre », constate le fier papa.

Un buffet de bonbons est en effet offert à volonté sur une table dehors.

Sans être féru de films d'horreur, l'adolescent s'intéresse aux histoires de zombies.

« Je joue le personnage de Ti-Cul, un garçon qui vit des affaires très éprouvantes. Il croise Réal [Luc Proulx], avec qui il se lie d'amitié », dit Édouard Tremblay-Grenier.

Robin Aubert cherchait au départ un comédien plus âgé, mais il aurait été impressionné par le jeu d'Édouard en audition.

VERT LUXURIANT ET ROUGE SANG

Des VTT multiplient les allers-retours pour transporter les comédiens et membres de l'équipe vers le lieu de tournage, situé au coeur de la forêt dense. Le mercure y chute de façon draconienne, à l'ombre des grandes épinettes de Norvège plantées en rangées et à perte de vue. Au sol, un tapis de tourbe duveteux d'un vert luxuriant complète ce décor irréel.

Robin Aubert et son équipe sont là depuis quelques heures déjà. Plusieurs scènes sont au menu d'ici la tombée du jour.

« Stand-by pour une prise ! », annonce d'une voix forte la première assistante Karine Perron.

Le silence est total lorsque Aubert ajoute « action ! »

Ti-Cul avance dans la forêt avec sa carabine. Robin Aubert suit l'action sur son moniteur. La scène est coupée. « Un peu plus nerveux, Bidou ! », demande-t-il à son jeune acteur.

La scène suivante, Ti-Cul a un genou au sol. Il doit se lever tranquillement en tremblant, immobile, tétanisé. Derrière lui, la respiration rauque d'un homme s'approchant furtivement se mêle aux sons de la forêt. L'ambiance est à couper au couteau. Robin est satisfait, notamment d'avoir pu profiter d'un coup de pouce du soleil, dont les éclaircies soudaines illuminent joliment le visage des personnages.

« Coupez ! », lance Aubert, avant de jeter un regard entendu à son DOP (directeur photo) Steeve Desrosiers. « J'adore ça ! », tranche-t-il.

La scène sera néanmoins reprise plusieurs fois et de tous les angles possibles. Un travail de moine de quelques heures qui se matérialisera en une séquence de quelques secondes dans le long métrage.

Après la scène, le réalisateur nous demande de rester assez évasif sur la séquence tournée. « C'est un peu notre punch », plaide le réalisateur, vêtu d'une chemise de chasse.

Homme de peu de mots, Robin Aubert incarne bien l'expression « une force tranquille ». Entre les prises, il va murmurer à l'oreille de ses comédiens, les réconforte et n'hésite pas à faire des jokes de pet au besoin. Une désinvolture qui ne l'empêche pas de tenir fermement les brides de son projet, alimenté par un parcours et une intégrité qui lui valent un respect naturel.

« Être dans un si beau décor pour faire des affaires laites de même ! », marmonne-t-il, entre deux prises d'une scène où l'hémoglobine dégouline allègrement.

Il n'avait pas en tête cet endroit féerique en écrivant son scénario. « C'est le terrain de mon voisin. Je marche le matin entre mon écurie et ici. Quand les choses ne marchent pas comme je le voudrais, j'essaie de penser à ça », raconte Aubert, bien conscient d'être un privilégié. « Quand tu tournes à Montréal, tu retournes chez toi le soir. Ici, l'équipe est soudée, l'ambiance est familiale. »

Une scène intense

La comédienne Brigitte Poupart vient de débarquer en VTT. Elle jouera une scène difficile avec Édouard. « Il fallait que je sois la première dans toute, même pas la deuxième. Mais depuis quelque temps, il n'y a plus grand-chose qui me dérange », chuchote son personnage livide en tailleur, laissant traîner le long de son corps une machette ensanglantée. Un silence de mort règne sur le plateau boisé. Fascinant de constater qu'une dizaine de personnes assistent à une scène aussi intime et poignante.

Impressionnant aussi de voir les comédiens concentrés pendant que les maringouins, voraces, profitent de la brunante pour passer à table.

« Merci, les acteurs, vous étiez extraordinaires ! », louange Aubert après la dernière prise, avant d'enlacer ses comédiens.

Pendant que l'équipe commence à plier bagage, Édouard s'enfonce momentanément dans le bois pour se recueillir après cette scène d'une rare intensité.

Robin Aubert l'imite un peu plus loin, mais pour pisser contre un arbre.

Jour 2 - le champ

WOTTON - Le jour est à peine levé que des dizaines de personnes fourmillent déjà dans le sous-sol de la caisse populaire d'Ham-Nord, convertie en camp de base pendant la durée du tournage.

Une trentaine de figurants se font maquiller en affamés. Les zombies du film d'Aubert ne sont pas aussi morbides que ceux de The Walking Dead. À part les cheveux en broussaille, les vêtements sales, les taches de sang, le teint blafard et les cernes, ils demeurent assez humains. 

Les figurants, de tous âges, sont principalement des gens du coin qui ont remporté un concours. Ceux rencontrés étaient aussi excités qu'une bande de jeunes en pleine puberté débarquant dans un McDonald's.

Joan Rivard est allée à l'école primaire avec Robin Aubert et sa soeur, à Kingsey Falls. « J'étais trop gênée, mais mes enfants m'ont dit : "Maman, c'est cool, ça, les zombies !" Alors, me voilà. Je ne sais rien sauf qu'on va courir dans le bois et qu'il fallait de bonnes espadrilles », raconte la figurante tout juste avant de passer au « patin », c'est-à-dire se faire enduire d'une couche de suie.

GRONDIN, CHOKRI ET LA PETITE ST-MARTIN

Le tournage du jour se déroule dans la municipalité voisine de Wotton, près d'un immense champ où s'élèvent une vieille grange et une étrange pyramide conçue à partir de toutes sortes de babioles.

On retrouve sur place les acteurs principaux Marc-André Grondin (qui prend le relais de Fabien Cloutier, d'abord annoncé), Monia Chokri et la petite Charlotte St-Martin, 7 ans, une révélation, à en juger par les commentaires dithyrambiques entendus à son sujet. Les maringouins sont aussi affamés que les zombies et forcent Marc-André Grondin à se vaporiser du chasse-moustiques. « Ça fait longtemps que je voulais travailler avec Robin Aubert. C'est un estie d'acteur et de réalisateur », affirme le prolifique comédien, ajoutant que le courant a passé dès leur première rencontre, même s'ils ne se connaissaient pas vraiment.

Facile de le croire à les voir badiner entre les scènes comme dans un vestiaire de hockey.

« J'aime faire un style qu'on a vu plein de fois, mais traité différemment. Les zombies sont accessoires là-dedans, ce ne sont pas des personnages principaux », dit Marc-André Grondin.

« À la base, c'est un gars qui conte des histoires et fait des jokes plates. Mais il y a un genre de poésie dans ce que fait Robin, une intelligence », ajoute Grondin, qui incarne le personnage de Bonin.

On en sait peu sur sa relation avec Tania (Monia Chokri) et la petite Zoé (Charlotte). Dans la scène tournée en matinée, le trio déboule à vive allure sur le chemin en gravier, à bord d'un vieux F-150 poussiéreux.

Bonin sort du camion, s'empare d'une arme à feu dans le coffre arrière et se met à marcher lentement vers la grange, sur ses gardes.

Changement de scène et d'angle. La caméra est braquée sur les visages tourmentés de Tania et de Zoé dans le camion, qui se demandent pourquoi diable Bonin ne revient pas. « Tu m'attends ici, bouge pas ! », ordonne Tania à la fillette, qui se cale dans le siège.

« Coupez ! », lance Aubert, en allant faire un high five à la petite comédienne, qui redevient une fille de son âge entre les scènes. « On va aller chez les cousins tantôt, hein ? », demande-t-elle à son père.

La collation des zombies

Un minibus débarque avec les figurants, dont Madané Zeghoudi, qui prêtera ses traits au chef des affamés. Un rôle silencieux, à quelques cris de mort près. « Ça nous change de notre petit train-train », confie d'une voix douce ce retraité, qui habite dans la région depuis une quinzaine d'années.

L'action reprend avec la course folle de Tania et Bonin vers le camion, pourchassés - littéralement - par la mort.

Comme l'esquive de zombies creuse l'appétit, la collation arrive. Des pierogis dans de petits contenants en styromousse. Robin Aubert et son équipe transportent ensuite leur attirail devant la pyramide. « On va d'abord pratiquer sans les zombies », ordonne le réalisateur.

Pour tuer le temps, les affamés grillent des cigarettes ou font des égoportraits sur le chemin un peu plus loin, pendant que des maquilleurs s'occupent des retouches finales. Le troupeau est finalement éparpillé autour de la pyramide, immobile.

Une vision à glacer le sang, magnifiée par d'épais nuages menaçants. « Fais-moi un peu plus de : c'est quoi c'te criss d'affaire-là », conseille Aubert à Grondin, au sujet de la réaction de son personnage en découvrant l'énigmatique construction encerclée d'affamés.

Ce dernier s'exécute, professionnel, capable d'entrer dans son personnage même s'il déconnait avec l'équipe quelques secondes avant le clac.

Les affamés convergent alors lentement vers la pyramide. Pendant que Bonin tombe des nues devant ce spectacle cauchemardesque, Robin Aubert observe la scène sur son moniteur en retrait, sourire aux lèvres.

Partager

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer