À l'horaire

Modifier Localisation :
Montréal
>

Les cinémas

ou

Les films

       
      ou
      Fermer X

      Désolé! Nous ne pouvons vous localiser.

      Suggestions:
      1- Vérifiez l'orthographe
      2- Entrez un code postal
      3- Entrez le nom d'une ville
      4- Entrez une adresse

      En DVD

      La Purge

      Purge, The - Séances VIP

      Résumé

      États-Unis, 2022. Les taux de chômage et de criminalité sont au plus bas, grâce à une purge annuelle de douze heures permettant aux citoyens de libérer leurs pulsions agressives et meurtrières, sans craindre les représailles judiciaires. Si certains analystes voient dans cette pratique un moyen discutable pour éliminer commodément les individus les plus faibles et les moins productifs de la société, la purge ravit James Sandin, vendeur-étoile d'une compagnie de systèmes de sécurité, qui fait des affaires d'or durant cette journée à haut risque pour les mieux nantis. Mais son épouse, sa fille et son fils adolescent ne partagent pas vraiment son enthousiasme. Le jour J, peu après 19 heures, ce dernier désactive momentanément le système d'alarme hyper-sophistiqué de leur maison pour laisser entrer un sans-abri ensanglanté. Surgissent aussitôt les poursuivants masqués de ce dernier. Leur leader, un jeune homme de bonne famille, somme James de leur rendre leur proie, faute de quoi lui et sa bande donneront l'assaut.

      Cote La Presse

      2.5/5

      Votre cote 91 votes

      3.1/5

      Fermer X

      Bande-annonce de La Purge

      Vous avez vu le film?
      Faites-nous part de vos commentaires

      COTEZ CE FILM

      Légende

      • 5 etoile - exceptionnel
      • 4 etoile - Très bon
      • 3 etoile - Bon
      • 2 etoile - Passable
      • 1 etoile - À éviter

      DÉTAILS

      Date de sortie : 2013-06-07

      Classement : 13 ans + (violence)

      Pays : États-Unis

      Distributeur : Universal

      Date de sortie en DVD : 2013-10-08

      Genre : Thriller

      Durée : 85 min.

      Année : 2013

      Site officiel

      GÉNÉRIQUE

      Réalisation : James DeMonaco

      Montage : Peter Gvozdas

      Scénario : James DeMonaco

      Photographie : Jacques Jouffret

      Musique : Nathan Whitehead

      ACTEURS

      Ethan HawkeLena HeadeyAdelaide KaneEdwin HodgeMax BurkholderTony OllerRhys WakefieldArija BareikisChris Mulkey

      Critique

      The Purge : le charme discret de la bourgeoisie

      Aleksi K. 
      Aleksi K. Lepage

      Ce thriller horrifique pose de graves questions d'ordre moral et métaphysique. Si Dieu n'existe pas, tout est-il donc permis? Pas tout à fait, on n'est quand même pas chez Dostoïevski, on n'est pas chez Shakespeare. Reprenons: si la loi des hommes vous autorisait, demain, et demain seulement, à commettre les pires atrocités sans risque de représailles policières, en profiteriez-vous? Vous sentiriez-vous coupable de voler, violer, tuer, si l'État vous en avait donné le plein droit?

      The Purge (de James DeMonaco) nous envoie directement en 2022, alors que les États-Unis sont au sommet du taux de criminalité. Les prisons débordent, cela coûte cher au contribuable, le gouvernement et ses autorités ne savent plus comment remédier à cette surpopulation carcérale. Il s'agit de vider les cachots, au mieux d'éviter qu'ils s'emplissent.

      Solution miracle: autoriser la population au délit et au méfait, laisser les pauvres, les malades et les psychopathes s'entretuer, sans punition, une fois l'an. Pendant 12 heures, tout étant officiellement légitimé, et même encouragé: des campagnes d'intérêt public passent en boucle à la télévision, prônant les mérites de la purge annuelle comme un noble projet.

      Évidemment, des gens profiteront de cette liberté momentanée pour assouvir leurs plus bas instincts. Notre héros (Ethan Hawke), père d'une petite famille proprette, bourgeoise et protégée dans une grande demeure sécuritaire, est un ami de l'ordre établi. Le clan familial, qui se croit inattaquable, sera très surpris de recevoir la visite de jeunes gens menaçants, cyniques et rebelles qu'on dirait sortis de A Clockwork Orange; des voyous agressifs déterminés à jouir pleinement de cette purge.

      The Purge, pur produit de divertissement (et, en ce sens seulement, tout à fait réussi) fait l'effet d'un mélange plus ou moins digeste du Straw Dogs de Peckinpah, du Assault on Precinct 13 de Carpenter et du Funny Games de Haneke, que de nobles références. Il y a bien une sorte de propos social dans The Purge, mais le message est dilué, voire dissous, dans le suspense et l'effet-choc, dans la trame sonore aléatoire, dans les excès de violence, qui suscitent davantage le rire que la réflexion, et dans l'abus de gros plans (on finit par s'intéresser aux points noirs d'Ethan Hawke). Si bien qu'au bout du compte, on n'aura vu qu'une série B de luxe. Dommage.

      ** 1/2

      The Purge (V.F. : La purge). Thriller de James DeMonaco. Avec Ethan Hawke, Lena Headey, Max Burkholder. 1h25.

      La purge: ménage du printemps

      Éric 
      Éric Moreault

      La purge est un bon exemple de ce qui arrive quand on a une bonne idée de départ, mais aucune idée de l'arrivée, et encore moins du chemin à emprunter. James DeMonaco a voulu se servir de son suspense sanguinolent pour proposer un commentaire social sur ce qui consume les Américains: armes, religion, libertés individuelles, classes sociales, appât du gain, immigration... Malheureusement, sa réflexion tourne court et son suspense est raté.

      Dans un futur rapproché, le gouvernement américain permet, une fois l'an, que tous les crimes demeurent impunis. Pendant la nuit de la purge, les citoyens expient leurs pulsions violentes en éliminant les démunis (pauvres, sans-abri, malades mentaux...). Ce qui insuffle de la vigueur à l'économie!

      Les riches comme les Sandin s'enferment dans leurs maisons dotées de systèmes de protection impénétrables. Mais cette nuit du 21 mars 2022, les enfants laissent entrer un petit ami et un intrus. Le premier représente l'ennemi intérieur alors que le deuxième est là pour les confronter à leur éthique. Ils doivent le livrer à ses assaillants, sinon ceux-ci menacent de s'en prendre à la famille. Ils peuvent alors tout se permettre puisqu'ils défendent leur propriété...

      La purge s'apparente à La chambre forte (David Fincher, 2002): les Sandin sont prisonniers de leur système de défense. Et à Orange mécanique (Stanley Kubrick, 1971) dans la représentation des agresseurs extérieurs, une bande de jeunes masqués menée par un psychopathe d'une politesse exemplaire. Mais James DeMarco n'a pas le doigté des deux réalisateurs.

      Il a d'abord été scénariste (L'assaut du poste 13, Le négociateur). Il en est seulement à sa deuxième réalisation. Ça paraît: il manque cruellement d'imagination.

      DeMarco utilise tous les trucs habituels du suspense (les gros plans, la caméra à l'épaule, la musique stressante, le montage serré) sans les renouveler et sans grand effet. La ridicule partie de cache-cache à la lampe de poche ne provoque aucune frayeur chez le spectateur, qui a bien de la difficulté à se sentir concerné, tant tout ça semble invraisemblable. Et caricatural, jusque dans le jeu exalté.

      Ce qui n'empêche pas, paradoxalement, que le récit soit très prévisible. Les effets de manche sont télégraphiés.

      Le plus difficile à comprendre demeure la présence d'Ethan Hawke (Bienvenue à Gattaca, Avant la nuit tout est possible) et de Lena Headey (Les vestiges du jour, 300) dans la peau des parents Sandin. Leur interprétation est d'ailleurs dans la note, sans plus. Il faut dire que le scénario avec lequel ils travaillent est assez mince.

      La purge est un film simpliste, qui reste toujours au premier degré. Sans parler de la violence gratuite (et parfois grotesque) qui emprunte au film d'horreur, devenant parodique sans vouloir l'être. Bien sûr, il fait allusion à notre propre désir de violence qui est purgé par le cinéma. Mais plus le long métrage avance, plus il s'enfonce dans le ridicule... Aucune chance qu'il devienne un film-culte. Pas assez subversif.

      Tout ça n'a pas empêché La purge d'obtenir la position de tête au box-office américain la fin de semaine dernière (sixième au Québec). Si bien que le producteur a annoncé mardi qu'il y aurait une suite. Misère...

      On aime : c'est court.

      On n'aime pas : les invraisemblances, la réalisation brouillonne.

      publicité

      Commentaires ( 2 ) Faites-nous part de vos commentaires >

      Commentaires (2)

      Commenter cet article »

      • Si j'ai bien compris, l'idéogramme qui figure au milieu de l'affiche représente l'icône des urgences (fermées pour 12 heures) c'est bien ça ? Eh bien il s'agit du drapeau suisse ! Rien à voir avec la croix rouge (hormis que le fondateur de la croix rouge SUR FOND BLANC était Henri Dunant qui était citoyen helvétique. Erreur déplorable mais si commune ici en Amérique du Nord. Pas fort fort les graphistes de l'affiche du film !!!

      • Très déçue... dans le fond le scénario n'est pas mauvais un genre de mix de Hunger Games et battle Royale qui aurait pu être bon mais malheureusement le jeu d'acteur tourne au comique..

      Commenter cet article

      Vous désirez commenter cet article? Ouvrez une session | Inscrivez-vous

       

      Veuillez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

      publicité

      10164:liste;1909714:box; 300_cinemaStandard.tpl:file;

      Critiques >

      publicité

      publicité

      la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

      publicité

      Autres contenus populaires