• Accueil > 
  • Cinéma 
  • > Des pirates exigent le retrait d'une comédie sur Kim Jong-Un 

Des pirates exigent le retrait d'une comédie sur Kim Jong-Un

The Interview, qui met en scène Seth Rogen... (Sony Pictures)

Agrandir

The Interview, qui met en scène Seth Rogen et James Franco dans le rôle de deux journalistes recrutés par la CIA pour assassiner Kim Jong-Un, a déclenché l'ire de Pyongyang.

Sony Pictures

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
Los Angeles

Un groupe qui revendique le piratage informatique du studio de cinéma Sony Pictures a demandé le retrait d'un film satirique sur le dirigeant de la Corée du Nord qui doit sortir à Noël, selon la presse américaine.

Un groupe qui dit être le GOP, auteur d'une opération de piratage du réseau informatique de Sony, a diffusé sur le site github.com un message appelant à ne pas diffuser le film The Interview, une comédie sur un complot de la CIA pour supprimer Kim Jong-Un.

«Arrêtez immédiatement de montrer le film de terrorisme qui peut rompre la paix régionale et déclencher une guerre», déclarent les auteurs du message, rédigé dans un anglais approximatif, d'après Variety qui a mis un lien vers le texte sur son site.

Le piratage massif s'est traduit par la mise en ligne illégale de cinq films du studio et par le vol de données personnelles, dont les adresses et numéros de sécurité sociale, de 47 000 employés et tiers de Sony Pictures.

La Commission de défense nationale nord-coréenne a dénoncé les «fausses rumeurs» impliquant Pyongyang dans l'attaque contre Sony, tout en la qualifiant «d'acte légitime».

The Interview, qui met en scène Seth Rogen et James Franco dans le rôle de deux journalistes recrutés par la CIA pour assassiner Kim Jong-Un, a déclenché l'ire de Pyongyang, qui avait déjà menacé de «représailles impitoyables» si ce film sortait comme prévu le 25 décembre.

***

Un porte-parole de Sony n'a pas répondu dans l'immédiat aux demandes de commentaires de l'AFP. Une source proche du dossier a par ailleurs affirmé que l'authenticité du message posté sur github était incertaine. «Beaucoup de gens sont sortis du bois» en affirmant être les GOP depuis le début de l'affaire, a précisé cette source.

Parallèlement, une autre division de Sony, celle qui gère les jeux vidéo de la Playstation, a aussi été ciblée par une attaque informatique qui a paralysé son réseau pendant deux heures dimanche, affirme le site spécialisé Re/Code.

Un groupe répondant au nom de Lizard Squad a revendiqué avoir piraté Playstation, d'après un message sur Twitter: PSN Login #offline #LizardSquad.

Playstation a tweeté dimanche: «nous sommes au courant de problèmes rencontrés par nos utilisateurs et travaillons à les résoudre».

Parmi toutes les rumeurs circulant autour de cette attaque informatique massive, les sites Mashable et Variety.com affirment que les co-directeurs généraux de Sony Pictures Amy Pascal et Michael Lynton, ainsi que d'autres dirigeants du studio, auraient reçu avant le piratage des emails de menaces signés «God'sApstls» demandant «une rémunération» s'ils voulaient éviter que «Sony tout entier soit bombardé».

Une source proche du dossier dit qu'il est «peu probable qu'un tel email ait été ouvert. Qui (les dirigeants de Sony) paieraient-ils? Ca ne fait aucun sens».

Une porte-parole du FBI n'a pas fait de commentaires.

Partager

lapresse.ca vous suggère

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

publicité

Autres contenus populaires

image title
Fermer