En DVD

Into the Abyss

Into the Abyss

Résumé

Le 24 octobre 2001, dans la petite ville de Conroe au Texas, Jason Burkett et Michael Perry, en quête d'une voiture à voler, abattent de sang froid Sandra Stotler, son fils Adam et l'ami de ce dernier, Jeremy. Rapidement arrêtés, les deux jeunes hommes de 19 ans sont condamnés, Burkett à la prison à perpétuité, Perry à la peine capitale. Neuf ans plus tard, le cinéaste allemand Werner Herzog (NOSFERATU, CAVE OF FORGOTTEN DREAMS) s'interroge sur les circonstances entourant ce drame mais aussi, plus largement, sur la pulsion meurtrière et l'industrie de la mort aux États-Unis. Le réalisateur a alors l'occasion de rencontrer les familles des victimes, mais également Michael, à quelques jours de son exécution, ainsi qu'un aumônier et un ancien bourreau qui, chacun à leur façon, l'aident à répondre à la question qui motive son film: "Pourquoi tuer?".

Cote La Presse

4/5

Votre cote 6 votes

3.8/5

Fermer X

Bande-annonce de Into the Abyss

Vous avez vu le film?
Faites-nous part de vos commentaires

COTEZ CE FILM

Légende

  • 5 etoile - exceptionnel
  • 4 etoile - Très bon
  • 3 etoile - Bon
  • 2 etoile - Passable
  • 1 etoile - À éviter

DÉTAILS

Date de sortie : 2012-01-20

Classement : Général

Pays : États-Unis

Distributeur : Métropole Films Distribution

Date de sortie en DVD : 2012-04-10

Genre : Documentaire

Durée : 107 min.

Année : 2011

Site officiel

GÉNÉRIQUE

Réalisation : Werner Herzog

Montage : Joe Bini

Scénario : Werner Herzog

Photographie : Peter Zeitlinger

Musique : Mark Degli Antoni

ACTEURS

Critique

Into the Abyss: méditation poignante

Jozef 
Jozef Siroka

Une impression de sérénité tour à tour lugubre et lumineuse enveloppe le nouveau documentaire de Werner Herzog, Into the Abyss, une méditation poignante sur la mort, le deuil et cet impératif instinct de survie qui caractérise les êtres humains, peu importe les circonstances.

Les événements qui servent de toile de fond au long métrage se sont déroulés il y a une dizaine d’années à Conroe, une ville aussi triste qu’anonyme du Texas. Deux jeunes éclopés de la vie du nom de Michael Perry et de Jason Burkett ont perpétré un triple homicide aberrant dans le but de se procurer… une Camaro décapotable. Le premier a été condamné à la peine capitale, tandis que le second purge une peine de prison à vie.

Fasciné par des personnages faisant face à des situations extrêmes, que ce soit à travers ses fictions (Aguirre, la colère de Dieu, Fitzcarraldo) ou ses documentaires (Little Dieter Needs to Fly, Grizzly Man), le légendaire cinéaste allemand aborde le sujet davantage comme un poète de la condition humaine qu’un enquêteur criminel. Il poursuit ainsi son éternelle exploration des méandres d’un monde naturel intransigeant qui l’envoûte et le repousse à la fois.

Sans jamais excuser ou justifier l’acte répréhensible des meurtriers, il les considère néanmoins comme un produit quasi inévitable d’un environnement imprégné de misère et de désespoir. «La vie t’a servi un mauvais jeu de cartes» dit d’entrée de jeu Herzog à Perry. Si elle prend le pas sur la condamnation morale, la compassion dont fait preuve le cinéaste ne vire heureusement jamais à la complaisance.

Into the Abyss est en quelque sorte l’équivalent cinématographique de In Cold Blood, le roman de Truman Capote basé sur un quadruple meurtre commis au Kansas dans les années 1960. Comme l’écrivain américain, Herzog se sert des interventions de Perry et de Burkett, ainsi que de leurs proches et de ceux des victimes, afin de poser une réflexion universelle sur les causes du mal. Tel un philosophe, Herzog propose plus de questions que de réponses, laissant le soin au spectateur de tirer ses propres conclusions.

Un des éléments les plus surprenants d’Into the Abyss est la sobriété dont fait preuve le cinéaste de 69 ans. Contrairement à la plupart de ses documentaires, Herzog demeure hors champ, délaisse ses colorées envolées narratives et ses habituelles fioritures stylistiques qui lui permettent de transgresser habilement la limite entre la réalité et la fiction.

Il ne se permet tout simplement pas de porter ombrage aux véritables héros de son film: ces personnes qui, affectées à divers degrés par la tragédie, livrent des témoignages éminemment sincères sur leur propre combat de la vie, sur leurs efforts dignes et affligeants pour se sortir de l’abîme.

__________________________________

Into the Abyss ****
Documentaire de Werner Herzog.
1h47

À lire aussi:

Werner Herzog: des écureuils et des hommes

publicité

publicité

publicité

publicité

la boite:1977421:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires