À l'horaire

Modifier Localisation :
Montréal
>

Les cinémas

ou

Les films

     
    ou
    Fermer X

    Désolé! Nous ne pouvons vous localiser.

    Suggestions:
    1- Vérifiez l'orthographe
    2- Entrez un code postal
    3- Entrez le nom d'une ville
    4- Entrez une adresse

    En DVD

    Barbara

    Barbara

    Résumé

    Durant l'été 1980, Barbara Wolff, chirurgienne-pédiatre dans un hôpital de Berlin-Est, est mutée dans une clinique de province, proche de la mer Baltique. Sa faute? Avoir signifié son intention de passer à l'Ouest afin d'y rejoindre son amoureux, Jörg. Surveillée constamment par la police, Barbara, mutique et extrêmement secrète, organise sa fuite prochaine tout en apprenant à composer avec l'attention soutenue que lui porte son nouveau médecin-chef, le docteur André Reiser. Soudée par des cas difficiles de jeunes patients qu'ils doivent traiter, leur collaboration devient de plus en plus ambiguë: André désire-t-il la séduire ou se rapprocher d'elle pour mieux rapporter ses faits et gestes aux autorités?

    Cote La Presse

    3.5/5

    Votre cote 21 votes

    3.4/5

    Fermer X

    Bande-annonce de Barbara

    Vous avez vu le film?
    Faites-nous part de vos commentaires

    COTEZ CE FILM

    Légende

    • 5 etoile - exceptionnel
    • 4 etoile - Très bon
    • 3 etoile - Bon
    • 2 etoile - Passable
    • 1 etoile - À éviter

    DÉTAILS

    Date de sortie : 2013-02-22

    Classement : Général

    Pays : Allemagne

    Distributeur : EyeSteelFilm

    Date de sortie en DVD : 2013-11-12

    Genre : Drame

    Durée : 105 min.

    Année : 2012

    Site officiel

    GÉNÉRIQUE

    Réalisation : Christian Petzold

    Montage : Bettina Böhler

    Scénario : Christian Petzold,Harun Farocki

    Photographie : Hans Fromm

    Musique : Stefan Will

    ACTEURS

    Nina HossRainer BockChristina HeckeClaudia GeislerPeter WeissRonald ZehrfeldJasna Fritzi BauerMark Waschke

    Critique

    Barbara : un portrait fin et subtil

    Marc-André 
    Marc-André Lussier

    L'inscription qui ouvre ce film remarquable suffit à évoquer tout de suite un monde: «Allemagne de l'Est - 1980». Dans son sixième long métrage, l'auteur-cinéaste Christian Petzold, dont les films précédents n'ont pratiquement jamais été montrés au Québec, ramène le spectateur à une époque révolue, pourtant pas si lointaine, d'autant plus riche sur le plan dramatique qu'elle s'ancre dans une réalité qu'on aurait pu croire sclérosée à jamais.

    À cet égard, Petzold fait partie d'une nouvelle génération de cinéastes allemands qui, à l'instar de Wolfgang Becker (Au revoir Lénine!) ou Florian Henckel von Donnersmarck (La vie des autres) n'hésitent pas à revisiter - chacun à sa façon bien sûr - l'histoire récente d'un pays à jamais marqué par ses années de division.

    Se tenant loin des clichés du «drame communiste», Barbara trace le portrait d'une femme médecin de Berlin-Est qui, soupçonnée de vouloir passer à l'ouest, est mutée dans une petit bled de province. Barbara (formidable Nina Hoss) tente de s'y construire discrètement une vie, sachant fort bien que l'intérêt que lui porte le médecin-chef André (Ronald Zehrfeld) n'est pas innocent. La réalité est pourtant plus complexe qu'elle peut paraître de prime abord.

    La richesse du scénario réside justement dans toutes les zones d'ombre que recèle une histoire campée dans une société sous surveillance. Barbara, il est vrai, a l'intention de passer à l'ouest grâce à un amant qui, de l'autre côté du Mur, tente d'orchestrer sa fuite par voie maritime jusqu'au Danemark. Or, celle qui était bien certaine de ses intentions à Berlin semble être progressivement habitée par le doute, une fois installée dans cette petite ville anonyme. Pourtant, le cadre est encore plus oppressant. Les moindres faits et gestes sont observés, et la sincérité des rapports humains est constamment mise en doute. Même si elle tient à maintenir ses distances, Barbara reste néanmoins intriguée par les sentiments que semble ressentir André à son égard.

    Mais au-delà de cet imbroglio sentimental, un dilemme moral se pose: vaut-il mieux fuir un système ou résister de l'intérieur? Ou serait-ce plutôt l'effet psychologique d'un système implacable?

    Petzold, qui fut gratifié de l'Ours d'argent de la mise en scène au Festival de Berlin l'an dernier, dresse ce portrait avec finesse et subtilité, s'attardant davantage à composer des atmosphères plutôt que de proposer une intrigue à multiples rebondissements. Le dénouement du récit ne pouvait pourtant pas être plus troublant.

    Notez que Barbara prend l'affiche en version originale allemande avec sous-titres français.

    * * * 1/2
    Barbara. Drame réalisé par Christian Petzold. Avec Nina Hoss, Ronald Zehrfeld, Rainer Boc. 1h45.

    Barbara: le dilemme

    Éric 
    Éric Moreault

    Il aura fallu du temps avant qu'on puisse voir Barbara sur nos écrans, mais l'attente en valait la peine. Ce film brillant est un drame poignant et terriblement humain, qui a d'ailleurs valu à Christian Petzold l'Ours d'argent du meilleur réalisateur au Festival de Berlin, l'an passé. C'est aussi, comme le titre l'indique, un trop rare portrait de femme forte, aux prises avec un terrible dilemme.

    Été 1980, Allemagne de l'Est. Barbara (Nina Hoss) débarque dans un hôpital perdu de campagne, mutée par le pouvoir qui soupçonne la docteure de vouloir passer à l'Ouest pour y rejoindre son amant. Elle est confiée aux soins d'André (Ronald Zehrfeld), le médecin-chef, qui doit la surveiller pour le compte de la Stasi, la police secrète. Leur relation est d'emblée marquée par la méfiance. Leurs défenses tombent peu à peu, chacun apprivoisant l'autre. Mais jusqu'à quel point peuvent-ils se faire confiance?

    Le film de Christian Petzold (Yella) évoque immanquablement un autre film remarquable sur cette période sombre: La vie des autres. Mais alors que ce dernier dépeignait la dictature glauque et oppressante de Berlin, Barbara se déroule à la campagne, sous des couleurs vives et des paysages battus par le vent.

    La nature sert de contrepoint au climat de suspicion, d'humiliation, de méfiance et d'un certain désespoir du récit. La cage invisible de la Stasi et son omniprésente surveillance semblent ainsi encore plus contraignantes par contraste qu'elles étouffent un illusoire sentiment de liberté.

    D'autant que le réalisateur a décidé de peindre un portrait intimiste, la caméra toujours proche du duo, joué avec brio par ses interprètes, pour témoigner de leurs états d'âme. Il privilégie ainsi les regards et la gestuelle, rendant souvent tout dialogue superflu. Barbara et André révèlent ainsi les tensions qui les agitent, leurs désirs réprimés qui finissent toujours par effleurer la surface...

    Car Barbara est aussi le portrait d'une femme forte, écartelée entre son désir de liberté et son devoir de médecin, entre les promesses d'une vie meilleure à l'Ouest et l'espoir d'un bonheur amoureux à l'Est. Refusant farouchement la déshumanisation de la dictature socialiste, elle soigne ses patients avec empathie et humanité, malgré son caractère distant et antipathique.

    Quant au bienveillant et dévoué André, le spectateur ne sait trop si l'attention qu'il porte à sa collègue est celle d'un homme fourbe qui la surveille ou celle d'un homme de plus en plus amoureux, au point d'oublier son devoir envers l'État...

    Cette épaisseur dramatique, tant dans les enjeux que dans les dilemmes moraux dans lesquels se débat le duo, est la marque d'un grand scénario. Les personnages ont l'étoffe du réel, tant les rôles principaux, que ceux qui gravitent autour, collègues et patients.

    Christian Petzold a également porté beaucoup d'attention à la bande-son. Chaque bruit, dans un climat de paranoïa, prend une ampleur démesurée - surtout le crissement des pneus quand on pose une action condamnable.

    Rien n'est noir ou blanc dans Barbara, ce qui rend encore plus accablant son dilemme : partir ou rester?

    * * * 1/2
    Barbara. Genre: drame. Réalisateur: Christian Petzold. Acteurs: Nina Hoss et Ronald Zehrfeld. Classement: général. Durée: 1h45.

    On aime: l'épaisseur dramatique, la réalisation, la direction d'acteurs.

    On n'aime pas: la Stasi.

    publicité

    Commentaires Faites-nous part de vos commentaires >

    Commentaire (0)

    Commenter cet article »

    À vous de lancer la discussion!

    Soyez la première personne à commenter cet article.

    Commenter cet article

    Vous désirez commenter cet article? Ouvrez une session | Inscrivez-vous

     

    Veuillez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

    publicité

    10164:liste;1909714:box; 300_cinemaStandard.tpl:file;

    Critiques >

    publicité

    publicité

    la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

    publicité

    Autres contenus populaires