À l'horaire

Modifier Localisation :
Montréal
>

Les cinémas

ou

Les films

       
      ou
      Fermer X

      Désolé! Nous ne pouvons vous localiser.

      Suggestions:
      1- Vérifiez l'orthographe
      2- Entrez un code postal
      3- Entrez le nom d'une ville
      4- Entrez une adresse

      En DVD

      Le Fils de l'autre

      Le Fils de l'autre

      Résumé

      À en croire le résultat du test d'urine nécessaire à son inscription au service militaire, Joseph Silberg ne serait pas le fils du colonel de l'armée israélienne Alon Silberg et de son épouse psychologue, Orith. Le garçon de 18 ans serait plutôt l'enfant de Leïla et Saïd Al Bezaaz, un couple palestinien vivant en Cisjordanie. L'échange accidentel des bébés se serait produit lors de l'évacuation de la maternité de l'hôpital israélien durant la guerre du Golfe. Bouleversé d'apprendre qu'il est en réalité arabe, Joseph peine à faire le deuil de sa judéité. De son côté, Yacine, le jeune juif qui a été élevé en territoires occupés, ne prend pas trop mal la situation. D'un naturel décontracté, l'étudiant en médecine rentré de France avec son bac en poche ne tarde pas à fraterniser avec le réservé Joseph. Par contre, Alon et Saïd acceptent très mal que leur fils respectif soit le rejeton de l'ennemi héréditaire.

      Cote La Presse

      3.5/5

      Votre cote 26 votes

      3.3/5

      Fermer X

      Bande-annonce de Le Fils de l'autre

      Vous avez vu le film?
      Faites-nous part de vos commentaires

      COTEZ CE FILM

      Légende

      • 5 etoile - exceptionnel
      • 4 etoile - Très bon
      • 3 etoile - Bon
      • 2 etoile - Passable
      • 1 etoile - À éviter

      DÉTAILS

      Date de sortie : 2012-12-21

      Classement : Général

      Pays : France

      Distributeur : Les Films Séville

      Date de sortie en DVD : 2013-03-19

      Genre : Drame

      Durée : 105 min.

      Année : 2012

      Site officiel: n.d.

      GÉNÉRIQUE

      Réalisation : Lorraine Lévy

      Montage : Sylvie Gadmer

      Scénario : Lorraine Lévy,Nathalie Saugeon,Noam Fitoussi

      Photographie : Emmanuel Soyer

      ACTEURS

      Emmanuelle DevosJules SitrukKhalifa NatourPascal ElbéAreen OmariMehdi DehbiMahmoud ShalabiDiana ZriekMarie Wisselmann

      Critique

      Le fils de l'autre : frères ennemis, frères amis

      Jean-Christophe 
      Jean-Christophe Laurence

      Alors qu'il s'apprête à faire son service militaire pour l'armée israélienne, Joseph apprend qu'il n'est pas le fils biologique de ses parents: 18 ans plus tôt, dans la confusion d'un bombardement, il a accidentellement été échangé contre Yacine, fils d'une famille palestinienne de Cisjordanie.

      Cette terrible révélation va non seulement bouleverser sa vie, mais aussi celle de Yacine et de toutes les parties concernées. Bien que tout les sépare, les deux familles n'auront d'autre choix que de se fréquenter, en espérant réparer cette erreur.

      Il suffit parfois d'une idée forte pour faire un film. Or, dans le contexte politique actuel, on ne pouvait trouver meilleure prémisse que celle du Fils de l'autre, de la réalisatrice française Lorraine Lévy. En réunissant deux planètes qui se croient étrangères, voire incompatibles, mais qui sont au final plus semblables qu'elles ne le pensent, la cinéaste met en évidence toute l'absurdité du conflit israélo-palestinien. Comment deux peuples si proches peuvent-ils être en même temps si loin?

      Une fois passés le choc et les inévitables frictions, les personnages apprennent donc à se connaître, voire à s'apprécier, même si une démarcation symbolique et physique (le check point) sépare toujours les deux camps.

      On pourrait crier au film cucul, du genre: tout le monde il est gentil. Mais Lorraine Lévy ne tombe pas dans la complaisance. Les rapprochements se font ici sans violons ni crémage, avec un réalisme qui n'a rien d'hollywoodien.

      Idem pour la distribution, qui s'affiche avec sobriété. Emmanuelle Devos et Areen Omari mènent le jeu dans le rôle des mères tiraillées. Et maintenant, qui donc est mon véritable fils? Pascal Elbé (Alon) et Khalifa Natour (Saïd) sont convaincants dans celui des pères blessés dans leur orgueil. Jules Sitruk (Joseph), Mehdi Dehbi (Yacine) et Mahmood Shalabi (Bilal, frère de Yacine) complètent cet improbable tableau familial, où l'espoir passe manifestement par la nouvelle génération.

      Car ce sont eux qui forcent les barrières, au mépris des vieux ressentiments. L'espace d'un moment, grâce aux initiatives de Joseph et Yacine, le mur entre les deux mondes semble pratiquement disparaître. Joseph visite Yacine, qui visite à son tour Yacine. Les échanges se multiplient à tel point qu'on ne sait plus qui est qui et qui appartient à où. Une quête identitaire éloquente, qui traduit bien la schizophrénie d'un pays bicéphale, qui cherche encore à se réconcilier.

      * * * 1/2
      Le fils de l'autre. Drame de Lorraine Lévy. Avec Emmanuelle Devos, Pascal Elbé, Jules Stiruk, Mehdi Dehbi, Areen Omari et Khalifa Natour. 1h45.

      Le fils de l'autre: je est un autre

      Éric 
      Éric Moreault

      Peut-on tourner un film sur le conflit israélo-palestinien sans aborder la question de front? Oui, si on a une idée originale comme celle du Fils de l'autre, où deux bébés sont échangés par erreur. Malheureusement, le film de Lorraine Lévy reste à la surface des choses et demeure bien conventionnel sur le plan dramatique.

      Le truc a déjà été exploité, mais surtout à des fins de comédie. Il y a pourtant un potentiel dramatique viscéral, parce qu'il touche les questions d'identité, d'endoctrinement, de valeurs et de convictions, dans ce cas précis.

      À la veille de son service militaire en Israël, Joseph apprend par un banal test sanguin qu'il n'est pas le fils de ses parents. Dans la confusion d'un soir de bombardement à Haïfa, où les deux femmes accouchent, il est échangé avec Yacine, né de parents palestiniens. Les deux familles apprennent avec stupeur qu'elles ont vécu pendant 18 ans avec le fils de l'autre.

      Lorraine Lévy fait beaucoup passer les émotions conflictuelles que vivent les personnages par les regards et le non-dit, ce qui est cohérent dans les difficultés que les personnages éprouvent à verbaliser tout ça. Certains plans sont d'ailleurs superbes. Mais le scénario ne tient pas ses promesses et se révèle sans surprise.

      Joseph, avec son look de jeune Bob Dylan, est un doux rêveur qui veut devenir musicien alors que Yacine démontre le sang-froid et l'intelligence du médecin qu'il veut devenir. Ils sont, en somme, le portrait craché de leur père biologique et non de leur père d'adoption... L'hérédité prime donc sur l'amour? Non. Mais Le fils de l'autre n'évite pas une certaine mièvrerie. Et ne veut surtout pas confronter le spectateur avec un contraste trop saisissant.

      Les deux familles, qui s'apprivoisent tranquillement, sont en effet de la classe moyenne (pour ce que ça veut dire en Palestine), raisonnable et sans un poil qui dépasse. Il y a bien Bilal, le frère de Yacine, qui incarne à lui seul la révolte face à l'oppresseur, mais il est presque caricatural. Et il s'adoucira singulièrement quand on lui permettra de traverser le mur pour goûter aux plaisirs de la vie à l'occidentale.

      Ce qui était la force principale du film devient rapidement sa principale faiblesse. En voulant raconter une histoire d'espoir qui fait une large place aux bons sentiments, la réalisatrice occulte la réalité de l'occupation de la Palestine et cède la place à la pensée magique. Il suffirait que les deux parties acceptent de se parler, et tous finiraient par cohabiter dans l'harmonie. Désolé, c'est plus compliqué que ça.

      Bien sûr, on me dira que les images parlent d'elles-mêmes. Ainsi ce contraste choquant entre l'opulence et l'insouciance de Tel-Aviv, avec sa plage et ses boîtes de nuit, et la pauvreté choquante du village de Cisjordanie. Les images, à répétition, des points de contrôle, de l'humiliation et du harcèlement dont sont victimes les Palestiniens qui doivent les franchir.

      Vrai. Le fils de l'autre demeure un bon petit film, mais qui relève plus du divertissement que du cinéma d'auteur ou de l'art engagé. Remarquez, l'inverse peut aussi se révéler trop didactique et plaqué, comme dans Inch'Allah (d'Anaïs Barneau-Lavalette). Il ne nous reste plus qu'à attendre l'adaptation cinématographique de L'affiche, la pièce de Philippe Ducros, qui évoque cette cohabitation forcée avec beaucoup plus d'authenticité.

      * * *
      Le fils de l'autre. Genre: drame. Réalisatrice: Lorraine Lévy. Acteurs: Pascal Elbé, Mehdi Dehbi, Jules Sitruk et Emmanuelle Devos. Classement: général. Durée: 1h45.

      On aime: la réflexion sur l'identité, l'originalité de l'approche humaine.

      On n'aime pas: la conclusion simpliste, l'évacuation de la misère quotidienne.

      publicité

      Commentaires Faites-nous part de vos commentaires >

      Commentaire (0)

      Commenter cet article »

      À vous de lancer la discussion!

      Soyez la première personne à commenter cet article.

      Commenter cet article

      Vous désirez commenter cet article? Ouvrez une session | Inscrivez-vous

       

      Veuillez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

      publicité

      10164:liste;1909714:box; 300_cinemaStandard.tpl:file;

      Critiques >

      publicité

      publicité

      la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

      publicité

      Autres contenus populaires