• Accueil > 
  • Cinéma 
  • > Spike Lee honoré au Festival du film Black de Montréal 

Spike Lee honoré au Festival du film Black de Montréal

Spike Lee... (PHOTO CNW)

Agrandir

Spike Lee

PHOTO CNW

La Presse Canadienne
Montréal

Le réalisateur et scénariste américain Spike Lee, récipiendaire du prix Précurseur du Festival International du film Black de Montréal, estime que beaucoup a changé depuis la projection de son premier film, Do the Right Thing, il y a 25 ans.

Lee a affirmé, en conférence de presse à Montréal mercredi après-midi, qu'il n'aurait jamais pensé, à l'époque, qu'un Afro-américain comme Barack Obama aurait pu être élu.

Il regrette toutefois que beaucoup plus de noirs vivent aujourd'hui dans la pauvreté et que la police tue encore des individus noirs.

Par ailleurs, selon lui, il est nécessaire que le cinéma hollywoodien prenne exemple sur le monde sportif en laissant place à la diversité.

Le cinéaste a d'ailleurs été présenté par le joueur du Canadien de Montréal P.K. Subban lors de son point de presse.

Mercredi soir, la cérémonie pour la remise du prix précédera la présentation de son nouveau film au Canada, Da Sweet Blood of Jesus, qu'il a réalisé à l'aide de socio-financement.

«Je ne connais pas de studio qui aurait accepté de faire celui-là (...) Personne ne vole dans les airs, il n'y a pas d'effets spéciaux. C'est un film trop petit pour eux», a-t-il expliqué.

Lee a toujours été un fervent critique de son pays d'origine, ce qui lui a valu la réputation d'un homme constamment frustré.

«Je ne suis pas fâché tout le temps. Mais il y a beaucoup de raisons pour lesquelles on peut être fâché, pas juste aux États-Unis, dans le monde en général... Il y a l'environnement, la guerre et plusieurs autres raisons», a-t-il souligné.

Il croit que l'éducation est le meilleur moyen pour remédier aux problèmes dans la société, rappelant que la moitié des jeunes noirs ne finissent pas l'école secondaire.

«Il y a un lien direct entre le taux d'abandon et la population en prison», a-t-il conclu.

Il a toutefois indiqué qu'il aimait son pays, malgré ses nombreux défauts.

«J'aime les États-Unis. On peut aimer les États-Unis et critiquer en même temps (...) C'est le meilleur pays au monde, sans manquer de respect au Canada. On peut faire tellement de choses là-bas... Si on est motivé et qu'on a un rêve, on peut le réaliser, plus que dans n'importe quel autre pays. C'est pour cela que tant de gens tentent de s'y rendre», a-t-il remarqué.




Les plus populaires : Cinéma

Tous les plus populaires de la section Cinéma
sur Lapresse.ca
»

Autres contenus populaires

la boite:219:box
image title
Fermer