2012-10-16 09:00:00.000

2 Broke Girls First Season : tellement bon ***1/2

La PresseSonia Sarfati 3/5

Partager

Sur le même thème

 

Sonia Sarfati
La Presse

C'est tellement bon, 2 Broke Girls, que l'on pardonnerait presque à Michael Patrick King (cocréateur de la série) ses dérapages au grand écran en compagnie des quatre filles pas «cassées» du tout de Sex and the City.

On suit ici deux demoiselles que tout oppose. Du physique (Max est une brune pulpeuse et Caroline, une asperge blonde) à l'histoire personnelle (Max est une fille de la classe ouvrière qui n'a jamais eu la vie facile et Caroline, une riche héritière qui vient de perdre sa fortune). Leur point commun: elles travaillent dans un diner de Brooklyn. La première, depuis longtemps. La seconde y fait ses premiers pas dans le pilote.

Envers et contre tout, elles vont se lier d'amitié, partager un appartement et un rêve commun: ouvrir un commerce de cupcakes. Pour cela, elles ont besoin de 250 000$. Chaque épisode se termine sur la somme qu'elles ont en banque. Ça ne monte pas très vite, ça descend même parfois... et on s'en réjouit (égoïstement), car on ne veut pas les quitter avant quelques saisons.

Kat Dennings est extraordinaire dans la peau de cette dure au grand coeur qui n'a pas la langue dans sa poche. Quant à Beth Behrs, elle sait rendre attachante cette fille de la haute qui a dégringolé les échelons de la société et tente d'apprivoiser le plancher des vaches. Autour d'elles, une faune colorée et exotique (le propriétaire du diner, un Coréen; le cuistot, un Ukrainien; le caissier, un Afro-Américain; la voisine, une Polonaise), mais qui donne un peu trop dans le (gros) cliché.

N'empêche. Dans l'un des suppléments de la première saison de cette délectable sitcom (24 épisodes, en anglais avec sous-titres anglais ou français), Michael Patrick King explique qu'il avait, depuis longtemps, envie d'explorer ce que signifie la vie à New York quand on n'a pas d'argent. C'était une excellente idée sur papier. Elle est formidablement traduite à l'écran, dans les situations, mais aussi dans le simple fait que nos filles fassent étalage d'une garde-robe et d'accessoires plus que limités. Ce qui n'est pas habituel en fiction, où même les plus pauvres affichent un look différent à chaque apparition. Un détail, mais il a son importance!

__________________________________________________________________________

* * * 1/2

2 BROKE GIRLS 1. CRÉÉE PAR MICHAEL PATRICK KING ET WHITNEY CUMMINGS. AVEC KAT DENNINGS, BETH BEHRS, JENNIFER COOLIDGE, MATTHEW MOY.

Partager

publicité

publicité

Les plus populaires

Tous les plus populaires
sur lapresse.ca
»

publicité

la boite:1609999:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer