Kim Kardashian garde le silence après son agression

Après un cambriolage à main armée au cours duquel elle s'est retrouvée ligotée,... (PHOTO ARCHIVES AFP)

Agrandir

PHOTO ARCHIVES AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Frankie Taggart
Agence France-Presse
Los Angeles

Après un cambriolage à main armée au cours duquel elle s'est retrouvée ligotée, baillonnée et tenue en joue, il n'est pas étonnant que Kim Kardashian ait pris un peu de recul avant de revenir sous les projecteurs.

Mais la reine de la téléréalité n'a pas mis une ligne sur les réseaux sociaux depuis sa violente agression début octobre à Paris dans une résidence de luxe, au cours de laquelle 9 millions d'euros de bijoux lui ont été dérobés.

La vedette d'ordinaire ultramédiatique est revenue à New York pour être réconfortée par sa famille immédiatement après l'incident, suspendant d'après la chaîne sur les célébrités E! l'enregistrement de L'incroyable famille Kardashian, l'émission de téléréalité qui a fait sa renommée.

Un million de dollars par mois

La star gagne un montant estimé à 1 million de dollars par mois grâce à ses très fréquents messages et photos sur les réseaux sociaux, principalement en faisant la promotion de produits, dont certains à son enseigne.

Mais ses quelque 84 millions d'abonnés sur Instagram et 48 millions sur Twitter, beaucoup ayant questionné l'organisation de sa sécurité à Paris, n'ont pas encore pu entendre ou lire sa version des faits.

Entretemps, la matriarche de la famille, Kris Jenner, a été consulter des firmes spécialisées pour voir comment renforcer la sécurité de ses filles: Kim, 35 ans, ainsi que ses soeurs Kourtney, 37 ans, Khloe, 32 ans, Kendall, 20 ans, et Kylie, 19 ans, selon le site d'informations sur les célébrités TMZ.

Pour certains chroniqueurs de la vie des riches et célèbres, Kris Jenner, qui maîtrise sur le bout des doigts l'art de la communication et du marketing, tente aussi probablement d'organiser méticuleusement le retour sur le devant de la scène de Kim, y compris sur les réseaux sociaux.

«Ce ne serait pas les Kardashians s'ils ne savaient pas utiliser ça à leur avantage», estime Rob Shuter, ancien porte-parole de Jennifer Lopez, Jessica Simpson, entre autres, qui dirige à présent le site de potins NaughtyGossip.com.

D'après lui, plusieurs réseaux de télévisions réclament des entretiens exclusifs avec Kim.

«E! et NBC appartiennent au même groupe alors j'imagine qu'elle aura une émission spéciale à une heure de grande écoute sur NBC», ajoute-t-il, interrogé par l'AFP.

Selon lui, vu les engagements contractuels de Kardashian, elle ne sera pas en mesure de garder le silence très longtemps.

«Incroyablement traumatisant»

«Je ne pense pas que quiconque va la poursuivre après un si horrible incident, mais techniquement elle enfreint des contrats» qui lui imposent normalement de «faire tel ou tel nombre de tweets par semaine», poursuit-il.

E! a cité un proche de la famille resté anonyme affirmant qu'elle recevait «de l'aide professionnelle» à la suite de cet épisode traumatique, tandis que Khloe Kardashian a déclaré dans l'émission de la très populaire animatrice Ellen DeGeneres mardi que sa soeur «n'allait pas très bien».

«C'est incroyablement traumatisant ce qui lui est arrivé, mais notre famille est très proche et super et nous surmonterons cela ensemble, et nous apprécions votre amour et soutien à tous, cela prendra du temps», a-t-elle ainsi expliqué.

C'est la première fois qu'un membre du clan Kardashian s'exprimait publiquement sur le vol, que Khloe a décrit comme «un signal d'alarme» qui a changé leur perspective sur la sécurité et les dangers de la surexposition sur internet.

Kim Kardashian a par ailleurs voulu montrer clairement qu'elle ne laisserait pas circuler les rumeurs selon lesquelles elle aurait mis en scène son agression à des fins pécuniaires.

La mère de deux jeunes enfants a porté plainte pour diffamation lundi contre le site Mediatakeout.com qui a affirmé dans des articles qu'elle avait prétendu avoir été agressée pour toucher une grosse prime d'assurance.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer