• Accueil > 
  • Cinéma 
  • > Régis Roinsard: au parfum des années 50 

À l'horaire

Modifier Localisation :
Montréal
>

Les cinémas

ou

Les films

       
      ou
      Fermer X

      Désolé! Nous ne pouvons vous localiser.

      Suggestions:
      1- Vérifiez l'orthographe
      2- Entrez un code postal
      3- Entrez le nom d'une ville
      4- Entrez une adresse

      Régis Roinsard: au parfum des années 50

      Déborah François... (Photos fournie par Métropole Films)

      Agrandir

      Déborah François

      Photos fournie par Métropole Films

      Partager

      Sur le même thème

      Régis Roinsard n'est pas un nostalgique. Celui qui propose Populaire, un premier long métrage, ne pourrait avoir la nostalgie d'une époque qu'il n'a pas connue lui-même de toute façon. Il y a plusieurs années, l'auteur cinéaste fut toutefois fasciné par un documentaire retraçant l'histoire de la machine à écrire, particulièrement par un court extrait où étaient évoqués ces concours de vitesse auxquels participaient des secrétaires douées.

      «Je me suis renseigné sur cet aspect étonnant de la discipline, expliquait-il au cours d'une rencontre de presse tenue la semaine dernière à Paris. J'ai même enquêté. Pour m'apercevoir que ces concours étaient en fait d'énormes campagnes de promotion orchestrées au profit des fabricants de ces machines. Ayant moi-même déjà pratiqué le tennis à un bon niveau dans ma jeunesse, j'adore les films de sport dans lesquels on met l'accent sur la compétition. Or ces films-là proviennent toujours des États-Unis. Cette histoire m'a permis de proposer un film de ce genre, mais de caractère typiquement français, d'autant qu'il s'agit là d'un sport que personne ne connaît! Bien entendu, on peut discuter sur la notion «sportive» de la discipline, mais les jeunes femmes qui y participaient s'entraînaient comme des athlètes!»

      Un courant

      Qui dit fin des années 50 dit aussi esthétisme à la clé. Bien que l'époque soit révolue, elle traverse encore les générations. La série américaine Mad Men semble d'ailleurs cristalliser ce courant actuel. «Il est certain que Mad Men nous force à nous dépasser, même s'il ne s'agit pas d'une influence directe, reconnaît le cinéaste. Cela dit, la façon de filmer n'est pas du tout la même. Dès qu'on campe une intrigue dans les années 50, on sera forcément comparé à tous ceux qui l'ont fait aussi. Personnellement, j'ai beaucoup aimé Peggy Sue Got Married de Coppola, tout autant que Pleasantville de Gary Ross.»

      Régis Roinsard explique par ailleurs la fascination actuelle pour cette époque par une envie de fuir une époque morose.

      «Cette fascination relève de l'ordre esthétique d'abord, estime-t-il. On revient toujours aux années 50, car cette époque fut marquée par l'invention d'une sorte de pureté esthétique sur le plan des formes et des couleurs. Une époque charnière pour l'architecture, le design, les voitures, la mode, le cinéma, et bien d'autres choses encore. Au-delà de ça, il y a que cette période d'après-guerre nous apparaît très gaie, surtout par rapport à celle, plutôt sombre, que nous vivons actuellement.

      «Cela dit, il ne faut pas croire qu'il s'agissait d'un monde idéal non plus. Chez nous, les années 50 furent notamment définies par la guerre d'Algérie. Mais c'est aussi la naissance du rock and roll, la reconnaissance des ados en tant que groupe de consommateurs, et la notion de vitesse était partout. Cette recherche effrénée de la vitesse a évidemment un écho dans nos sociétés actuelles. D'ailleurs, cette époque, pas si lointaine, permet de comprendre l'état dans lequel est le monde maintenant. Bien entendu, les relations hommes-femmes ont évolué, tout comme le monde du travail - et avec lui la place des femmes - mais tout n'est pas encore gagné.»

      Partager

      lapresse.ca vous suggère

      • Romain Duris, un homme de son temps

        Entrevues

        Romain Duris, un homme de son temps

        Depuis quelques années, Romain Duris aime se transformer à l'écran. À la faveur de Populaire, l'acteur se glisse dans la peau d'un homme de son ... »

      • Déborah François, l'ingénue annonciatrice

        Entrevues

        Déborah François, l'ingénue annonciatrice

        Révélée grâce à L'enfant des frères Dardenne, film lauréat de la Palme d'or à Cannes en 2005, Déborah François hérite aujourd'hui du rôle de Rose... »

      publicité

      publicité

      publicité

      la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

      publicité

      publicité

      Autres contenus populaires

      image title
      Fermer