Les late shows à l'ère de Trump

Alec Baldin imitant Donald Trump à SNL... (Photo Will Heath, Associated Press)

Agrandir

Alec Baldin imitant Donald Trump à SNL

Photo Will Heath, Associated Press

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Cassivi et Nathalie Collard
La Presse

De John Oliver à Samantha Bee en passant par Stephen Colbert et les comédiens de Saturday Night Live, les émissions de fin de soirée américaines ne manquent pas de matériel depuis l'élection de Donald Trump à la présidence des États-Unis. Voici 10 moments qui ont marqué la dernière année.

Full Frontal with Samantha Bee

La Canadienne Samantha Bee, ex-correspondante du Daily Show à l'époque de Jon Stewart, pose un regard féministe, décapant et extrêmement comique sur la présidence de Donald Trump. Elle a sans doute résumé mieux que quiconque parmi la confrérie des animateurs de late night - quasi exclusivement des hommes -, en octobre 2016, avant l'élection de Trump, l'épisode que plusieurs envisageaient comme le clou dans le cercueil du candidat: ses propos sexistes à propos de l'actrice Arianne Zucker à l'émission Access Hollywood en 2005. «Attention: vous allez entendre un mot commençant par P qui n'est pas le mot présidentiel», avait-elle averti d'emblée. Dans le contexte actuel du mouvement #MeToo, le monologue de Samantha Bee est toujours aussi pertinent.

The Daily Show with Trevor Noah

Le successeur de Jon Stewart au Daily Show, le Sud-Africain Trevor Noah, s'est souvent payé la tête du président Trump pour son utilisation abusive et irresponsable de Twitter (le média social a certainement profité de la forte inclination du président des États-Unis pour sa plateforme au cours de la dernière année). Ce fut notamment le cas, début octobre, lorsque le secrétaire d'État Rex Tillerson a tenté la voie diplomatique avec la Corée du Nord et que Trump le lui a reproché, lui indiquant directement sur Twitter qu'il perdait son temps. «Ils ne peuvent pas s'appeler?», s'est demandé Noah.

L'animateur Jimmy Kimmel... (Photo Randy Holmes, fournie par ABC) - image 2.0

Agrandir

L'animateur Jimmy Kimmel

Photo Randy Holmes, fournie par ABC

Jimmy Kimmel Live!

Le très populaire animateur Jimmy Kimmel a révélé en mai dernier, lors du monologue d'ouverture de son émission, que son nouveau-né avait une malformation cardiaque. Dans ce monologue percutant, à la fois drôle et émouvant, il s'est permis un plaidoyer en faveur de l'Obamacare, en précisant que tous les Américains, d'allégeance démocrate ou républicaine, étaient d'accord pour dire qu'on ne devrait pas laisser un enfant mourir sous prétexte que ses parents sont pauvres. Son discours a eu un écho si important que Kimmel a été perçu par plusieurs observateurs comme le principal opposant (du moins médiatique) aux réformes à l'assurance-maladie proposées par l'administration Trump.

Conan (Conan O'Brien)

Vétéran du circuit du late night américain malgré ses 54 ans, Conan O'Brien a toujours été un adepte d'imitations. À l'époque de l'administration Clinton, déjà, alors qu'il avait succédé à David Letterman à NBC, il s'amusait à mettre la bouche d'un imitateur sur la photo du président, en lui faisant dire des énormités. À l'ère Trump, O'Brien - qui a déclaré à la blague qu'à l'Halloween, il ferait une distribution de passeports canadiens plutôt que de bonbons - affectionne sur son émission de la chaîne TBS un sketch récurrent qui met en scène des conversations téléphoniques entre les présidents Obama et Trump. Diplômé de Harvard comme Obama, l'animateur semble avoir un net parti pris pour le prédécesseur de Donald Trump...

Stephen Colbert... (Photo archives AP) - image 3.0

Agrandir

Stephen Colbert

Photo archives AP

Late Show with Stephen Colbert

Un autre ex-correspondant du Daily Show de Jon Stewart et ancien animateur du Colbert Report, Stephen Colbert - le successeur du légendaire David Letterman -, a développé sa propre façon de couvrir la présidence de Donald Trump: la fausse entrevue. Les prétextes ont été multiples depuis un an pour trafiquer les réponses de Trump (souvent données lors d'entrevues à Fox News, son «allié» médiatique) en les jouxtant à de fausses questions ajoutées au montage par l'équipe de Colbert. Le résultat est souvent hilarant, par exemple après le passage du président Trump à Porto Rico ou lors de cette fausse entrevue-bilan de ses 100 premiers jours à la Maison-Blanche.

The Tonight Show Starring Jimmy Fallon

C'est une entrevue réalisée avec Donald Trump AVANT l'élection qui a le plus collé à la peau de Jimmy Fallon. L'interview a eu lieu en septembre 2016, quelques semaines avant le jour du vote. Plutôt que de confronter le candidat républicain, Fallon lui a demandé s'il pouvait ébouriffer ses cheveux... L'image, symbole de complaisance selon plusieurs, a fait le tour du monde. Dans une entrevue au New York Times, Fallon a déclaré par la suite qu'il comprenait que les gens puissent être fâchés, ajoutant du même coup que la politique ne l'avait jamais vraiment intéressé. Depuis, The Tonight Show a glissé à la troisième place dans les sondages d'écoute, après Jimmy Kimmel et Stephen Colbert.

John Oliver from sur le plateau de son... (ARCHIVES AP) - image 4.0

Agrandir

John Oliver from sur le plateau de son émission Last Week Tonight.

ARCHIVES AP

Last Week Tonight with John Oliver

Choisir la meilleure tirade anti-Trump de John Oliver est pratiquement impossible tellement l'humoriste britannique a excellé au cours de la dernière année. Tour à tour hilarant ou très fâché, l'animateur de HBO ne lâche jamais le morceau. Dans son tout premier monologue après l'élection de Donald Trump, en novembre 2016, l'humoriste annonce ses couleurs. Durant 30 minutes, il décortique la campagne électorale et tente de comprendre les raisons qui ont mené Trump au pouvoir. Drôle et intelligent.

Saturday Night Live (SNL)

On peut dire que SNL doit une fière chandelle à Donald Trump. L'arrivée de l'homme d'affaires sur la scène politique est responsable de la renaissance de cette émission qui avait perdu de son mordant depuis quelques années. SNL a connu ses meilleures cotes d'écoute en 20 ans durant la saison 2016-2017. Alec Baldwin y est pour beaucoup. Son interprétation de Donald Trump est tout simplement géniale, comme dans cet épisode où le président Trump doit choisir entre son conseiller, Steve Bannon, et son gendre, Jared Kushner, interprété par Jimmy Fallon. Un sketch qui restera dans les annales.

Seth Meyers... (Image tirée d'une vidéo) - image 5.0

Agrandir

Seth Meyers

Image tirée d'une vidéo

Late Night with Seth Meyers

Après les évènements de Charlottesville (Virginie), l'humoriste Seth Mayers a délaissé l'humour pour livrer un monologue on ne peut plus sérieux. Il s'en est pris au président Trump et au fait qu'il avait condamné la violence «des deux côtés» plutôt que de montrer du doigt les suprémacistes blancs et de déplorer la mort de Heather Heyer. «Si les propos du président vous ont rendu malade, félicitations! Vous êtes une personne normale», a-t-il lancé. Dans son segment Closer Look, Meyers s'est transformé en journaliste pour expliquer à son public le contexte dans lequel la violence a éclaté à Charlottesville. Quand l'humoriste ne rit plus...

Chelsea (Chelsea Handler)

L'actrice et auteure Chelsea Handler n'aura duré que deux saisons sur Netflix. Celle qui a animé Chelsea Lately durant sept ans sur E! a annoncé qu'elle ne souhaitait pas poursuivre l'animation de son talk-show, préférant, dit-elle, réaliser des documentaires plus politiques, toujours pour Netflix. Celle qui ne se gêne pas pour tweeter ce qu'elle pense de Donald Trump a déjà soumis l'hypothèse, dans un de ses monologues, que le président américain était atteint de la syphilis, ce qui expliquerait ses comportements erratiques.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer