À l'horaire

Modifier Localisation :
Montréal
>

Les cinémas

ou

Les films

       
      ou
      Fermer X

      Désolé! Nous ne pouvons vous localiser.

      Suggestions:
      1- Vérifiez l'orthographe
      2- Entrez un code postal
      3- Entrez le nom d'une ville
      4- Entrez une adresse

      En DVD

      Les Manèges humains

      Les Manèges humains

      Résumé

      Sophie, Québécoise d'origine africaine, réalise un documentaire sur les employés du parc d'attractions ambulant où elle travaille l'été, à la demande du propriétaire de l'entreprise. Attirée par son confrère Frédéric, la jeune bachelière en cinéma le repousse lorsqu'il insiste un peu trop pour lui faire l'amour. C'est que Sophie a subi à l'âge de quatre ans une excision de type III (ablations du clitoris, des petites lèvres, des grandes lèvres et suture de l'ouverture vaginale), qui rend très douloureuse toute tentative de pénétration. Dès lors, la jeune femme, encore vierge, oublie la commande initiale de son patron et braque la caméra sur elle-même, documentant à la manière d'un journal intime l'impact de cet événement traumatisant sur sa vie sexuelle et son cheminement vers une réappropriation de son corps.

      Cote La Presse

      3.5/5

      Votre cote 18 votes

      3.2/5

      Fermer X

      Bande-annonce de Les Manèges humains

      Vous avez vu le film?
      Faites-nous part de vos commentaires

      COTEZ CE FILM

      Légende

      • 5 etoile - exceptionnel
      • 4 etoile - Très bon
      • 3 etoile - Bon
      • 2 etoile - Passable
      • 1 etoile - À éviter

      DÉTAILS

      Date de sortie : 2013-03-01

      Classement : 16 ans +

      Pays : Canada

      Distributeur : K-Films Amérique

      Date de sortie en DVD : 2013-09-10

      Genre : Drame

      Durée : 89 min.

      Année : 2012

      Site officiel: n.d.

      GÉNÉRIQUE

      Réalisation : Martin Laroche

      Montage : Catherine Legault

      Scénario : Martin Laroche

      Production : Martin Laroche,Sébastien Croteau

      Photographie : Félix Tétreault

      Musique : Thomas Hellman

      ACTEURS

      Alexandre DuboisMarc-André BrunetMarie-Évelyne LessardNormand DaoustStéphanie DawsonAlexandre CastonguayMichel Vézina

      Critique

      Les manèges humains : d'amour et d'inconfort

      Jean-Christophe 
      Jean-Christophe Laurence

      Sophie (Marie-Evelyne Lessard) est une jeune Québécoise de 25 ans d'origine africaine qui travaille dans un parc d'attractions pendant l'été pour payer ses études en cinéma. À la demande de son patron, elle entame un documentaire promotionnel sur l'entreprise, en s'attardant de plus près à certains employés, dont Normand (Normand Hudon) et Frédéric (Marc-André Brunet), de qui elle commence à s'enticher.

      Mais son film prend rapidement des allures de thérapie. Sophie tourne la caméra vers elle-même et finit par faire son coming out: à 4 ans, elle a été excisée et elle n'a jamais fait l'amour. Libérée de son lourd secret, la jeune femme cherchera ensuite à se faire dépuceler - objectif qu'elle atteindra de façon inattendue dans ce qui est peut-être l'une des scènes les plus inconfortables du cinéma québécois récent.

      Tourné en caméra subjective, sous forme de docufiction, Les manèges humains, troisième long métrage de Martin Laroche, aborde de façon originale un sujet rarement porté au cinéma. Peu de films de fiction traitent de mutilations génitales, et encore moins dans le contexte d'un parc d'attractions.

      Ce mélange improbable rend le film à la fois plus léger et plus étrange. Les séquences de grande roue et de barbe à papa côtoient des moments de pur malaise et des dialogues très crus sur le sexe entre les jeunes employés du parc. Un drôle de «manège humain», qui oscille entre le ludique et le très dérangeant.

      On comprendra que Les manèges humains est d'abord une affaire de comédiens. Prix du jury au dernier festival de Whistler, Marie-Evelyne Lessard surprend par son naturel et sa spontanéité. Marc-André Brunet s'en tire avec brio dans le rôle de l'amant éconduit, tout comme Normand Daoust, seul vétéran de la distribution, dans celui de l'homme d'expérience, compréhensif et bienveillant. Ce triangle, pas tout à fait amoureux, va s'imposer dans une succession de scènes fortes et parfois étonnantes, touchantes dans leur honnêteté et leur étrangeté.

      On pourra certes reprocher au réalisateur l'emploi de la caméra subjective, «gimmick» un peu frelatée. Mais ce choix artistique semble pleinement justifié par l'aspect autopsychanalytique de l'histoire. Laroche séduit surtout par l'extrême lenteur de ses scènes, qui étirent le malaise et laissent une impression durable chez le spectateur.

      Les tenants d'un cinéma québécois glamour et commercial s'arracheront probablement les cheveux en regardant ce film d'auteur qui n'inclut aucun «gros nom» et aborde un sujet extraordinairement délicat. Mais il confirme l'émergence d'un jeune cinéaste à la démarche personnelle, voire délinquante, qui n'a sans doute pas dit son dernier mot.

      * * * 1/2
      Les manèges humains. Drame de Martin Laroche. Avec Marie-Evelyne Lessard, Marc-André Brunet, Normand Daoust. 1h29.

      Les manèges humains: cam­éra vérité

      Éric 
      Éric Moreault

      Les manèges humains est la preuve éclatante qu'on peut récupérer une idée presque aussi vieille que le cinéma et s'en servir pour une proposition originale qui va interpeller le spectateur. Mais le film de Martin Laroche prouve aussi que le procédé de la caméra subjective a ses limites et qu'il n'échappe pas à ses principaux défauts : son manque de dynamisme, son narcissisme et les longueurs inhérentes aux monologues.

      Sophie (Marie-Évelyne Lessard) a 25 ans. Détentrice d'un bac en cinéma, elle accepte un emploi d'été dans un parc d'attractions ambulant où elle traîne et étrenne sa caméra partout et constamment. Son patron lui demande de tourner une vidéo d'entreprise. Bien vite, elle délaisse son sujet pour d'abord confesser Fred, Guillaume et Geneviève, ses trois amis, et Normand, un cinquantenaire, puis elle-même. La cinéaste amateur s'adresse donc, parfois, directement au spectateur, qui agit comme son confident.

      Car Sophie est tourmentée par un lourd secret qu'elle n'ose révéler à personne et qui l'empêche d'avoir une vie sexuelle «normale»: elle a été excisée à l'âge de quatre ans, en Afrique, avant d'immigrer au Québec.

      Les manèges humains a tout l'aspect du documentaire que voudrait réaliser Sophie, avec sa caméra à l'épaule, ses cadrages parfois incertains et la voix off de la jeune femme. Il est toutefois difficile d'avaler que tous se laissent filmer et puissent révéler à la caméra les détails les plus intimes de leur vie. Encore moins que Sophie tienne à filmer, en gros plan, la perte de sa virginité, dans une séquence très crue qui n'arrive malheureusement pas à être aussi bouleversante qu'elle devrait l'être.

      On aura compris que la caméra dont elle se sert de façon obsessive sert de prolongement d'elle-même et qu'elle est le seul moyen d'exorciser ce qui la tourmente. Mais tout ça devient un exercice narcissique d'exhibitionnisme auquel le spectateur peut difficilement adhérer. Résultat: Les manèges humains finit par souffrir d'une certaine sécheresse émotive. Ce qui ne devrait pas être le cas compte tenu du sujet abordé.

      Le film prend aussi un temps fou à prendre son envolée. Le quotidien du quatuor d'amis est d'une banalité qui manque totalement d'intérêt. Des jeunes qui boivent de la bière après une longue journée de travail, qui déconnent, parlent de cul, beaucoup, et en font, un peu, c'est usé à la corde. Et ça ne les rend pas plus attachants qu'il ne le faut, même s'il faut souligner le jeu naturel des jeunes comédiens.

      Bien sûr, tout ça ne sert qu'à mettre la table à la confession de Sophie sur son excision et à la situer dans un contexte. Bref, Les manèges humains est un film bancal, qui part d'une bonne idée et d'une intention, mais qui n'arrive pas à la hauteur de ses ambitions.

      * * 1/2
      Les manèges humains. Genre: drame. Réalisateur: Martin Laroche. Acteurs: Marie-Évelyne Lessard, Marc-André Brunet, Normand Daoust, Stéphanie Dawson et Alexandre Dubois. Classement: 16 ans et plus. Durée: 1h29.

      On aime: le sujet, la musique de Thomas Hellman.

      On n'aime pas: l'aspect statique, les longueurs, la caméra subjective.

      publicité

      Commentaires ( 1 ) Faites-nous part de vos commentaires >

      Commentaire (1)

      Commenter cet article »

      • j'ai vu ce film. c'est une oeuvre honnête, rien d'autre à dire là-dessu.
        parcontre, une critique par rapport à la fiche de LaPresse: pourquoi bordel vendez-vous le punch du film dans le résumé?

      Commenter cet article

      Vous désirez commenter cet article? Ouvrez une session | Inscrivez-vous

       

      Veuillez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

      publicité

      10164:liste;1909714:box; 300_cinemaStandard.tpl:file;

      Critiques >

      publicité

      publicité

      la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

      publicité

      Autres contenus populaires