À l'horaire

Modifier Localisation :
Montréal
>

Les cinémas

ou

Les films

       
      ou
      Fermer X

      Désolé! Nous ne pouvons vous localiser.

      Suggestions:
      1- Vérifiez l'orthographe
      2- Entrez un code postal
      3- Entrez le nom d'une ville
      4- Entrez une adresse

      En DVD

      Le Maître

      The Master

      Résumé

      Vétéran de la Deuxième Guerre mondiale, Freddie Quell rentre au pays amoché. Alcoolique, obsessif, violent, il est incapable de s'insérer dans la société civile et de garder un travail. Un soir qu'il erre, ivre, le long d'un quai de San Francisco, il embarque illicitement sur un yacht. Il y fait la connaissance de Lancaster Dodd, chef spirituel d'un mouvement qu'il a baptisé La Cause. Amusé et intrigué par l'étrange gaillard qui lui confectionne un puissant alcool de contrebande, Dodd en fait son cobaye pour tester ses méthodes psychanalytiques douteuses visant à guérir les patients de leurs traumatismes passés. Tout en poursuivant avec Freddy sa mission d'évangélisation à travers les États-Unis, le leader charismatique tente de chasser les démons qui hantent l'imprévisible vagabond. En vain.

      Cote La Presse

      4/5

      Votre cote 93 votes

      3/5

      Fermer X

      Bande-annonce de Le Maître

      Vous avez vu le film?
      Faites-nous part de vos commentaires

      COTEZ CE FILM

      Légende

      • 5 etoile - exceptionnel
      • 4 etoile - Très bon
      • 3 etoile - Bon
      • 2 etoile - Passable
      • 1 etoile - À éviter

      DÉTAILS

      Date de sortie : 2012-10-05

      Classement : 13 ans +

      Pays : États-Unis

      Distributeur : Les Films Séville

      Date de sortie en DVD : 2013-04-02

      Genre : Drame

      Durée : 138 min.

      Année : 2012

      Site officiel

      GÉNÉRIQUE

      Réalisation : Paul Thomas Anderson

      Montage : Leslie Jones,Peter McNulty

      Scénario : Paul Thomas Anderson

      Photographie : Mihai Malaimare

      Musique : Jonny Greenwood

      ACTEURS

      Amy AdamsJoaquin PhoenixLaura DernPhilip Seymour HoffmanAmbyr ChildersJesse Plemons

      Critique

      The Master : l'un des plus grands films de l'année

      Marc-André 
      Marc-André Lussier

      Les films de Paul Thomas Anderson dépassent de loin les sujets traités. À travers ses oeuvres, l'auteur-cinéaste explore les fondements mêmes de ce qui nourrit la psyché américaine. Travail ô combien fascinant. Et aussi essentiel que troublant.

      Après Boogie Nights, Magnolia, Punch-Drunk Love, et There Will Be Blood, tous marquants à leur façon, PTA s'attarde aujourd'hui à l'un des thèmes les plus épineux de la société états-unienne: la foi.

      On ne s'étonnera guère que The Master arrive à une époque où l'on peut tracer de nombreux parallèles avec celle dépeinte dans le film. Une grave crise, de nature économique, sociale, ou morale, favorise l'émergence de croyances de toutes sortes, comme pour permettre à l'humain de se donner l'illusion de pouvoir se raccrocher à quelque chose. Certains individus sont alors en quête de nouveaux repères, les anciens disparaissant tous un à un.

      Même s'il s'est inspiré de l'ascension de Ron L. Hubbard, fondateur de l'Église de scientologie, pour élaborer son histoire, Paul Thomas Anderson ne propose pas ici un drame biographique. Il ne fait pas non plus le procès de la scientologie, religion classée dans la catégorie des sectes dans quelques pays (parmi lesquels la France).

      Il utilise plutôt le prétexte de l'émergence d'un nouveau leader spirituel pour dresser un fascinant portrait d'époque.

      Au lendemain de la Deuxième Guerre mondiale, le retour se révèle difficile pour Freddie (Joaquin Phoenix). Ce marin écorché vif a bien du mal à se conformer aux règles de la vie civile, d'autant que sa nature fut exacerbée pendant les batailles sur des mers hostiles. Obsédé par l'alcool et le sexe, ne trouvant aucune place dans une société qui le rejette, Freddie ne contemple désormais plus qu'un  parcours tourmenté, marqué par l'autodestruction.

      Sa rencontre avec Lancaster Dodd (Philip Seymour Hoffman), qui voit en lui une «âme à sauver», sera déterminante. «Inventant» ses préceptes au contact de Freddie, Dodd estime qu'on peut retracer l'âme d'un être jusque dans ses vies antérieures, et du coup en chasser les aspérités. À travers la relation des deux hommes, un lien qui, très vite, deviendra aussi essentiel que toxique, Paul Thomas Anderson livre un film puissant, qui mérite assurément plus d'un visionnement pour en saisir toute la complexité et la richesse.

      La réalisation, en forme d'hommage au grand cinéma américain des années 40 et 50 (le film a été tourné en 65 mm), n'est rien de moins qu'éblouissante. Aucune salle québécoise n'est toutefois en mesure de projeter le film à la hauteur de sa qualité technique, ce qui est bien dommage.

      À cette virtuosité de cinéaste s'ajoute aussi l'interprétation magistrale des deux acteurs en présence. Tous deux lauréats d'un prix d'interprétation à la Mostra de Venise, Philip Seymour Hoffman et Joaquin Phoenix offrent - c'est un euphémisme - de saisissantes compositions. Il est d'ailleurs assez troublant de voir Phoenix se jeter dans son rôle à corps perdu à ce point. Si bien que l'on ne sait plus trop si nous devons l'applaudir ou nous inquiéter pour lui. Soulignons par ailleurs l'excellente trame musicale de Jonny Greenwood. Après There Will Be Blood, le compositeur offre une partition qui se marie de nouveau à merveille à l'univers du cinéaste.

      Indéniablement, The Master (Le maître en version française) est destiné à s'inscrire parmi les plus grands films de l'année.


      * * * *
      The Master (Le maître). Drame réalisé par Paul Thomas Anderson. Avec Joaquin Phoenix, Philip Seymour Hoffman, Amy Adams. 2h18.

      Le maître: la grande manipulation

      Normand 
      Normand Provencher

      En seulement six films, Paul Thomas Anderson s'est imposé comme l'un des meilleurs réalisateurs américains, celui dont chaque production crée l'événement. La nouvelle production de l'auteur de Magnolia et d'Il y aura du sang s'inscrit encore comme un coup de maître. Un film qui, à juste titre, s'intitule... Le maître (The Master).

      Dans un style rappelant le grand cinéma américain du milieu du siècle dernier, tourné de surcroît en 65 mm, une rareté de nos jours, le puissant drame de PTA raconte la rencontre de deux hommes que rien ne devait réunir en temps normal, Freddie Quell (Joaquin Phoenix), un soldat revenu fragile de la Seconde Guerre mondiale, et le charismatique leader d'une secte, Lancaster Dodd (Philip Seymour Hoffman).

      Monté par hasard à bord du navire du riche gourou, pour un voyage de San Francisco à New York, via le canal de Panamá, le vétéran devenu clochard deviendra un objet de manipulation entre les mains de ce fin causeur. Le personnage et sa doctrine ne sont pas sans rappeler L. Ron Hubbard et une certaine Église de la scientologie, même si Anderson se défend d'avoir emprunté au «père» de la dianétique.

      Surnommé «le Maître» par ses disciples, Dodd prône une philosophie ésotérique où, sous hypnose, tout être humain peut se débarrasser de ses peurs en remontant dans le temps, dans ses autres vies. Le déboussolé Freddie deviendra le plus fervent défenseur de cette fumisterie. Et gare à celui qui ose la remettre en question.

      À travers la rencontre de ces deux hommes aux antipodes, Anderson brosse le portrait d'une époque, les années 50, dans une Amérique s'ouvrant à la prospérité, alors que de grandes questions existentielles dominaient, dans la foulée des ravages de la guerre. Un terreau fertile pour les fabulateurs de tout acabit.

      L'approche dramatique risque d'en déconcerter quelques-uns, Anderson privilégiant une ambiance envoûtante et un rythme atypique aux grands dialogues, surtout en première partie. La photographie exceptionnelle, la musique aux rythmes déconcertants, la magnificence de certaines scènes, autant d'éléments qui font du Maître un film d'exception.

      Deux ans après son canular de retraite (I'm Still Here), Joaquin Phoenix rappelle, si besoin est, la grandeur de son talent. En ancien soldat alcoolique et piégé avec ses démons, victime de stress post-traumatique, à une époque où le mot n'existait pas, il offre l'une des grandes performances de l'année. Idem pour Seymour Hoffman, qui en impose encore une fois.

      Récompensé à la Mostra de Venise du prix de la réalisation et d'interprétation, ex aequo pour Phoenix et Seymour Hoffman, Le maître n'aura aucun mal à faire le plein de nominations en vue de la prochaine cérémonie des Oscars.

      * * * *
      Le maître (The Master). Genre: drame historique. Réalisateur: Paul Thomas Anderson. Acteurs: Joaquin Phoenix, Philip Seymour Hoffman, Amy Adams, Laura Dern, Ambyr Childers, Rami Malek et Jesse Plemons. Classement: général. Durée: 2h17.

      On aime: la maîtrise de la mise en scène, le jeu fabuleux du duo Phoenix-Hoffman, la scène de la prison, la photographie.

      On n'aime pas: quelques longueurs en deuxième partie.

      publicité

      Commentaires ( 4 ) Faites-nous part de vos commentaires >

      Commentaires (4)

      Commenter cet article »

      • Ce film réitère la théorie de la réincarnation et tente à prouver que l'âme individuelle progresse dans une suite, sans fin, au cours des siècles, afin de guérir. Le film tente à faire passer le message que toutes nos actions nous suivent sans fin. Les deux personnages principaux du film; Doll et Freddie ont travaillé ensemble dans une autre époque et réalité, selon Doll qui a retourné dans le temps, par le processus de l'hypnose expérimentale parce qu’il est un grand scientifique. Par la suite, Freddy a rêvé, au cinéma, que Doll le contactait par téléphone pour lui dire qu'il savait ou ils s'étaient rencontrés dans une autre vie! Doll a dévoilé à Freddy que dans cette expérience à remonter le temps il avait découvert qu'ils confectionnaient ensemble des ballons pour y cacher des messages secrets à l'intérieur durant l'époque de la guerre prussienne en 1870. Selon l'expérience à remonter dans le temps de Doll, ils auraient été, tous les deux, responsables de 65 pigeons qui étaient entraînés pour allez livrer secrètement le courrier et revenir à leur port d'attache. Seulement deux pigeons se sont égarés durant ces quatre mois de guerre!!! Dans se film nous avons deux âmes (avec un corps d’homme) qui se sont aimées en 1870 et retrouvées en 1950 dans une autre réalité avec des problématiques sexuelles chez Freddy qui le privait d’être en relation intime avec les femmes et une quête de sens pour guérir les séquences du passés chez Doll et creer une nouvelle école! Freddy a vécu à la fin du film une réconciliation sexuelle avec la dimension de la femme et quitté Doll tout en ne se laissant pas séduire par le chant d’adieux de Doll. Une séparation officielle entre ces deux âmes qui se snont aimé en 1870 a été réalisé 120 ans plus tard. Une guérison fut réalisée pour les deux âmes. Deux piege Voilà ce qui pourrait expliquer le refoulement et les incohérences sexuels de Freddy qu'il noyait dans l'alcool. Doll à vécu sa peine d'amour en 1950 et Freddy à vécu sa libération

      • Performance magistrale de Phoenix et Hoffman certes, mais il faut être sérieusement en forme pour apprécier ce film. J'ai trouvé qu'il se dégageait du film un certain flou narratif, du genre de "The tree of life" de Malick.
        Pas tellement aimé, j'avoue même avoir cogné des clous.



      • Ce film troublant nous permet d'assister à une performance d'acteurs extraordianires, à une mise en scène maîtrisée et à une expérience quelque peu angoissante. Certains déprecieront le manque de "message" et le côté flou du film, d'autres au contraire l'apprécieront pour cela. Au final, on se demande qui est véritablement le maître dans toute cette histoire.

      • Même si «The Master» a des qualités cinématographiques indéniables, dont une cinématographie spectaculaire et des performances d'acteurs remarquables, Paul Thomas Anderson laisse le spectateur se débrouiller seul avec des parcelles inachevées d'une histoire dont il semble lui-même s'être désintéressé. Avant de vous précipiter pour voir ce film, je vous suggère de lire d'autres critiques plus complètes et nuancées pour vous faire une meilleure idée de ce qui vous attend. En voici un exemple: As with Lou Reed’s notorious album of over-modulated feedback (“Metal Machine Music”), the audience is left to decide if the movie is some kind of bad joke, or an artistic project gone horribly astray. If you’re the kind of person who likes anti-narrative movies made up of barely connected scenes that defy all rules of dramaturgy, then you might get something out of “The Master.” All I got was bored, sleepy, and hungry. (Cole Smithey - Capsules)

      Commenter cet article

      Vous désirez commenter cet article? Ouvrez une session | Inscrivez-vous

       

      Veuillez noter que les commentaires sont modérés et que leur publication est à la discrétion de l'équipe de Cyberpresse. Pour plus d'information, consultez notre nétiquette. Si vous constatez de l'abus, signalez-le.

      publicité

      10164:liste;1909714:box; 300_cinemaStandard.tpl:file;

      Critiques >

      publicité

      publicité

      la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

      publicité

      Autres contenus populaires