Le complot contre Bieber a avorté à la frontière canadienne

Justin Bieber... (PHOTO SEAN KILPATRICK, PC)

Agrandir

Justin Bieber

PHOTO SEAN KILPATRICK, PC

Partager

Sur le même thème

La Presse Canadienne
ALBUQUERQUE, N.M.

Un complot visant à assassiner Justin Bieber, qui aurait été fomenté par un prisonnier de 45 ans obsédé par la jeune vedette pop, a été déjoué lorsque les auteurs potentiels du crime se sont accidentellement retrouvés à la frontière canadienne, lit-on dans des documents déposés en cour.

Dana Martin, qui purge deux peines de prison à perpétuité dans un établissement carcéral du Nouveau-Mexique pour l'assassinat d'une fillette de 15 ans, a dit aux policiers qu'il avait imaginé ce plan parce que Bieber n'a jamais retourné le moindre des messages qu'il a laissés au jeune chanteur canadien.

Les policiers indiquent dans une déclaration sous serment déposée en cour au Nouveau-Mexique que Martin, qui arbore un tatouage de Bieber sur une de ses jambes, leur a dit que le complot faisait partie du rêve qui l'avait poussé à imaginer un scénario pour tenter de l'assassiner.

Bieber n'était pas la seule cible visée par ce présumé complot - les policiers croient que les deux hommes embauchés par Martin avaient aussi reçu l'ordre de tuer le garde du corps du chanteur et deux autres personnes qui n'ont aucun lien avec lui -, mais confirment qu'il était la pièce maîtresse du plan, ont dit les enquêteurs.

Selon eux, Mark Staake, âgé de 41 ans, et son neveu Tanner Ruane, âgé de 23 ans, auraient planifié d'attaquer Bieber pendant qu'il se trouvait à New York pour un concert, il y a quelques semaines. Ils soutiennent que Staake aurait été mêlé au complot après avoir rencontré Martin en prison.

L'oncle et le neveu seraient arrivés au Vermont le 19 novembre, mais ils auraient réalisé sur l'autoroute qu'ils se dirigeaient tout droit vers la frontière canadienne, toujours selon les documents déposés au tribunal. Ils ont raté la dernière sortie avant la frontière et ont fait demi-tour afin de rejoindre les voitures qui entraient à Highgate Springs, au Vermont, ont dit les policiers.

Un douanier américain a alors observé que Staake faisait l'objet d'un avis de recherche pour bris de probation au Nouveau-Mexique, et il l'a arrêté. Martin et Ruane ont ensuite discuté au téléphone, et lorsque Ruane a dit à Martin que Staake avait été arrêté, Martin lui a dit d'oublier le complot.

Les hommes qui devaient concrétiser le plan de Martin devaient utiliser des cisailles afin de couper les testicules des deux premières victimes au Vermont, avant de les abattre, se rendre ensuite à New York, tuer le garde du corps, puis kidnapper et tuer Bieber, a dit Martin aux policiers.

Il n'y a aucun détail dans la déclaration sous serment sur la façon dont les hommes devaient commettre le meurtre de la grande vedette mondiale. Un expert en sécurité des vedettes a cependant suggéré que Bieber doit compter sur plusieurs niveaux de protection.

«Au bout du compte, M. Martin a admis qu'il tentait de gagner de la notoriété afin que des gens à l'extérieur de la prison sachent qui il est», a écrit la police dans la déclaration sous serment.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

la boite:1600147:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer