The Defenders: les Avengers de Netflix

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

En cet âge d'or des téléséries, La Presse décortique chaque semaine une série qui vaut le coup d'oeil. Aujourd'hui: The Defenders.

L'histoire

Tout comme pour les Avengers au cinéma, Marvel a choisi de présenter les membres des Defenders un à la fois avant de les réunir pour affronter une menace plus grande. Ainsi, après deux saisons de Daredevil et une de Jessica Jones, de Luke Cage et d'Iron Fist, le géant de la bande dessinée et Netflix réunissent enfin les quatre héros new-yorkais dans une même aventure créée par Douglas Petrie et Marco Ramirez. Après avoir fait surface à quelques reprises dans les autres séries, l'organisation criminelle The Hand se révèle enfin. Leur ville menacée, les quatre individus aux pouvoirs particuliers devront travailler ensemble pour venir à bout de leur plus puissant ennemi à ce jour.

Les bons

Les forces en présence: Matthew Murdock (Charlie Cox), l'avocat aveugle qui devient Daredevil lorsqu'il enfile son costume rouge. Jessica Jones (Krysten Ritter), la détective privée autodestructrice à la force surhumaine. Luke Cage (Mike Colter), la brute au coeur tendre et à la peau pare-balle. Danny Rand (Finn Jones), le milliardaire qui contrôle le pouvoir mystique Iron Fist. Il est idéal d'avoir vu leurs séries solos pour mieux comprendre les enjeux de chacun, mais leurs traits de personnalité sont si appuyés qu'après deux épisodes de The Defenders, on comprend à quel genre de personnes nous avons affaire. Au départ, le quatuor ne se connaît pas vraiment, mais certains personnages secondaires, dont celui incarné par Rosario Dawson, font le lien entre les membres du groupe et permettent de mieux comprendre leur passé.

Sigourney Weaver et Elodie Yung jouent du côté des... (Photo fournie par Netflix) - image 2.0

Agrandir

Sigourney Weaver et Elodie Yung jouent du côté des méchants dans The Defenders

Photo fournie par Netflix

Les méchants

À la tête de The Hand, on retrouve Alexandra Reid, jouée brillamment par Sigourney Weaver. Terrifiante et glaciale, mais vulnérable, elle tente un ultime coup pour assurer la survie de son organisation et la sienne. Pour y arriver, elle ramène à la vie Elektra Natchios (Elodie Yung), l'amoureuse de Matt Murdock, qu'on a vue dans la deuxième saison de Daredevil. Ressuscitée sous le nom de Black Sky, elle est encore plus puissante qu'avant sa mort. Les quatre autres membres de The Hand sont aussi de la partie. On aurait souhaité plus de profondeur, mais leur dynamique est intéressante.

Le verdict

Après cinq séries de 13 épisodes de près d'une heure, l'attente avant la grande réunion des Defenders a été longue et pas toujours agréable. Malheureusement, le résultat nous a un peu déçus. Contrairement aux retrouvailles des Avengers au cinéma, rien de significatif n'a été ajouté à la série pour l'occasion. La présence d'une grande actrice comme Sigourney Weaver est probablement la seule nouveauté. Les dialogues, les scènes de combat et les effets spéciaux n'ont pas été bonifiés. Ils demeurent de bonne qualité pour une série de superhéros avec un budget bien inférieur aux films, mais on avait le droit d'espérer plus.

Les huit épisodes sont offerts sur Netflix.




publicité

publicité

Les plus populaires : Arts

Tous les plus populaires de la section Arts
sur Lapresse.ca
»

publicité

publicité

Autres contenus populaires

publicité

image title
Fermer