À l'horaire

Modifier Localisation :
Montréal
>

Les cinémas

ou

Les films

       
      ou
      Fermer X

      Désolé! Nous ne pouvons vous localiser.

      Suggestions:
      1- Vérifiez l'orthographe
      2- Entrez un code postal
      3- Entrez le nom d'une ville
      4- Entrez une adresse

      En DVD

      Sarah préfère la course

      Sarah préfère la course

      Résumé

      Sarah préfère la course. À toute activité, à toute éventualité de rencontre, à toute quête intérieure. Lorsque cette coureuse de demi-fond habitant Québec se fait offrir une place au sein du club d'athlétisme de l'Université McGill, elle tente d'attraper la balle au bond, malgré la désapprobation de sa mère et les obstacles économiques que suppose son déménagement à Montréal. Qu'à cela ne tienne, son ami Antoine, secrètement amoureux, lui offre de déménager avec elle, d'assumer les premières dépenses, puis suggère que tous deux contractent un mariage blanc afin que Sarah puisse avoir accès au régime gouvernemental des prêts et bourses. Le tandem, installé dans un petit appartement, s'acquitte bientôt des formalités à l'hôtel de ville. Mais tandis que le mariage libère Sarah, investie corps et âme dans son entraînement, il enchaîne Antoine, plus que jamais désireux de la conquérir. Jusqu'à ce qu'au cours d'une soirée entre amis, Sarah prenne conscience de sa préférence... pour Zoey.

      Cote La Presse

      3/5

      Votre cote 147 votes

      2.6/5

      Fermer X

      Bande-annonce de Sarah préfère la course

      Vous avez vu le film?
      Faites-nous part de vos commentaires

      COTEZ CE FILM

      Légende

      • 5 etoile - exceptionnel
      • 4 etoile - Très bon
      • 3 etoile - Bon
      • 2 etoile - Passable
      • 1 etoile - À éviter

      DÉTAILS

      Date de sortie : 2013-06-07

      Classement : Général

      Pays : Canada

      Distributeur : Les Films Séville

      Date de sortie en DVD : 2013-11-05

      Genre : Drame psychologique

      Durée : 95 min.

      Année : 2013

      Site officiel

      GÉNÉRIQUE

      Réalisation : Chloé Robichaud

      Montage : Michel Arcand

      Scénario : Chloé Robichaud

      Production : Fanny-Laure Malo

      Photographie : Jessica Lee Gagné

      ACTEURS

      Ève DuranceauHélène FlorentMicheline LanctôtSophie DesmaraisJean-Sébastien CourchesneGeneviève Boivin-RoussyBenoît GouinPierre-Luc Lafontaine

      Critique

      Sarah préfère la course : un charme subtil...

      Marc-André 
      Marc-André Lussier

      À l'aide d'une mise en scène rigoureuse et étudiée, Chloé Robichaud nous entraîne dans le monde intérieur d'une jeune femme qui ne connaît encore rien d'elle-même. La seule certitude de Sarah réside dans son désir de courir. C'est d'ailleurs cette passion qui l'ouvrira au monde adulte, un peu d'étrange façon. Délaissant le milieu dans lequel elle a grandi, la coureuse quitte la ville de Québec pour s'installer à Montréal afin de rejoindre le club d'athlétisme de l'Université McGill. Le milieu plutôt anglophone dans lequel elle évolue désormais entraînera d'ailleurs cette jeune apolitique à faire face à la question nationale pour la première fois de sa vie.

      Inévitablement, ce séjour montréalais marquera une étape importante dans la vie de Sarah. À plusieurs égards. Ayant accepté de contracter un mariage de convenance avec son ami Antoine (Jean-Sébastien Courchesne), histoire d'avoir accès à divers programmes gouvernementaux, la jeune femme essaie de se «trouver» en tentant diverses expériences. Elle se force à mener un semblant de vie sociale. Et sexuelle. Or, la jeune athlète se rend vite compte du trouble que provoque en elle la vue d'un corps féminin. Et ne sait qu'en faire.

      Le récit mise en outre beaucoup sur le sentiment de malaise qu'éprouve continuellement Sarah dès qu'elle n'est plus dans son environnement sportif. Ce décalage, non dénué d'humour, donne d'ailleurs lieu à quelques scènes fort bien menées, d'autant que dans le rôle de cette asociale, Sophie Desmarais module avec finesse une partition extrêmement délicate.

      Les projecteurs ayant déjà été braqués pleins feux sur ce film grâce à sa récente présentation au Festival de Cannes, il convient toutefois d'en souligner ici la nature modeste. Sarah préfère la course distille un charme subtil, c'est vrai. Il fait aussi partie de ces films qui se laissent apprécier sans toutefois vraiment faire vibrer. À ce chapitre, le scénario aurait sans doute gagné en émotion s'il y avait eu un peu plus de chair autour de l'os.

      C'est dire qu'il faut prendre ce long métrage pour ce qu'il est: le premier opus bien appliqué d'une auteure-cinéaste dont l'oeuvre s'annonce prometteuse. Et qu'on prendra plaisir à suivre.

      * * *

      Sarah préfère la course. Drame réalisé par Chloé Robichaud. Avec Sophie Desmarais, Jean-Sébastien Courchesne, Geneviève Boivin-Roussy, Hélène Florent. 1h35.

      Sarah préfère la course: manque de souffle

      Éric 
      Éric Moreault

      Le fait que Sarah préfère la course se soit retrouvé à Cannes a peut-être gonflé inutilement les attentes envers le premier film de Chloé Robichaud. La cinéaste originaire de Québec livre un long métrage qui a beaucoup de mérite, dont celui de proposer une histoire originale et de reposer sur un personnage féminin loin des clichés d'usage. Malheureusement, il souffre de son manque d'épaisseur dramatique et finit par manquer de souffle.

      Il est évident que Chloé Robichaud a du talent comme réalisatrice. Mais elle aurait eu avantage à s'adjoindre quelqu'un pour son scénario, tant celui-ci s'avère ténu. Il ne suffit pas d'avoir une vision, il faut aussi avoir du contenu à proposer. La seule métaphore de la course, celle d'une fuite en avant du personnage principal, est pertinente, mais la cinéaste semble avoir négligé le reste, dont les personnages secondaires.

      Sarah (Sophie Desmarais) est une introvertie coincée et mal dans sa peau, incapable de verbaliser ses émotions. Elle n'a qu'un centre d'intérêt auquel elle sacrifie tout. La course lui sert de refuge contre le monde extérieur, pour lequel Sarah n'a pas d'aptitudes.

      La jeune athlète est même prête à l'exil et à se marier pour les prêts et bourses, sans trop réfléchir aux conséquences, parce que ça lui permettra de courir au sein de l'équipe d'athlétisme universitaire. Avec une vague connaissance, Antoine (Jean-Sébastien Courchesne).

      Les deux trébucheront sur cette chimère. Car Sarah est aussi en quête de son identité sexuelle. Mais elle ne vit que pour et par la course, sa véritable obsession. Il y a bien Zoey, une partenaire... de course, mais Chloé Robichaud a eu l'habileté de laisser les choses en suspens.

      Paradoxalement, le film souffre de la personnalité terne et introvertie de son personnage principal. Il est difficile pour le spectateur de s'attacher à cette fille qui se révèle une véritable misanthrope.

      Le film aurait d'ailleurs pu couler à pic sans la performance de Sophie Desmarais, qui est pratiquement de tous les plans - tout tourne autour d'elle. L'actrice de 27 ans s'en tire vraiment très bien dans un rôle presque silencieux, réussissant à faire passer physiquement les angoisses et la timidité de son personnage, surtout par ses yeux.

      Sarah... est un film cérébral, qui repose beaucoup sur la création d'atmosphères intimistes, selon les situations. Or, Chloé Robichaud n'a pas encore atteint cette légèreté stylistique dans sa réalisation qui permet de faire oublier au spectateur qu'il est au cinéma. De la même façon, le film propose plusieurs idées originales, comme l'utilisation de maximes de biscuits chinois pour marquer des chapitres, qui ne sont pas assez abouties.

      Il ne faut toutefois pas perdre de vue qu'il s'agit d'un premier long métrage - il y a parfois des tics de cinéma indépendant, dans les instantanés de vie urbaine, par exemple. Mais la réalisatrice sait où poser sa caméra et comment l'utiliser avec cohérence, notamment dans sa façon de filmer Sarah.

      Alors qu'on voit souvent la jeune femme de dos au début, puis de profil ensuite, elle nous apparaît de plus en plus de face vers la fin. Elle se révèle ainsi au spectateur, tout en restant un mystère pour ceux qui la côtoient.

      Il y a une certaine retenue, une pudeur même, dans le film de Chloé Robichaud. Cette optique en fait nécessairement une cinéaste différente et originale. Sans être le grand long métrage que laissait présumer sa sélection au 66e Festival de Cannes, Sarah... révèle néanmoins une réalisatrice prometteuse, une nouvelle voix dans le renouveau du cinéma québécois avec Xavier Dolan, Yan Lanouette Turgeon, Denis Côté, Stéphane Lafleur, Rafaël Ouellet et autres Sophie Deraspe.

      Sarah préfère la course. Genre : drame. Réalisatrice : Chloé Robichaud. Acteurs : Sophie Desmarais, Jean-Sébastien Courchesne et Geneviève Boivin-Roussy. Classement : général. Durée : 1h35.

      On aime : le refus des clichés, le jeu des acteurs.

      On n'aime pas : le scénario qui s'essouffle.

      publicité

      Commentaires Faites-nous part de vos commentaires >

      Commentaire (0)

      Commenter cet article »

      À vous de lancer la discussion!

      Soyez la première personne à commenter cet article.

      Commenter cet article

      Vous désirez commenter cet article? Ouvrez une session | Inscrivez-vous

       

      Veuillez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

      publicité

      10164:liste;1909714:box; 300_cinemaStandard.tpl:file;

      Critiques >

      publicité

      publicité

      la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

      publicité

      Autres contenus populaires