Bill W.

Bill W.

Bill W.

Résumé

En 1935, William G. Wilson, un agent de change ruiné de Wall Street, décide au contact d'un groupe évangélique de se prendre en main pour soigner son problème de consommation d'alcool. Avec l'aide d'un médecin affligé de la même maladie, il fonde le mouvement des Alcooliques Anonymes, qui compte aujourd'hui des millions d'adeptes, et dont la méthode en douze étapes a inspiré plusieurs autres programmes de réhabilitation.

Cote La Presse

4/5

Votre cote 11 votes

3.3/5

Fermer X

Bande-annonce de Bill W.

Vous avez vu le film?
Faites-nous part de vos commentaires

COTEZ CE FILM

Légende

  • 5 etoile - exceptionnel
  • 4 etoile - Très bon
  • 3 etoile - Bon
  • 2 etoile - Passable
  • 1 etoile - À éviter

DÉTAILS

Date de sortie : 2012-11-09

Classement : En attente de classement

Pays : États-Unis

Distributeur : Cinéma du Parc

Date de sortie en DVD : n.d.

Genre : Documentaire

Durée : 103 min.

Année : 2012

Site officiel

GÉNÉRIQUE

Réalisation : Dan Carracino,Kevin Hanlon

Montage : Patrick Gambuti Jr.

Scénario : Dan Carracino,Kevin Hanlon,Patrick Gambuti Jr.

Photographie : Ryo Murakami

Musique : Gil Talmi

ACTEURS

Critique

Bill W. : il s'appelait Bill W.

Daniel 
Daniel Lemay

Pendant 17 ans, William Wilson a bu, bu jusqu'à perdre la carte pendant deux, trois jours. La brosse intégrale, continuelle, comme certains alcooliques la vivent parfois jusqu'à la mort.

«Pour moi, boire n'était pas une habitude: c'était une obsession», dira plus tard l'ancien homme d'affaires qui a survécu à son obsession après avoir rencontré un médecin du nom de Robert Smith, alcoolique et Vermontais comme lui. Ensemble, en 1935, «Bill» et «Doctor Bob» ont fondé Alcoholics Anonymous.

Le documentaire Bill W., à l'affiche du Cinéma du Parc dans sa version originale anglaise, retrace la vie de William Wilson, une vie qu'il a consacrée toute entière, souvent malgré lui, à aider ceux et celles qui choisissaient «l'expérience spirituelle» des Alcooliques anonymes (AA) pour reconquérir leur vie, «un jour à la fois».

Le seul titre de Bill W. évoque par ailleurs un autre combat de Wilson (1895-1971), pris à défendre le principe de l'anonymat, un des piliers philosophiques des AA que mettait à mal sa propre notoriété comme fondateur d'un mouvement dont l'action était déjà reconnue partout dans le monde. Chez les AA, tout le monde était égal, sauf Bill... et d'aucuns le lui reprochaient.

Par une longue et rigoureuse recherche, les coréalisateurs Kevin Hanlon et Dan Carracino - qui n'ont aucun lien avec les AA (voir www.BillW.com) - ont contourné l'obstacle de l'anonymat, la principale source documentaire étant les allocutions de «Bill» lui-même, prononcées avec son accent nasillard du Vermont lors de rencontres et de congrès des AA ou en entrevue à la radio et à la télévision.

Les images viennent de photos et de films d'époque - certains montrant des alcooliques lobotomisés - auxquels s'ajoutent des scènes reconstituées qui n'enlèvent rien au caractère véridique de l'histoire des pionniers des AA, «une bande de soiffards qui essayaient de rester sobres». Entre ça, des entrevues avec des gens - au visage couvert pour la plupart - qui ont connu «Bill» et à qui certains diront devoir leur vie.

Deux épisodes sont particulièrement bien rendus. D'abord, la genèse du «Gros livre», la bible des AA dans laquelle sont exposés les 12 principes inspirés du Groupe d'Oxford, mouvement chrétien des années 20. «Vous avez mis les alcooliques à genoux», disaient les athées à Bill W. «Aidez-les maintenant à se relever!» L'autre épisode, plus personnel mais très social dans sa portée, rappelle le combat de Bill Wilson contre la dépression, qui l'a amené au LSD, médicament «prometteur» avant d'être la drogue des hippies, qui garantissait l'accès immédiat à la «lumière de l'esprit».

Bill W., un film à voir où que l'on soit dans l'échelle éthylique, n'est pas un panégyrique de Bill Wilson, mari infidèle et alcoolique fini qui aurait demandé un verre sur son lit de mort, faiblesse ultime d'un homme qui avait consacré sa vie à la «spiritualité de l'imperfection».

* * * *
Bill W. Documentaire de Kevin Hanlon et Dan Carracino. 1h44.

Bill W. : l'ivresse de l'entraide

Normand 
Normand Provencher

Il y a de ces hommes qui accomplissent de grandes choses dans l'ombre. Bill Wilson est l'un d'eux. En 1999, Time Magazine a fait de lui l'un des héros du XXe siècle. Et pour cause. L'homme a su transformer sa douloureuse dépendance à l'alcool en un mouvement d'entraide mondial, les Alcooliques anonymes (AA), cofondé avec le Dr Bob Smith.

Le très dense et riche documentaire biographique Bill W. (en version originale anglaise sous-titrée) revient sur la vie et l'oeuvre de ce personnage dont le caractère et le leadership ont contribué à sensibiliser la population à un mal que la médecine a longtemps cherché à guérir par des moyens radicaux.

Le film de Dan Carracino et Kevin Hanlon brosse un portrait éloquent de cet ancien agent de change ruiné de Wall Street qui se considérait comme un homme ordinaire. Il n'a jamais compris le statut de héros, voire de génie, accolé à son nom. L'anonymat des membres n'était-il pas la pierre d'assise du mouvement?

Dépressif mais déterminé

À travers des images d'archives, des témoignages d'historiens et de membres des AA, des reconstitutions et l'enregistrement audio de l'un de ses discours, le parcours du personnage se dessine graduellement, montrant un homme longtemps dépressif, mais déterminé à mener à bout son projet humanitaire.

Les 12 étapes de son programme de réhabilitation, à la base de multiples autres mouvements d'entraide, ont fait école. Ces principes étaient inspirés du groupe d'Oxford, un mouvement chrétien des années 20. Bill Wilson était un homme profondément religieux qui ne voyait que Dieu capable d'aider l'alcoolique à devenir sobre et libre, capable de tenir à distance ses démons.

Bill Wilson est décédé en 1971, à l'âge de 75 ans. Même sur son lit de mort, il aurait réclamé à boire, après plus de 30 ans de sobriété. Comme quoi un alcoolique est dépendant jusqu'au bout de son mal.

Les Alcooliques anonymes comptent aujourd'hui plus de deux millions de membres répartis dans 170 pays, à travers 115 000 groupes d'entraide.


* * * 1/2
Bill W.
Genre : documentaire biographique. Réalisateurs : Dan Carracino et Kevin Hanlon. Acteurs : - Classement : général. Durée : 1h43.

On aime : découvrir le parcours d'un homme d'exception, le gros travail de recherche et de documentation, le montage dynamique.

On n'aime pas : -

publicité

Commentaires ( 1 ) Faites-nous part de vos commentaires >

Commentaire (1)

Commenter cet article »

  • Comment pourrait-on savoir sur quel document , le réalisateur de ce film s'est appuyé pour dire que Bill W. a réclamer un verre juste avant sa mort ?

    Dans cette présentation , il est dit aussi que Bill était un mari infidèle , dommage que l'on ne mentionne pas que grâce à l'abstinence , il avait reprit le chemin de l'honnêteté aussi dans ce domaine .
    Laude

Commenter cet article

Vous désirez commenter cet article? Ouvrez une session | Inscrivez-vous

 

Veuillez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires