Cinq films sur la radicalisation

Made in France... (PHOTO FOURNIE PAR AXIA FILMS)

Agrandir

Made in France

PHOTO FOURNIE PAR AXIA FILMS

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Made in France de Nicolas Boukhrief (2015)

Un journaliste (Malik Zidi) utilise sa culture musulmane pour infiltrer un groupe de quatre jeunes radicalisés à qui l'on va demander de commettre des attentats à Paris. Mais cette infiltration le mène dans un engrenage dangereux. Les attentats à Charlie Hebdo et ceux du 13 novembre étaient tellement collés au sujet du film que Made in France a connu énormément de problèmes pour sa distribution dans l'Hexagone. 

Made in France prend l'affiche le 15 avril.

Salafistes, documentaire de Lemine Ould Salem et de François Margolin (2016)

Pendant trois ans, les réalisateurs ont tourné dans divers pays pour interroger des hommes qui se réclament du salafisme, l'une des mouvances les plus radicales de l'islam. Ce documentaire a fait scandale, parce qu'il donne la parole à des extrémistes et montre des images d'exécution ou de torture. C'est néanmoins une plongée, parfois terrifiante, dans un monde inconnu.

Le documentaire sera présenté le 20 avril à 18 h et le 23 avril à 15 h 30 à la Cinémathèque québécoise, en présence de François Margolin, dans le cadre de Vues d'Afrique.

Corbo de Mathieu Denis... (PHOTO FOURNIE PAR MAX FILMS) - image 2.0

Agrandir

Corbo de Mathieu Denis

PHOTO FOURNIE PAR MAX FILMS

Corbo de Mathieu Denis (2015)

En 1966, Jean Corbo, 16 ans, se lie d'amitié avec des jeunes impliqués au sein du Front de libération du Québec. Son adhésion au mouvement et sa participation active lui seront fatales. Le film est inspiré de faits réels et a remporté une dizaine de sélections au dernier Gala du cinéma québécois.

Les chevaux de Dieu de Nabil Ayouch (2012)

Inspiré du roman Les étoiles de Sidi Moumen de Mahi Binebine, ce superbe film marocain raconte la radicalisation d'un groupe de jeunes des bidonvilles qui décident de devenir des martyrs en commettant une série d'attentats à Casablanca en 2003. En nomination pour l'Oscar du meilleur film étranger en 2014.

Ne m'abandonne pas de Xavier Durringer (2015)

Quand Ines (Samia Sassi) découvre que sa fille Chama (Lina Elarabi) s'est mariée en secret à un djihadiste et qu'elle compte le rejoindre en Syrie, un long combat pour la sauver commence. Un téléfilm intimiste et lucide sur le drame que vivent les familles dont les enfants sont endoctrinés.

Partager

À découvrir sur LaPresse.ca

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer